Accueil » Actualité » Actualité française » Quand la mairie UMP de Compiègne finance les clips de rap faisant l’apologie de crimes

Quand la mairie UMP de Compiègne finance les clips de rap faisant l’apologie de crimes

Papiss, « Mes négros » : c’est un clip de rap ordinaire tel que des centaines sont produits en toute impunité dans leur République : images montrant divers crimes et délits (ici « rodéos » à motos et en voitures, véhicules roulant à contresens, exhibition d’armes détenues illégalement dans des lieux publics, etc.), propos faisant l’apologie de divers crimes et délits (ici notamment le trafic de drogues), etc.

https://www.youtube.com/watch?v=gvBGG7SP8tw

Mais à Compiègne, comme cela a été le cas dans le passé dans plusieurs autres communes, c’est dans les locaux mis à disposition par la commune que le clip a été enregistré. C’est donc grâce à l’argent du contribuable que le sénateur-maire UMP de la ville Philippe Marini a permis à quelques occupants particulièrement dégénérés du quartier envahi du Clos-des-Roses d’enregistrer une « chanson » dans laquelle on peut entendre :

« Nike la loi, baise l’État »

Papiss exhibe une arme dans son clip réalisé grâce à la mairie UMP de Compiègne en beuglant : « Nike la loi, baise l’État »

Papiss exhibe une arme dans son clip réalisé grâce à la mairie UMP de Compiègne en beuglant : « Nike la loi, baise l’État »

ou encore

« J’ai de la pure, c’est de la coco. 60 euros le gramme. Je roule un joint, je le fume solo […] Je sais que les keufs nous prennent en photo. Mais on fait quand même des euros »

ou ce sommet de la poésie postrépublicaine :

« Je rape mieux que toi va le dire à ton papa »

verus mafia - papiss mes négros

Les images de drogues abondent dans le clip made in UMP.

 

Du côté de la municipalité UMP, on minimise le tout :

« C’est un détournement [sic] de nos installations. Nos équipements ne doivent pas [sic] être utilisés pour produire des éléments qui sont de nature à développer l’argent facile »

déclare le premier adjoint au maire de la commune Michel Foubert.

Pire encore, le responsable de ce studio municipal, payé par contribuable et au nom levantin de Pascal Gutman se félicite de cette « œuvre » et en revendique la production :

« [Papiss] fréquente les lieux depuis plusieurs années. C’est quelqu’un de très droit [sic], qui a tout à fait sa place ici. Je comprends la polémique, mais tout cela ne reste que du rap »

a-t-il déclaré.

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jean Dupont

Commentaires (2)

  1. Fabrice Bosio dit :

    Il est vrai que je ne suis pas à la hauteur spirituelle de Pappis,je n’arrive pas à comprendre ce flot de poésie.
    Mon âme ne peut que vibrer aux mélopées de John Coltrane,un frère à Pappis,mais pas dans le même registre…

  2. Nicolas II dit :

    Ce clip est très intéressant, 99 % noir avec un ou deux blancs reniés :
    – métissage, invasion, ethnomasochisme : marxisme culturel
    – drapeau de la « gentille » Turquie amie des criminels de daesh : islamisme
    – argent coulant à flot, luxe (voiture allemande) et drogue : capitalisme

    Loin d’être anti-système ce clip en fait au contraire l’apologie. Une seule solution pour cette racaille étrangère :

    FOUTONS LES DEHORS !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0