Accueil » Actualité nationaliste en Europe » Messages du Mouvement légionnaire roumain aux participants du Ve Forum de l’Europe

Messages du Mouvement légionnaire roumain aux participants du Ve Forum de l’Europe

Nous livrons ci-dessous les messages de Coriolan Baciu, de la Fondation Ion Gavrila Ogoranu et de Dan Boghiu, dernier commandant du Mouvement légionnaire roumain en exil, portés par Sorin Olariu aux participants du Ve Forum de l’Europe qui s’est tenu, sous l’égide de Jeune Nation, le 11 mai 2019 à Paris.

 

Message de Coriolan Baciu pour la Fondation Ion Gavrila Ogoranu :

Chers participants à la réunion des nationalistes en Europe,

Nous remercions nos amis en France, organisateurs de cette réunion, de leur invitation à la Fondation Ion Gavrila Ogoranu à être présents cette année, comme dans les années précédentes, à la réunion de Paris.

En 1957, le philosophe et écrivain Emil Cioran a publié dans un magazine littéraire parisien un texte intitulé Lettre à un ami lointain. Bien que non nominative, la lettre était adressée au philosophe roumain Constantin Noica, alors interdit en tant qu’écrivain roumain et contraint de vivre sous la stricte surveillance de la Securitate dans un petit village de montagne, loin de Bucarest.

Les deux intellectuels étaient dans les années 30 militants de l’organisation nationaliste Légion de l’Archange Saint Michel. Le philosophe Constantin Noica a voulu donner une réponse du point de vue de ceux du pays à la position soutenue par Cioran, raison pour laquelle il a contacté un certain nombre d’intellectuels à Bucarest et a discuté de ce qui paraissait dans le magazine français, par la perspective des intellectuels suffoqués par le régime communiste en Roumanie. Pour ces discussions et ces tentatives de reprise du dialogue avec les positions exprimées par le monde libre, plus de 25 intellectuels roumains ont été arrêtés, puis enquêtés avec les méthodes les plus brutales de la Securitate pendant 2 ans et finalement condamnés à des peines allant de 10 à 25 ans, dans l’une des procédure judiciaire les plus connues de l’époque, Lotul Noica-Pillat.

Les personnes reconnues coupables ont été libérées en 1964, mais elles ont vécu pendant toutes les années suivantes sous la surveillance continue de la Securitate et étaient empêchées de publier des livres ou des articles.

Le sujet de la position d’Emile Cioran dans le texte publié était de savoir dans quelle mesure le peuple romain avait accepté le communisme et ne s’était pas révolté, contrairement aux Hongrois de 1956. La réponse de Constantin Noica ne pouvait pas être publiée, mais il ne pouvait certainement pas se référer à ce que nous savons maintenant des témoignages et des archives comme étant le phénomène de la résistance armée anticommuniste. D’après des documents retrouvés dans les archives de la Securitate, nous apprenons aujourd’hui que plus de 1 000 groupes de résistants armés ont été inventoriés par la Securitate entre 1945 et 1960 dans tout le pays. Il est vrai que la majorité d’entre eux étaient de petits groupes de 2 à 5 personnes, qui ne pouvaient constituer une action politique et militaire à grande échelle qui mettrait effectivement en péril le régime communiste, mais ils ont moralement et nationalement représenté une réaction de dignité et de courage qui a généré une lueur d’espoir pour l’avenir de la nation roumaine.

Ion Gavrila Ogoranu (1923-2006) était le plus célèbre représentant de ces groupes de résistance, ayant un destin extraordinaire, qu’il aurait pu connaître après 1989 grâce à ses œuvres mémorielles intitulées Brazii de frang dar nu se indoiesc (« Les sapins se rompent mais ne plient pas »). Ion Gavrila Ogoranu a dirigé un groupe de combattants anticommunistes qui ont combattu avec les armes pendant 8 ans, entre 1948 et 1955 dans les Montagnes Fagaras, puis pendant 21 ans entre 1955 et 1976, il n’a pu être arrêté. Parce qu’il se cachait près de la ville d’Alba Iulia, dans une famille qui a assuré sa survie.

Membre des Frères de la Croix, l’organisation de jeunesse du Mouvement légionnaire, Ion Gavrila Ogoranu a pleinement contribué à la renaissance de la tendance nationaliste en Roumanie après 1989, en symbolisant la lutte nationale pour la liberté et la dignité du peuple roumain. La Fondation Ion Gavrila Ogaranu défend les valeurs et les idéaux des groupes de résistance anticommuniste et milite pour surmonter les crises de la société contemporaine gravement affectée par le relativisme moral et le néo-marxisme culturel, proposant au public des modèles authentiques de héros et de martyrs de la nation à travers des manifestations culturelles et spirituelles, magazines et livres, et grâce à une présence vivante et authentique dans les débats importants en Roumanie.

Encore merci et nous veillerons à rester engagés pour l’avenir des nations d’Europe afin de jeter les bases d’une entente entre des nationalistes authentiques contre les structures artificielles que l’élite politique actuelle nous impose, en utilisant des armes insidieuses de répression politique et de néo-marxisme culturel.

Coriolan Baciu

Fondation Ion Gavrila Ogoranu

 

Message de Dan Boghiu, dernier commandant du Mouvement légionnaire en exil :

La rencontre du nationalisme

Je suis très content que cette rencontre se passe après tant d’années avec des nationalistes de nationalités différentes, pour discuter de leur avenir et des diverses stratégies futures de ces mouvements.

Au cours des dernières années, les mouvements nationalistes n’ont pas été traités à la hauteur des mouvements démocratiques. En Occident, après la fin de la guerre, ils ont été marginalisés par leurs ennemis parce qu’ils étaient considérés subversifs et éliminés en tant que forces politiques.

Il est clair que des erreurs capitales ont été commises par les générations passées et par de nombreux mouvements en raison des décisions imprévisibles prises par les dirigeants. Plusieurs fois, même en raison de leur vanité personnelle, ils auraient pu disparaître.

Au cours de leur ascension rapide due aux impulsions nationalistes issues de l’élan de la jeunesse, ils n’ont pas toujours eu le résultat souhaité, sauf lorsqu’ils ont atteint le pouvoir suprême de leur activité et ont gagné la rage dans l’environnement populaire pour atteindre le leadership voulu.

Cela fait de nombreuses années que les mouvements nationalistes ont dû payer le prix à cause des erreurs commises dans le passé.

Je pense qu’il est temps d’attendre que chaque mouvement prenne la voie naturelle souhaitée et nécessaire.

Les nouvelles générations doivent assumer l’impulsion nationaliste des antécédents en tirant les leçons de leurs erreurs.

Le nationalisme a la place et la mission de défendre l’histoire, en honorant les sacrifices consentis par ses prédécesseurs.

Le mouvement légionnaire est un mouvement nationaliste basé sur la foi et le sacrifice, il est née spontanément à cause de l’adversité qui l’entoure. Le capitaine Corneliu Zelea Codreanu était son créateur, faisant une révolution intérieure de la personnalité de l’individu, homme de foi et de sacrifice.

J’ai connu la trajectoire nationaliste de nombreuses nations et la lutte de tous les mouvements nationalistes a provoqué d’énormes sacrifices faisant des milliers de victimes.

Les idées des mouvements nationalistes avaient des objectifs différents. Selon l’endroit où ils ont été conçus et le temps qui a joué un rôle important dans leur naissance.

Le mouvement nationaliste roumain, appelé Mouvement légionnaire, est né d’une cause, la renaissance du sentiment national après la réunification du pays en 1918, confronté aux ingérences des éléments étrangers de la nation roumaine.

Ce ne sont plus les roumains qui ont décidé de l’avenir du pays. C’étaient les étrangers qui ont étendu leurs tentacules après un plan prédéterminé qui avait commencé à être activé et qui était de contrôler les nécessités primordiales de la population.

La turpitude a atteint un degré d’ingérence insupportable dans la politique intérieure du pays. Avec la tendance à prendre des décisions en utilisant des méthodes subversives pour s’accaparer la richesse du pays.

Un groupe d’étudiants a prêté serment sur l’icône. Qui pour les chrétiens orthodoxes, est supérieure à un serment officiel. Il constitue un lien jusqu’à la mort pour l’accomplissement des lois que le Capitaine Corneliu Codreanu avait découvertes et publiées, formant la doctrine légionnaire. Depuis la formation du premier nid, le cours de doctrine commençait à montrer au jeune le chemin difficile qu’il lui fallait parcourir. Ce chemin ne pouvait être fait sans sacrifices et il a été compris par les jeunes qui voulaient devenir le nouvel homme.

De ce nid où l’enthousiasme est né, le sacrifice était intériorisé par celui qui voulait devenir légionnaire.

La lutte menée par le Capitaine avait l’écho désiré, car pour notre pays c’était l’avènement prévu du nouvel homme. Malheureusement, le Mouvement Legionaire n’a pas été accepté par les gouvernements et les corps politiques des différents partis.

Les ennemis du mouvement ont liquidé les dirigeants, tuant l’élite légionnaire avec Corneliu Codreanu, son Capitaine.

Des années ont passées et pour cette réunion, je voudrais que tous les mouvements nationalistes reprennent contact et décident des projets futurs. Nos pays ont besoin de resserrer les liens, en tirant parti de la décadence de la démocratie occidentale et de la résurrection du nationalisme. À nous tous, ensemble, d’atteindre un autre destin à travers l’homme nouveau, intègre et patriote pour toutes les générations futures..

TLC. Vive la Légion et le Capitaine !

Dan Boghiu

Dernier Commandant du Mouvement légionnaire en exil

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (1)

  1. Alberto Da Giussano dit :

    Je ne ferais pas ici la liste exhaustive de toutes les Nations (Lituanie, Lettonie, Estonie, … et même Russie et Ukraine !) et de tous les camarades qui périrent aux côtés d’un oncle de mon grand-père.
    Lequel fût un des rares survivants de la VIIIème armée italienne qui fut broyée menu par les orgues de Staline (entièrement assistées et financées par les USA …) lors de la bataille de Stalingrad.
    Broyée menu certes … mais ce fût pire encore pour certains roumains qui sont restés jusqu’au bout des combattants exemplaires :
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=2369&v=QGWhV_OD12I
    Cercle Drumont n°2 : La Garde de Fer et le Mouvement Légionnaire par Radu Creanga
    « C’est sous – 50° que les soldats de Mussolini attendent l’offensive soviétique. L’orage qui gronde éclate cependant d’abord sur les IIIème et IVème armées roumaines et non sur les italiens, le 10 novembre 1942, ce qui entraîne l’effondrement du front et l’encerclement des troupes allemandes du général Von Paulus à Stalingrad.
    À la suite de la déroute roumaine, le front se stabilise à l’ouest du Don, le nouveau dispositif comprend les débris de la IIIème armée roumaine *, le détachement allemand du général Hollidt, la VIIIème armée italienne et la IIème armée hongroise. » **

    * Ce parent de mon grand père m’a expliqué que de la IVème armées roumaine il ne fût même plus mention, la portion du front où elle se trouvait ayant été soumise par les orgues de Staline à un tel orage que pas un m2 de terrain n’y échappa à un véritable déluge de feu et d’acier …
    ** Source « Les guerres de Mussolini » de Dominique Lormier ; Jacques Grancher éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0