Accueil » Politique » Rejetons la dictature mortifère de l’écologisme

Rejetons la dictature mortifère de l’écologisme

Dans leur Ve République, les trois mots de leur devise « Liberté, égalité, fraternité» se vident chaque jour un peu plus de leur contenu. La fraternité au sein de la société française, si tant est qu’elle ait existé, disparaît de plus en plus dans le chacun pour soi, les gens s’enfermant dans leur bocal personnel circonscrit par les limites de leur smartphone, la société s’atomisant dans le communautarisme ethnique. L’égalité de traitement des Français existe moins que jamais, selon que l’on habite dans les provinces – « le trou du cul du monde » disent certains – ou dans les grandes villes, selon que l’on est allogène ou Français de souche, selon que l’on fait partie de ceux qui se dénaturent dans la mondialisation ou bien de ceux qui restent en dehors, méprisés par les premiers, les Gilets jaunes en étant un symptôme.

Quant à la « liberté », elle se vide de plus en plus de son peu de car la « liberté » républicaine est un concept abstrait, la meilleure illustration étant la liberté de voter pour – ou contre – quelqu’un après quoi vous n’avez plus qu’à vous taire ou à parler dans le vide. Un adage dit « la dictature c’est » fermez- la », la démocratie c’est « cause toujours » ».

En fait, la dictature, au sens où celle-ci n’est pas voulue par le peuple en tant que moyen de le rétablir, comme c’était le cas par exemple avec Cincinnatus à l’époque romaine, mais conçue comme un asservissement au profit d’une minorité, ne se traduit pas nécessairement par l’élimination des opposants, voire leur emprisonnement. Du moins jusqu’à un certain point car, lorsqu’un régime politique se sent fragilisé, il n’hésite pas à sortir la trique contre ceux qui, tant soi peu, leur apparaissent comme dangereux. Un Alain Soral, un Dieudonné sous prétexte de fraude fiscale sont menacés d’embastillement, ou l’ont déjà été comme Vincent Reynouard, pour avoir osé s’attaquer avec trop de réussite à l’élément sacré des régimes occidentaux, la Shoah et le judaïsme politique. Car, ne l’oublions pas, toute société a son élément sacré : ayant détruit le sacré chrétien, les héritiers de 1789 s’en sont trouvé un autre.

Cela précisé, l’entrée en dictature se produit aussi à travers les idéologies, transformées en croyance, avec leurs dogmes, leurs prêtres, leurs bras séculiers. Actuellement, à côté des vérités rendues obligatoires par les lois Fabius Gayssot, se développe, à travers le GIEC, les COP 21 et 22 la « vérité» écologiste: ce qui ne devrait être que débat scientifique devient religion. Bien que nombres de scientifiques soient plus que dubitatifs quant au réchauffement climatique et à sa cause d’origine anthropique et carbonée, les experts auto proclamés du réchauffisme pour cause de multiplication de C02 transforment la société française en une vaste prison quotidienne et la vie des Français en cauchemar.

Mis en musique par Macron et consorts, qui pensent ainsi se donner la stature d’hommes d’Etat qu’ils n’ont pas, voici les Français sommés de se soumettre au processus de « transition climatique », Chaque jour, de nouvelles réglementations viennent empoisonner leur vie et leur vider un peu plus un porte-monnaie déjà exsangue : un jour, c’est l’isolation des maisons, un autre c’est l’obligation de changer ses fenêtres, le suivant, c’est celle de supprimer des poêles à bois jugés polluants. Il est prévu la « Rénovation obligatoire » des bâtiments privés résidentiels trop consommateurs d’énergie primaire, la création d’un « carnet numérique de suivi et d’entretien du logement intégrant l’amélioration de la performance énergétique », bref, un flicage accru des Français !. Bien entendu, sus au moteur à explosion! Tous à l’électrique! Peu importe que la fabrication des batteries pollue et que les énergies dites renouvelables sont aussi polluantes et insuffisantes pour répondre à la demande croissante d’énergie.

Dans les villes, on frappe d’interdit la circulation de certains véhicules décrétés polluants, même s’ils constituent une part minoritaire du parc automobile. Ce faisant, ces excités de la pollution veulent ignorer que nombre de Français, désargentés, au bord de la misère, vont se trouver privés de leur voiture, dans la mesure où ils n’ont pas les moyens d’acheter une voiture neuve, de préférence électrique, au prix d’achat plus élevé que celui des voitures à essence.

Et, n’en doutons pas, le pire est à venir, car les idées, aujourd’hui d’apparence farfelues, deviendront demain des vérités indiscutables. Pensons à la théorie du genre ou « gender » : ceux qui la promouvaient voici trente ans étaient considérés comme de doux dingues; aujourd’hui, c’est devenu une théorie enseignée dans les écoles ! Ainsi, relevons ces recommandations ahurissantes du bureau d’études B&L Evolution (consoglobe.com) : interdiction de vendre des véhicules neufs pour un usage particulier … voies urbaines réservées aux mobilités douces ( … ) mise en place d’un couvre- feu thermique entre 22 h et 6 h et, même, interdiction de construction de nouvelles maisons individuelles et une surface maximum de 30 m2 par habitant.

Leur écologisme relève de la même gnose que le catharisme selon laquelle c’est l’homme – et évidemment l’Homme blanc en premier lieu – qui est la cause des malheurs de la Terre. L’ancien ministre Yves Cochet n’a-t-il pas déclaré qu’il fallait limiter notre nombre d’enfants en Europe pour mieux accueillir les migrants ?

Dans cette affaire, l’oligarchie régimiste dont Macron est le porte-parole, pense que la France va ainsi « donner le la » au monde entier comme elle pense le faire depuis 1789. En réalité, les autres Etats l’ignorent superbement. De plus, ce n’est pas la France, avec seulement 1  des émissions de gaz dits « à effets de serre» qui va sauver la planète d’une prétendue catastrophe. Mais, nonobstant, ces politiciens dégradent la vie quotidienne des Français, les persécutent, détruisent l’économie nationale et précipitent notre ruine.

Toute personne de bon sens doit rejeter ces politiques totalitaires menées par des fanatiques, qui sont en même temps des criminels. Ne nous trompons pas de combat. L’écologie véritable consiste à préserver notre race, à retrouver et garder une mentalité saine. Il faut mettre fin au génocide ethnique que constitue l’invasion migratoire et la préférence donnée à l’étranger sur le naturel français et européen. Corrélativement, les femmes doivent rejeter les pilules à dépeupler et nocives pour leur santé. L’avortement doit être dénoncé comme le crime qu’il est, tout comme l’assassinat des vieillards sous l’appellation d’euthanasie. Il faut retrouver notre fierté, nos traditions. Il faut rétablir une alimentation saine, refuser d’importer des viandes et des produits alimentaires bourrés de pesticides, comme le fait l’U.E avec l’accord de libre-échange avec le Mercosur par lequel viendront en Europe des viandes bourrées de substances chimiques, avatars de ce qu’on appelait voici quelques décennies le « poulet aux hormones ». Il faut « relocaliser » les productions puisque le commerce international s’effectue au moyen de navires qui polluent plus que tout autre véhicule.

L’écologie est une philosophie de vie par nature nationaliste.

L’écologisme est une idéologie gauchiste, anti naturelle, mortifère, en passe de transformer la société française en un univers carcéral toujours plus étouffant. Le combat nationaliste passe à l’évidence par la mise hors d’état de nuire de la dictature de l’écologisme.

MILITANT

Éditorial de MILITANT n°717 – Juillet Août 2019

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0