Accueil » Culture » Vanden 27 octobre 1927 – 6 janvier 1952

Vanden 27 octobre 1927 – 6 janvier 1952

 » Que la France me donne cent Vandenberghe, et nous vaincrons le Viet-minh… »
Général de Lattre de Tassigny

vanden10Roger Vandenberghe est né le 27 octobre 1927 à Paris.

Le 14 juillet 1944, à l’âge de 16 ans il rejoint le Corps franc Pommiès lequel, d’un point de vue opérationnel, dépend de directement du B.C.R.A de Londres. Il s’illustre rapidement au sein de cette troupe qui est la première à rentrer en Alsace.

Le 10 janvier 1945, à 17 ans, il est blessé par l’explosion d’une mine alors qu’il menait une reconnaissance pour laquelle il s’était porté volontaire.  Cette action lui vaut d’être cité à l’ordre du régiment.

À la fin de la guerre, Vanden, comme on le surnomme dès lors, décide de rester dans l’armée.

Il est alors affecté le 12 février à la 2e compagnie du 49e régiment d’infanterie, formé des anciens du Corps franc Pommiès qui est stationné en Allemagne. Nommé caporal en 1946, il se porte volontaire avec son frère pour l’Indochine et rejoint le 2e bataillon de marche du Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient.

Le 11 janvier 1947, Vanden embarque à Marseille. Un mois plus tard, il arrive à Tourane en Annam et tombe sous le charme de ce pays qu’il lui semble connaitre depuis toujours.

Le 6 janvier 1948 son frère aîné est tué a Ha Dong lors d’un assaut ; ce deuil le prive de toute famille de sang.

Grièvement blessé en février 1949 alors qu’il est sergent et chef d’une section de partisans du 6e RIC il est fait Chevalier de la légion d’honneur a 21 ans.

Après huit mois de convalescence il reprend son combat ; de nombreux fait d’armes sont accomplis, entre autres l’attaque de Ninh Binh pour récupérer le corps de Bernard de Lattre de Tassigny tué lors de la chute de son poste dans cette région dite des calcaires.

En se faisant passer pour prisonnier de ses propres hommes grimés en soldat du Viet-minh, il attaque un PC du Viet-minh qu’il investit après une pénétration de plusieurs Kms en territoire non contrôlé.  Il aura avec lui des hommes qui égaleront son courage et reconnaîtront sa valeur de chef et d’éminent stratège qui a su assimiler les tactiques de ses adversaires.   Il a parfaitement compris et imité la méthode communiste d’infiltration sur les arrières de l’adversaire, et avec une grande méticulosité il décuple l’efficacité de ses coups de main.

11_han10

Son commando no 24 tout de noir vêtu qu’il nommera par la suite Les Tigres Noirs, comprend des partisans ainsi que des ralliés, peu nombreux au départ (environ 50); par la suite il en augmenta le nombre ce qui ne lui permit plus de suivre tout son monde et de s’assurer de la fiabilité de chacun.

Le 5 janvier 1952, le sous-lieutenant Nguien Tinh Khoï le trahit et l’assassine pendant son sommeil, ainsi que le sergent Puel.

C’est l’un des sous-officiers de l’armée française les plus décorés, avec quinze citations et douze blessures, principalement gagnées pendant la guerre d’Indochine.

ceremo11-vanden

Castillon de Béarn, stèle de l’Adjudant Chef Vanden

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (4)

  1. Guyot dit :

    Chapeau Vanden ! Et merci……..

  2. le meur dit :

    le commando,des tigres noirs vanden a était assassiné,par un traitre !

  3. le meur dit :

    jetais présent lors de son rapatriement de ses cendres,en france,avec ma section d’anciens paras unp 92 nord

  4. DELTA 2 dit :

    Un vrai soldat, qui peu démontrer que sans avoir fait Saint Maixent, on peu devenir un chef exemplaire, un chef qui s’impose et rayonne aujourd’hui, beaucoup de Sous Officier devraient prendre exemple,sur Vanden.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0