Accueil » Actualité » Chronique du vivre-ensemble et de la diversité du 29 juillet 2016

Chronique du vivre-ensemble et de la diversité du 29 juillet 2016

Haine des Blancs et jalousie : vraies causes des attentats 

 

Est-ce l’été ? Le soleil ? La fin du ramadan ? Difficile de savoir… En tout cas, l’été 2016 restera dans toutes les mémoires. L’attentat de Nice semble avoir été le déclencheur d’une guerre larvée menée contre nous, les Blancs, depuis des années et qui apparaît aujourd’hui dans sa phase de pleine maturation.

En effet, on ne compte plus depuis une semaine les attaques menées « à l’aveugle » par des arabo-musulmans. Se sentent-ils pousser des ailes à la suite du détestable exemple donné par le tunisien Mohamed Lahouaiej Bouhlel ? Tout ne fait certes pas la « Une » des médiats. Un exemple parmi d’autres : ce Marocain interdit de séjour chez nous qui, alors qu’il était « fortement alcoolisé », a agressé une mamie à Uzès et a menacé de tout faire sauter « comme à Nice ». Un simple fait divers bien sûr… sauf que des tas d’actes de la sorte sont à déplorer… Il y a donc une logique derrière tout cela.

Sans tout lister, évoquons simplement les faits les plus graves de ces derniers jours: l’agression au couteau d’une mère et de ses trois filles dans un VVF des Hautes-Alpes tout d’abord. Le coupable? Un Marocain de 37 ans. En Allemagne ? Même chose avec l’attaque d’un train par un afghan de 17 ans armé d’une hache ! (NDLR: Article écrit le 22 juillet. Ajoutons-y l’horrible égorgement d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray).

Entre la folie meurtrière de « fous d’Allah », plus ou moins islamisés et la violence quotidienne de la racaille (issue à 90% de l’immigration extra-européenne ; les 10% restants -européen par le sang mais non par l’esprit- sont des traîtres à leur race) se dresse nettement une frontière extrêmement floue où l’on passe d’un côté à l’autre sans soucis. Pourquoi ? Simplement parce que l’ennemi est le même. Ils détestent, haïssent et jalousent les Blancs, les Français, les Européens.

L’islam (l’islamisme ?) n’est souvent que le catalyseur d’une haine beaucoup plus profonde à notre égard. C’est pour cette raison qu’il est pris comme justification quasi-systématiquement, même par des individus qui en sont, en réalité, très loin. Pour eux : islam = anti-Blancs, point. L’islam de notre société multiculturelle a permis de rassembler autour de son étendard toute la hargne qu’une partie des non-Blancs nourrit envers nous. Son prosélytisme, sa place grandissante dans nos sociétés européennes, son poids dans le monde, son caractère guerrier, sa virilité (souvent fantasmée d’ailleurs), son aspect fortement communautaire et non-européen sont autant de raisons pour des immigrés de s’en réclamer. C’est évident, et cela l’est encore plus quand l’islam est la religion de leurs pères.

Vient maintenant la question des motivations profondes des terroristes qui ont attaqué la France et l’Europe ces derniers mois. Sont-ils tous des musulmans ou des islamistes sérieux ? Pas du tout et peu importent les revendications fantaisistes de l’Etat Islamique qui récupère tout et n’importe quoi dans une guerre médiatique relativement bien menée. Revenons à nos terroristes. Ils prennent certes logiquement l’islam comme étendard mais le sérieux de leur foi laisse souvent à désirer. Prenons le cas du boucher de Nice : Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui :

« « obsédé » par son apparence physique depuis son enfance, s’était jeté dans le sport et les anabolisants. Selfies à gogo. Le prédateur était en chasse. Hommes, femmes… Jeunes ou vieux, qu’importe. L’appétit sexuel de Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’avait pas de limite. Les enquêteurs ont auditionné un homme de 73 ans, présenté comme son principal amant. »

Amateur de danse, ce tunisien bisexuel fréquentait encore le milieu de la Salsa deux semaines avant son carnage sur la promenade des Anglais. « Un profil qui ne ressemble pas, a priori, à celui des « combattants » ou « soldats du califat » recrutés jusqu’ici par Daech. ». Effectivement. Mais l’on pourrait dire la même chose de plusieurs des terroristes du Vendredi 13 et en particulier de Salah Abdeslam, amateur de joints et de Mac Donalds (le grand Satan américain!!!) qui, en cellule, s’abreuve de télé-réalité… Ah, cet « Occident » honni mais tellement attirant…

Les motivations réellement islamistes existent et il ne s’agit pas ici de minimiser leur dangerosité. Toutefois, force est de constater que l’islam est utilisé par plusieurs terroristes (ou racailles) avant tout comme une image, une marque, un simple signe d’appartenance. Dans ce monde d’images, utiliser celle de l’islam convient bien souvent à nous dire « Je vous déteste ! ».

Dans un syncrétisme étrange -symbolisé par tous ces musulmans portant la djellaba en même temps que des Nike aux pieds- un islam plus ou moins suivi (et/ou compris), considéré fort justement comme marqueur identitaire de différenciation se couple à une totale fascination/répulsion de la société libérale. On passe du supermarché, temple de la consommation, à la mosquée. Le vendredi, on prie et le samedi, on va aux putes le nez chargé de coke. La télévision, elle, reste toujours allumée.

Les plus jeunes générations d’immigrés, celles qui ont fourni pratiquement tous les meurtriers des attaques terroristes qui nous occupent, répondent à ce modèle. Peu importe dans le fond leur degré de religiosité ; le résultat est le même : ils nous envient, ils nous jalousent, ils veulent prendre notre place, ils nous haïssent, ils nous attaquent, ils nous tuent. Les Blancs sont à leurs yeux les coupables de tous leurs maux. Dans leurs représentations du monde simplistes, nous symbolisons la réussite, la stabilité, la liberté que eux n’ont pas. D’où leur mépris. Notre faiblesse n’arrange rien, elle les pousse à passer encore plus facilement à l’action.

La propagande multiculturelle à berné les immigrés en leur faisant croire qu’ils pourraient être comme nous, qu’on était tous égaux mais la réalité est tout autre et débouche sur une frustration multiforme qui explose aujourd’hui, sur fond de revendications identitaires ou communautaires et de jalousie envers ce nous sommes ou semblons être à leurs yeux. Nous sommes coupables de leur pauvre sort, de leur manque de réussite, de la colonisation, du racisme etc etc. Ajoutez à cela la pauvreté d’esprit souvent caractéristique d’individus instables à tous niveaux (capables de se « radicaliser » et de se décider à massacrer des innocents en quelques semaines) et vous obtenez un cocktail détonnant amenant à une guerre inévitable comme je l’ai évoqué dans mon précédent article.

Il est faux de croire qu’on nous mène une guerre qui ne serait que religieuse. Elle est multiforme mais raciale avant tout. L’islam est le drapeau des peuples de couleur qui s’opposent à nous et c’est en cela qu’il est le plus dangereux.      Rüdiger / C.N.C.     racisme-anti-blanc-haine-existe-600x449

 

 

Le deuxième tueur du prêtre égorgé est «formellement identifié»

 

L’enquête sur l’assassinat du prêtre dans l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray a progressé jeudi avec l’identification formelle du deuxième tueur, récemment fiché pour radicalisation.

Les enquêteurs ont formellement identifié Abdel Malik Nabil Petitjean, 19 ans, comme étant la deuxième personne impliquée dans l’égorgement mardi du Père Jacques Hamel, 86 ans, tué pendant qu’il célébrait la messe dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray.

La justice ne disposait pas de ses empreintes, ni de son ADN, ce qui a retardé son identification. Il était toutefois fiché pour radicalisation depuis le 29 juin pour avoir tenté de rejoindre la Syrie via la Turquie.

Des prélèvements ADN effectués sur sa mère ont permis son identification. Trois personnes de son entourage familial ont été placées en garde à vue.    

2171909f-3a2c-40ea-b282-320676372510_JDX-NO-RATIO_WEB

 

 

Émeute entre clandestins Soudanais et Afghans

 

Mardi, en fin d’après-midi, l’arrivée de plusieurs dizaines de migrants à  Mantes-la-Jolie a suscité de l’agitation à la gare. Ces derniers avaient été expulsés de Paris dans la journée pour rejoindre Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, en car. Mais au cours du trajet, une émeute a éclaté entre des Afghans et des Soudanais. Résultat : le voyage a dû être interrompu et les envahisseurs ont été invités à rentrer à Paris, par train, depuis la gare de Mantes-la-Jolie. Deux d’entre eux, sérieusement blessés durant la bagarre, ont été hospitalisés à Rouen.

 

 

Deux nouveaux centres d’hébergements à Paris pour les envahisseurs

 

« Le camp humanitaire pour réfugiés » voulu par Anne Hidalgo à Paris sera déployé sur deux sites, l’un dans le nord, l’autre dans le sud-est de la capitale, a indiqué mercredi la mairie de Paris.
Il s’agira d’un camp déployé sur deux sites, celui situé dans le nord dédié aux hommes seuls, le second « aux publics fragiles », femmes seules, avec enfants, familles, dont l’ouverture est prévue avant fin septembre. Ils serviront d’accueil de jour afin d’étudier la situation des clandestins au fur et à mesure qu’ils arrivent dans la capitale. Ils offriront néanmoins une partie hébergement provisoire où les migrants pourront être accueillis pendant quelques jours avant d’être relogés par l’Etat.
Le centre, tous sites réunis, doit ouvrir avec 200 à 400 places avec une « montée en charge » pour accueillir jusqu’à 800 personnes. La possibilité d’ouvrir plusieurs sites avait été évoquée à plusieurs reprises par la maire comme par l’Etat qui, en juillet, a annoncé son engagement dans la création de ces centres de premier accueil. La Ville donnera la localisation précise des sites fin août « quand les travaux seront suffisamment avancés » pour éviter que les lieux ne soient envahis et squattés avant. 

 

 

Originaire d’Afrique du nord, il  menace un chauffeur de bus et fait l’apologie de Mohamed Mera

 

Un homme d’origine nord-africaine  a été présenté au parquet de Toulouse après avoir été arrêté lundi en fin de matinée à Toulouse. Visiblement alcoolisé et après avoir pris des drogues, cet homme de 41 ans au passé marqué par sa toxicomanie est monté dans un bus Tisséo.

Il s’est rapidement accroché avec le chauffeur à qui il a fait un geste d’égorgement… Puis il a vanté les actes de Mohammed Merah, l’auteur des attentats de mars 2012.

Vite arrêté, il a d’abord été placé en dégrisement avant d’être auditionné par les enquêteurs du Quart judiciaire.

Ses menaces de mort et son apologie du terrorisme devraient lui valoir une présentation devant le tribunal correctionnel cette semaine dans le cadre des comparutions immédiates.

 

 

Deux français renégats, apprentis djihadistes, condamnés à 4 et 5 ans de prison ferme

 

Deux amis d’enfance orléanais, Matthew Chaudemanche et Rudy Demarcy de respectivement 21 et 22 ans, convertis à l’islam, ont été condamné le 25 juillet à 4 et 5 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir projeté de partir combattre en Syrie. Si Rudy Demarcy a écopé d’une peine supérieure c’est parce qu’il a acheté et détenu les armes à son domicile. 
Le tribunal a retenu contre eux la qualification d’« association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste » estimant que les éléments du dossier attestaient « de préparatifs concrets et avancés d’un départ en Syrie, pour y combattre sous la bannière de l’État islamique ». 
Le président a justifié l’absence de période de sûreté par leur « jeune âge » et son souhait d’aider à leur « réinsertion ». Leurs noms seront néanmoins inscrits au fichier des auteurs d’infractions terroristes (FIJAIT), en vigueur depuis le 1er juillet dernier.
L’enquête avait démarré par hasard : lors d’une intervention des pompiers fin janvier 2015, des armes blanches et à feu avaient été découvertes chez l’un des deux hommes. Matériel de survie, Coran, tapis de prière avaient également été retrouvés lors de la perquisition.   
Il apparait qu’entre 2012 et 2014, déjà 8 jeunes français de souche reniés de la région sont partis pour la Syrie.
 

 

 

Nuit d’émeute  dans le quartier « occupé » du Val Fourré

 

Nouvelle montée de la violence, dans la nuit de dimanche à lundi, à Mantes-la-Jolie. Vers minuit, les policiers ont été attaqués rue Paul-Gauguin, dans le quartier du Val-Fourré, alors qu’ils sécurisaient une intervention des pompiers. Un petit groupe d’individus leur a jeté des projectiles. Deux impacts de pierres ont été relevés sur la carrosserie d’une voiture de police. Les agents, épaulés au cours de la nuit par l’unité de sécurisation et d’intervention, ont riposté à coups de flash-ball pour disperser leurs agresseurs.

Déjà, dans la nuit de vendredi à samedi, vers 0 h 30, la police avait été la cible de jets de pierres, de cocktails Molotov et de mortiers de feu d’artifice, lors d’une intervention pour un incendie, rue Marcel Doret. Leurs agresseurs avaient crié le nom d’Adama Traoré, ce jeune homme décédé le 19 juillet lors de l’arrestation de son frère par les gendarmes, à Beaumont-sur-Oise.

Un détail qui suscite une certaine vigilance de la part des autorités qui redoutent un effet de contagion dans les cités.

 

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (1)

Répondre à paldon Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0