Accueil » Actualité » Actualité française » Chronique du vivre-ensemble et de la diversité du 7 juillet 2016

Chronique du vivre-ensemble et de la diversité du 7 juillet 2016

Chronique du vivre-ensemble et de la diversité du 7 juillet 2016

jeune_nation_foutons-les-dehors-2

Un Marocain agresse sexuellement une ado, un an de prison avec sursis

 

A Mende, une jeune Montpelliéraine de 17 ans annonce à sa mère qu’elle a rendez-vous, du côté de la mairie, avec quelqu’un qui veut lui acheter des vêtements… Quelques heures plus tard, elle rentre au domicile familial, toute tremblante. « Elle est allée dans sa chambre, raconte sa mère à la barre du tribunal correctionnel. J’ai pensé qu’elle avait été agressée. Quand je suis rentrée, elle a vite enlevé ses vêtements. J’ai voulu regarder si elle avait des marques, des bleus. Elle me criait : ‘Sors, sors !’ Elle ne voulait rien me dire. »

La mère aperçoit des taches de sperme sur sa chemise. L’adolescente finit par admettre que c’est l’œuvre d’un homme de 24 ans, rencontré quinze jours plus tôt, au Polygone, et auquel elle avait donné, plus qu’imprudemment, son numéro. Après des jours de badinage par textos, elle lui avait donné rendez-vous à l’arrêt de tramway Voltaire, où il lui avait promis des chaussures pour son anniversaire.

Au lieu de ça, le prétendant, de nationalité marocaine, marié, l’aurait conduite dans le hall d’un cabinet médical et, une fois dans les étages, il se serait mis à lui caresser les fesses. Les protestations de l’oie blanche n’auraient pas calmé ses ardeurs. Au contraire, le pantalon sur les chevilles, il se serait masturbé contre elle, en la maintenant de force contre lui par le col de la chemise. Quelques secondes plus tard, il avait disparu. En rentrant chez lui vers 23 h, il a souri à sa femme, en racontant qu’il était allé faire « quelques courses ». 

Le procureur de la République a requis six mois avec sursis pour un homme au casier vierge. Le tribunal en donnera six mois de plus avec sursis, assortis d’une inscription au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.

 

 

Un supporteur de l’Islande poignardé dans Paris par un étranger

 

Un supporteur de football a été grièvement blessé de deux coups de couteau, dimanche soir, dans le Xe arrondissement de Paris, peu de temps après le coup de sifflet final du match France-Islande.

L’agression a eu lieu vers 23 h 30, rue de Dunkerque, en face de la gare du Nord. Grièvement blessée, la victime, un Anglais de 25 ans qui portait les couleurs de l’Islande et de la France, présentait de profondes plaies au niveau de l’abdomen, larges d’environ 2 cm. Ce policier britannique, en vacances à Paris avec sa compagne, a été transporté en urgence à la Pitié-Salpêtrière où il a été opéré dans la nuit. « Fort heureusement, ses jours ne sont plus en danger ».

« Quand il a été frappé, j’ai entendu sa femme poussait un effroyable cri, rapporte un témoin. L’auteur des coups de couteau, un gaillard d’environ 1,9 m, s’est tenu immobile quelques instants devant lui, avant de s’éloigner tranquillement, comme si de rien n’était. » Mais l’employé d’une brasserie voisine, le Terminus Nord, va se lancer à ses trousses, suivi par ses collègues. Ensemble, ils vont tenter de maîtriser le fuyard.

C’est à ce moment-là qu’un policier hors service, en poste en Seine-Saint-Denis, va passer à moto. Après avoir entendu crier « il a tué quelqu’un », le fonctionnaire va se précipiter sur l’auteur des coups de couteau et l’immobiliser jusqu’à l’arrivée des renforts.

Selon la compagne de la victime, « un différend verbal » serait à l’origine de l’agression. Placé en garde à vue au commissariat du Xe, l’auteur présumé des violences a affirmé qu’il ne parlait pas français et n’avait aucun papier d’identité sur lui. Il a finalement été conduit à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. « Ce n’est visiblement pas quelqu’un qui a toute sa tête », s’avance un gradé.
Sur les indications de l’employé de la brasserie qui l’a vu se débarrasser des armes, les policiers ont retrouvé deux petits couteaux ensanglantés dans une poubelle, non loin de là, boulevard de Denain

 

 

La voleuse dit comprendre ses frères musulmans qui attaquent la France

 

A Bias, dans une galerie marchande, une femme d’une trentaine d’années a été interpellée par policiers après avoir dérobé des clous. Affaire banale sauf que la femme a insulté les agents, les a menacés et a affirmé qu’elle comprenait «ses frères musulmans qui attaquaient la France». Placée en garde à vue, elle aura à expliquer cette apologie du terrorisme.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commentaires (1)

  1. dervan dit :

    La Comédie-Française dans la Cour d’honneur du Palais des papes d’Avignon, avec la piece d’un neerlandais d’apres un film italien sur la « barbarie » de la bourgeoisie allemande : « On ne peut pas ne pas penser au djihadiste » (sic). En presence d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture.
    https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/festival-d-avignon-les-damnes-retour-gagnant-de-la-comedie-francaise-avignon-1467881532
    http://culturebox.francetvinfo.fr/avignon/le-festival-d-avignon/a-avignon-les-damnes-installent-la-barbarie-dans-la-cour-d-honneur-242535

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0