Accueil » Actualité » Actualité internationale » Bulgarie : le candidat de droite nationale en 3eme position au 1er tour de la présidentielle

Bulgarie : le candidat de droite nationale en 3eme position au 1er tour de la présidentielle

Bulgarie : le candidat de droite nationale en 3eme position au 1er tour de la présidentielle

 

Au premier tour de l’élection présidentielle bulgare qui se tenait dimanche 6 novembre, le candidat d’une coalition électorale de droite nationale appelée Front patriotique réalise une percée. Avec plus de 15 % des suffrages, Krassimir Karakatchanov est arrivé en 3eme position sur les 21 candidats dans la course. Il réalise ainsi une progression fulgurante en regard de son score aux précédentes présidentielles de 2011 où il avait recueilli 0,99 % des voix et se plaçait en 10eme position. Karakatchanov est le leader du parti VMRO-Mouvement national bulgare qui dispose également depuis 2014 d’un élu au Parlement européen, Angel Djambazki.

bulgarie-le-candidat-de-droite-nationale-en-3eme-position-au-1er-tour-de-la-presidentielle

Devant Krassimir Karakatchanov, ont été qualifiés pour le second tour, Roumen Radev avec 25,7 %, soutenu par le Parti socialiste dans l’opposition, et Tsetska Tsacheva avec 22 %, présidente du Parlement soutenue par le parti conservateur au pouvoir. Plamen Orecharski, le candidat du parti de la minorité turque, inféodé à la Turquie d’Erdogan, obtient 5,87 % des suffrages.

Tsetska Tsacheva, candidate de la majorité au pouvoir, mise en difficulté, a assuré qu’elle garantira l’avenir euro-atlantique de la Bulgarie, appelant les jeunes et la classe moyenne à la soutenir « contre le général rouge ». Elle désigne par cette expression celui qui l’a devancé, Rumen Radev, ancien commandant des forces aériennes, qui est plutôt favorable à la levée des sanctions européennes contre Moscou. Néanmoins le général a répliqué sur la radio publique n’avoir jamais mis en doute l’orientation euro-atlantique du pays, rappelant qu’il était général de l’OTAN formé aux États-Unis…

Krassimir Karakatchanov n’a donné aucune consigne de vote face aux candidats restants en lice qui ne sont que les deux faces de la même pièce euro-atlantiste et mondialiste.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0