Accueil » Culture » 15 juillet 1099 : la chevalerie croisée libère Hiérosolyme (Jérusalem) !

15 juillet 1099 : la chevalerie croisée libère Hiérosolyme (Jérusalem) !

Alors qu’en en Espagne, la Reconquista est en marche et que les guerriers français et normands y participent ainsi que les ordres monastiques, la croisade a été déclenchée par Urbain II (Concile de Clermont, novembre 1095), dont la somme des témoignages qu’il avait reçus, relatant les vols, les tortures et les massacres de pèlerins chrétiens, l’obligeaient à une riposte de toute la Chrétienté.

« Michel le Syrien, patriarche de l’Eglise grecque d’Antioche, pas tellement et même pas du tout favorable à celle de Rome, en tout cas complètement étranger aux préoccupations des Francs, dit aussi comme les Turcs « infligeaient des maux aux chrétiens qui allaient prier à Jérusalem, les frappaient, les pillaient, prélevaient la capitation à la porte de la ville et aussi au Golgotha et au Sépulcre. Et même toutes les fois qu’ils voyaient une caravane de chrétiens, surtout de ceux qui venaient de Rome ou des pays d’Italie, ils s’ingéniaient à les faire périr de diverses manières »

L’appel de Clermont va connaître un immense retentissement dû, notamment, à des prédicateurs populaires comme Pierre l’Ermite, qui diffusent largement le message du Pape: « Quiconque abandonnera pour moi sa maison ou ses terres ou ses frères ou sa femme ou ses enfants, En recevra le centuple et aura pour héritage la vie éternelle.” (Evangile selon St Matthieu).

Et le 15 août 1096 les croisés se sont mis en route pour la Terre sainte, sous la direction du légat pontifical Adhémar de Monteil. Ce « voyage à Jérusalem » ne se différencie à vrai dire des précédents pèlerinages en armes vers la Terre Sainte que par le grand nombre des participants : plus de 150 000 au départ.

la Croix de Jérusalem acquiert, avec les Croisades, à côté de la signification spirituelle, une signification politique et d’identité territoriale

La progression des armées croisées est facilitée par les rivalités dans le camp ennemi. Une partie des musulmans font allégeance au calife de Bagdad. Ceux-là occupent la Palestine et Jérusalem avec des troupes turques. Mais pendant que ces troupes combattent les croisés à Antioche, en Syrie, les musulmans fatimides d’Égypte profitent de la situation pour attaquer la Palestine. C’est ainsi que le 26 août 1098, les Égyptiens enlèvent aux Turcs la ville de Jérusalem…

L’armée de Raimon de Saint-Gilles arrive la première sans encombre à Bethléem où elle est accueillie par les chrétiens en liesse. Enfin, le 7 juin 1099, les croisés aperçoivent les dômes de la Ville sainte. L’attaque commence le 14 juillet mais la garnison égyptienne riposte en incendiant les tours roulantes des croisés avec du feu grégeois, un combustible très puissant. Le matin du vendredi 15 juillet, Godefroi et son jeune frère Eustache de Boulogne arrivent à s’approcher des murailles à bord d’une tour recouverte de peaux de bêtes fraîchement écorchées et ainsi protégées du feu. Bientôt des échelles surgies de partout s’adossent aux murailles.

Les défenseurs de la citadelle auront la vie sauve par décision de Raimon de Saint-Gilles qui leur accorde un sauf-conduit jusqu’à la côte mais les occcupants musulmans qui se sont réfugiés dans les mosquées de l’esplanade du Temple sont passés par les armes et toute la communauté juive de Jérusalem périt dans les flammes de la synagogue.

Le 12 août 1099, Godefroy de Bouillon complète son succès en écrasant une armée égyptienne très supérieure en nombre à Ashkelon et c’est le début du royaume latin de Jérusalem !

L’esprit de Croisade est une composante importante de l’idéologie militaire française qui a perduré jusqu’à nos jours si l’on pense à la guerre d’Algérie, à l’affaire de Suez en 1956 ou au partage de l’Empire turc entre la France et le Royaume-Uni après 1918. Le militaire français ne défend pas seulement la France, mais également les Lieux Saints et l’Occident chrétien vis à vis du monde non européen. Les Croisades virent aussi le pouvoir d’État français (certes embryonnaire) représenté par Philippe Auguste et Saint Louis, s’associer étroitement avec l’Église. La collaboration entre missionnaires et armée française pour évangéliser-coloniser les païens ne fut que la continuation des Croisades.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (2)

  1. Francis Goumain dit :

    Merci pour cet article, à l’époque, ce n’est pas les cathédrales qui brûlaient…

  2. Saint-Plaix dit :

    A cette époque, Francis Goumain, le Saint Sépulcre avait déjà été démoli lors de la conquête « arabe » de 1009 puis les choses se sont arrangées avec le calife Al-Mustansir Billah… Mais la question n’est pas même là… On peut faire effectivement un parallèle avec notre époque: l’incroyable bévue politique d’Urbain II (par fanatisme ou manque d’information?) n’a d’égale que le dogmatisme de nos politicards islamistes actuels qui s’obstinent – contre l’avis de 95% des musulmans qui sont en France – à implanter des mosquées salafiste, quand ce courant très marginal, qui ne repose sur aucun fondement des grandes écoles théologiques, a clairement été rejeté de l’islam (sunnite) au congrès de Grosny…
    Les persécutions chrétiennes en Terre Sainte à la veille des Croisades sont consécutives à la conquête des Turcs Seldjoukides qui ont balayé la conquête arabe primitive. L’empire des Fatamides a été submergé après la bataille de Manzikert (août 1071)qui vit la défaite de l’empereur byzantin avant la prise de Jérusalem…Ce sont les exactions et persécutions turques qui sont d’ailleurs explicitement dénoncées par le patriarche Syriaque…
    Lorsque les croisés débarquent, les musulmans comme les chrétiens, locaux qui vivaient en bonne intelligence sous la dynastie Fatamide, étaient les premiers a les accueillir en libérateurs (de l’oppression turque)! Si les Croisés l’avaient compris et avaient fait front commun avec eux contre les turcs, au lieu de finir par rejeter les musulmans de Palestine dans les bras de Saladin… Le royaume latin de Jérusalem n’aurait pas été balayé et toute la géopolitique du Moyen Orient aurait été changée… On en a le vertige…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0