Accueil » Vidéo » Documentaire » Devoir de Mémoire = embrigadement politique

Devoir de Mémoire = embrigadement politique

Dans ce court éditorial, Vincent Reynouard démontre, avec le cas d’Oradour, qu’au-delà des discours prétendument neutres, le Devoir de Mémoire n’est qu’une vaste opération d’embrigadement politique sous la bannière de l’antifascisme.
Puis il réfute l’argument selon lequel si la République détourne les jeunes du fascisme, c’est parce que les leçons de l’Histoire condamnent objectivement les fascismes. Il ne serait donc pas question de politique, mais de simple vérité… Reynouard répond en soulignant que l’Histoire invoquée par les gardiens de la Mémoire est celle écrite par les vainqueurs. Or, qu’est-ce qui nous en garantit la véracité? Et si cette version de l’Histoire se révèle fausse, alors la condamnation des fascismes perd toute légitimité. D’où l’importance d’un libre débat sur cette Histoire. Pour Oradour, sachant qu’aucune loi n’interdit de contester un crime de guerre, Vincent Reynouard invite le directeur du Centre de la Mémoire à débattre avec lui, en direct, sur Skype…

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (1)

  1. Les sujets du baccalauréat d’histoire 2016 des séries littéraire et économique et sociale traitaient de ça :

    http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/bac-2016-les-sujets-et-corriges-d-histoire-geographie.html

    Sujet 1a : l’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France.
    Sujet 1b : l’historien et les mémoires de la guerre d’Algérie.

    (Il est conseillé par la presse de parler de Benjamin Stora comme d’un « fils d’immigrés algériens » [sic], alors que c’est un naturalisé par le décret d’Isaac Jacob Crémieux datant de leur Troisième république).

    Il ne s’agit plus d’apprendre les faits historiques, mais d’étudier l’historiographie. On fabrique donc du futur journaliste bavard sur des sujets qu’il ne connaît pas et prétextes à la propagande au fil de leur défilement sur le prompteur, mais on n’enseigne plus l’histoire en tant que telle.
    Seulement les petites histoires de l’ouverture des archives, ou bien des témoignages ou encore de la politique de diffusion des contenus…

    Quant au rôle d’endoctrinement de la presse (la médiacratie), il est présenté comme une fatalité :

    Sujet 2 – En vous appuyant sur les exemples étudiés au cours de l’année, vous traiterez le sujet suivant : médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus

    On est dans le domaine de la sociologie et de la « science politique » : l’histoire des médias et des courants d’opinion si on peut dire car le résultat à un vote dans une « démocratie » où les partis médiatiquement autorisés ressortent tous de la même matrice n’est guère éclairant !

    Et la géographie est… étasunienne et en grande partie de l’histoire mondialiste (« ouverture » à ci et à ça) :

    DEUXIÈME PARTIE
    Réalisation d’un croquis de géographie
    Sujet – Les dynamiques territoriales des États-Unis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0