Accueil » Actualité » Actualité internationale » L’israélite (((Jared Kushner))), éminence grise du clan Trump

L’israélite (((Jared Kushner))), éminence grise du clan Trump

L’israélite (((Jared Kushner))), éminence grise du clan Trump

 

(((Jared Kushner))), 35 ans, mari d’Ivanka Trump et promoteur immobilier comme son beau-père, à l’influence croissante.

trump-gendre-juif

Qui Donald Trump écoute-t-il vraiment ? Depuis que le magnat de l’immobilier a fait irruption dans l’arène politique, ses enfants Eric, Donald Jr. et Ivanka sont omniprésents.

Ce ne sont que quelques secondes d’images prises de loin lors de la première rencontre entre Donald Trump et Barack Obama à la Maison Blanche, mais elles en disent long sur la place que s’est faite le très télégénique (((Jared))), 35 ans, mari d’Ivanka et promoteur immobilier comme son beau-père: on le voit marcher dans les jardins de la Maison Blanche, aux côtés du chef de cabinet de Barack Obama, Denis McDonough.

(((Kushner))) n’a d’autre titre que de figurer, avec les trois enfants Trump, dans l’équipe de transition qui prépare l’arrivée à Washington du nouveau président.  Mais c’est lui, selon les médias américains, qui a œuvré en coulisses pour éloigner de Trump l’un de ses proches conseillers, le gouverneur républicain du New Jersey Chris Christie, et deux personnes de son cercle.
Tout cela parce que Christie, qui fut longtemps procureur général du New Jersey, fit emprisonner le père de Jared – longtemps très influent dans le New Jersey et grand contributeur aux campagnes démocrates – pour fraude fiscale et subornation de témoins. Une descente aux enfers qui marqua le jeune homme, alors fraîchement diplômé de Harvard et étudiant en MBA à la New York University, selon le New Yorker.

C’est (((Kushner))) qui aurait écrit certains discours-clé du candidat Donald Trump ; lui aussi qui aurait poussé au départ de son premier directeur de campagne (((Corey Lewandowski))) en juin 2016.

Selon une enquête du magazine BusinessWeek, (((Jared Kushner))), qui a racheté il y a 10 ans l’alors-très élitiste journal The New York Observer, a aussi joué un rôle-clé dans la promotion de la campagne de Trump sur les réseaux sociaux, qui a permis de contourner l’hostilité des grands médias.

Sa loyauté à Trump est d’autant plus remarquable qu’il est issu d’une famille juive orthodoxe proche des démocrates. En juillet, un tweet aux relents antisémites montrant Hillary Clinton sur fond de billet de banque et d’une étoile à six branches, repris par des sites néo-nazis, alarme la communauté juive.
Certains de ses amis se demandent alors s’il ne va pas rompre avec la campagne, lui qui a toujours vécu dans la tradition et avait interrompu une première liaison avec Ivanka parce qu’elle n’était pas juive (elle s’est finalement convertie au judaïsme) mais non, ce n’est pas racisme dans ce cas-là. Mais (((Jared))) monte au créneau pour son beau-père, et publie dans le New York Observer un éditorial évoquant sa famille rescapée de l’Holocauste©  pour assurer que Donald Trump n’est « ni antisémite, ni raciste ».

Le président élu aurait demandé à ce qu’il puisse assister aux briefings de sécurité quotidiens auxquels il est associé désormais.
(((Jared))) pourrait aussi être tenté de faire sa marque dans les médias. Devenu ami du magnat australien (((Rupert Murdoch))) après l’acquisition du New York Observer, il caressait avant l’élection l’idée de lancer une télévision. Ce qui « reviendrait à établir une télévision d’Etat », ironisait le Washington Post.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (1)

  1. Jean d'Artois dit :

    Donc , prudence de rigueur quant à la nouvelle présidence ! … à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0