Accueil » Culture » 5 juillet 1988 : décès d’Arthur Holmston-Smyslovsky, premier russe à commander une unité anti-bolchevique allemande

5 juillet 1988 : décès d’Arthur Holmston-Smyslovsky, premier russe à commander une unité anti-bolchevique allemande

smyslovskiLe comte Boris Alexeïevitch Smyslovski (Бори́с Алексе́евич Смысло́вский en russe)  est né le 3 décembre 1897 à Terijoki, dans le Grand-duché de Finlande,  aujourd’hui Zelenogorsk en Russie.

Il sert dans l’armée impériale russe où il obtient le rang de capitaine dans la Garde impériale.  Au cours de la guerre civile russe, il lutte contre les bolcheviks,  puis il passe en Pologne avec tous ses hommes ou ils sont internés.

Il prend le pseudonyme d’Arthur Holmston (Арту́р Хольмстон)  et parfois le nom Holmston-Smyslovski pour échapper aux agents de la Tcheka et du NKVD.

Il réussit à s’échapper de Pologne et parvient à passer en Allemagne. Il s’engage alors dans l’armée allemande de la république de Weimar et fait carrière dans le renseignement. Il estime que l’intervention étrangère est nécessaire pour libérer  la Russie du communisme.

Lorsque l’Allemagne envahit l’Union soviétique en 1941,  il est volontaire pour le front de l’Est. Smyslovski prend le commandement de la Sonderdivision Rdivision spéciale Russie ») et devient le premier Russe  dans les services allemands à commander une unité anti-bolchevique. Vers la fin de la guerre, l’Allemagne entraine des volontaires russes  pour l’effort de guerre contre le communisme. L’Armée Vlassov est élevée à la dignité de 1re Armée nationale russe le 10 mars 1945.  Smyslovski, devenu Général commande un régiment de cette Armée.

En avril 1945, Smyslovski se rend à Feldkirch (Vorarlberg)  où il rencontre le grand-duc Vladimir Kirillovitch,  le légitime héritier Romanov à la Couronne impériale russe. L’armée du général ne reste composée que de 462 hommes (ainsi que 30 femmes et deux enfants). Le général décide de faire passer ses hommes au Liechtenstein le 2 mai 1945,  seul pays réellement neutre. Le Grand-Duc, lui,  décide de rester en Autriche, puis se réfugie à Madrid ou il reste définitivement.  À la chute de l’Union soviétique, en 1991, Vladimir Kirillovitch de Russie  est le premier membre de la famille impériale à revenir dans sa patrie !

smyslovski et son etat major

Smyslovski et son État-major

Les accords de Yalta stipulent que tout Russe présent sur les territoires européens sera rapatrié de gré ou de force.  L’Union soviétique tient au retour de ces hommes.  Ils sont considérés comme traîtres au communisme et donc doivent être mis à mort. Les alliés ne s’encombrent pas d’état d’âme et livrent toutes les personnes issues de l’URSS.  La Suisse elle aussi collabore, le Liechtenstein se retrouve alors seul à ne pas livrer de ressortissant russe à l’URSS.

Les Russes ont été pris en charge par la Croix-Rouge du Liechtenstein dès leur arrivée. Le 16 août 1945, une délégation soviétique vient au Liechtenstein dans une tentative de rapatrier les Russes.  Les négociateurs soviétiques procèdent tour à tour par la menace,  les cajoleries envers la Principauté. Ils offrent des cadeaux ainsi que l’espoir de revoir les leurs aux Russes réfugiés au Liechtenstein.  200 partiront avec les négociateurs soviétiques.

Ils partent dans un train pour Vienne et sont assassinés à la mitrailleuse sur la frontière Hongroise.

les russes au lich

Les Russes au Liechtenstein

Le reste des hommes reste au Liechtenstein pendant encore un an.   Le Liechtenstein subit une forte pression du gouvernement soviétique   pour qu’il collabore au « rapatriement ».  Le Liechtenstein aide les Russes également dans des tractations avec l’Argentine pour accueillir ces réfugiés.

Finalement, le gouvernement argentin offre l’asile et une centaine de personnes,  qui partent pour cette destination lointaine mais neutre.  La petite population du pays (12 141 âmes en 1945) soutient pleinement  le gouvernement dans le fait de fournir l’asile aux Russes et payent même  leurs frais de déménagement en Argentine.  Ils ne savent pas que ces coûts seront plus tard remboursés par l’Allemagne.

Alors que les Alliés occidentaux et d’autres pays en Europe font suite  aux demandes soviétiques pour rapatrier les citoyens soviétiques  indépendamment de leurs souhaits individuels, le Liechtenstein est le seul pays qui s’oppose à ces demandes !

En 1946, Smyslovski échappe de peu à une tentative d’assassinat montée par des FTP  venus de France et des communistes Yougoslaves. Apres être partis en argentine en 1947, le Général Smyslovski revient  s’installer définitivement au Liechtenstein dans les années 70.

smyslovski 2

Il meurt dans la capitale du Liechtenstein, Vaduz,  le 5 septembre 1988, ou il  est inhumé.

smyslovski tombe

 

borne smyslovskiBorne commémorative, placé à la frontière  « forcée » par l’Armée Smyslovski :

« Ici, dans Hinterschellenberg, dans la nuit du 2 mai 1945,  le reste de la 1ère russe de l’Armée nationale de la Wehrmacht  et le major-général A. Holmston-Smyslowsky,  avec environ 500 hommes entièrement équipées,  ont traversé la frontière du Grand Reich allemand au Liechtenstein.  Les premières négociations ont eu lieu dans la taverne Wirtschaft zum Löwen,  qui a conduit à l’octroi de l’asile par la Principauté de Liechtenstein.  Il était le seul pays qui a résisté aux demandes d’extradition  de l’Union soviétique. Après deux ans et demi, les Russes étaient libres de partir  pour un pays de leur choix. »

 

Robert Enrico fait en 1992, de l’histoire de cette armée Smyslovski un film :  Vent d’est.

vent d'est

Ce film sorti en France sorti en 1993 sera vite attaqué par les journalopes  du Monde et de Libé et ne sera joué que quelques semaines dans les cinémas français.   Le Général Smyslowsky est joué par Malcolm McDowell.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (3)

  1. balaninu dit :

    La France qui accueille aujourd’hui des envahisseurs, ne s’est pas toujours bien comportée envers ses propres ressortissants (les rapatriés d’Algérie) et envers des personnes qui luttaient contre le communisme : les russes et les militaires partis en Indo pour lutter EUX aussi contre ce même communisme !!!!!

  2. ENRIQUE LOPEZ BERMEJO DE TORRES dit :

    Apassionant personaje. !!Un HEROE du secle XX!! Aussi tres interesant le heroiesme du peuple et gouvernement de Liechtenstein,

  3. Italo VERNAZZA dit :

    Le film de Robert Enrico était en effet un bon film… donc beaucoup trop dangereux pour les gardiens du Temple.En outre, le Prince du Liechtenstein s’était conduit en… prince — Rien à voir avec les Hollandais ou les Luxembourgeois… Mais tout cela explique et justifierai presque les « Bilderberg » et ce sinistre farceur de Juncker.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0