Accueil » Société » L’Église catholique conciliaire et le métissage

L’Église catholique conciliaire et le métissage

L’Eglise catholique des Yvelines organise des « Assises 2019 Eglise métisse » le 10 juin prochain. Ce n’est pas une fausse nouvelle, c’est une annonce très officielle diffusée dans les églises du diocèse :

L’annonce s’ouvre par une citation de l’Epître aux Galates de Saint Paul (ch.3 v.28) :

« Il n’y a plus ni juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. »

Les promoteurs de cet événement suggèrent que si nous sommes tous unis en Dieu, il n’y a pas lieu de maintenir des frontières entre pays ni de barrières entre individus. Or Saint Paul dit seulement que la foi unit les hommes, mais il ne nie pas l’existence des juifs et des païens, des esclaves et des hommes libres, des hommes et des femmes, pas plus qu’il n’appelle à l’arasement des différences entre les individus. Saint Paul appuie simplement son discours par une hyperbole. Autrement il faudrait déduire de cette phrase que Saint Paul serait favorable à la théorie du genre qui postule que les différences entre hommes et femmes sont purement construites et non innées ! Mais les bandeaux multicolores sur l’affiche, qui rappellent le drapeau employé par les militants LGBT n’annoncent-ils pas de prochaines « Assises 2020 Eglise gay-friendly » ?

Des discussions sont prévues sur « la manière de vivre le métissage » dans :

  • La préparation des catéchumènes au baptême
  • La liturgie dominicale

Un lecteur inattentif pourra croire à ce stade qu’il s’agit d‘un mélange entre sensibilités « tradi » et « charismatiques ». Il sera détrompé par le troisième thème :

  • L’accueil de migrants en paroisse ou en association

Il s’agit bien de promouvoir l’immigration africaine en France et même les unions interraciales, ce qui est la définition première du métissage. Le paradoxe est que dans le discours officiel les races n’existent pas…

Ces Assises se tiendront à Trappes, commune des Yvelines, ancienne ville ouvrière, habitée pratiquement exclusivement par des immigrés africains, parmi lesquels de nombreux musulmans. Comment l’Église catholique des Yvelines compte-t-elle assurer le métissage dans une ville qui ne compte plus de blancs et où les Arabes vont plutôt à la mosquée ? Il faut supposer que les migrants seront généreusement distribués dans les prospères communes des alentours, où se maintient une population blanche et chrétienne importante.

Le projet est mené avec le patronage de l’évêque auxiliaire de Versailles, Mgr Bruno Valentin, qui célébrera une messe au cours de la journée. Mgr Valentin a été lui-même curé de Trappes et il connaît fort bien les difficultés de cette ville gangrénée par la délinquance et la violence. Il n’hésitait pas, il y a quelques années, alors qu’il était simple prêtre, à admettre en privé que l’immigration était un désastre. Devenu évêque, il défend aujourd’hui publiquement le contraire. Il est clair qu’étant donné le positionnement très affirmé du pape François sur ce thème, il est risqué pour un ecclésiastique de s’opposer à la politique d’accueil inconditionnel de migrants prônée par le souverain pontife.

Mais cette position du pape François ne relève pas du dogme et un ecclésiastique n’est pas tenu de la relayer en chaire. Certains prélats, mais ils sont bien rares, se sont publiquement opposés au discours du pape sur le sujet. Deux noms seulement viennent à l’esprit, ceux des cardinaux Burke et Sarah. Et parmi les intellectuels catholiques de la sphère francophone, il n’y a guère que Laurent Dandrieu, journaliste à Valeurs Actuelles, qui ait marqué son opposition à la ligne papale avec la publication en 2017 de son livre Église et immigration : le grand malaise.

Il faut rappeler que ni l’immigration ni le métissage ne sont une chance pour la France, contrairement à ce que leurs promoteurs voudraient nous faire croire. En effet, il est estimé qu’au moins 70 % des prisonniers sont d’origine africaine ou moyen-orientale (1). De bonnes âmes prétendront que c’est en raison de leur pauvreté ou des discriminations que les immigrés se retrouvent plus nombreux que les Français de souche dans les prisons. Mais même si cela était vrai, et que l’islam ou les déterminismes génétiques n’y étaient pour rien, pourquoi faudrait-il accentuer encore l’immigration, au risque d’amplifier encore le phénomène ?

Par ailleurs, on observe dans plusieurs pays occidentaux une baisse régulière du QI depuis 20 ans (2). La presse fait mine de s’interroger sur les causes de cette baisse et spécule sur les effets négatifs des perturbateurs endocriniens ou l’utilisation des écrans. Et passe sous silence la cause évidente une fois que l’on a observé le classement des pays par QI (3) : l’immigration de personnes à bas QI.

On peut faire comme si tout cela n’existait pas. On peut répondre comme ce militant de la France (in)soumise à qui l’on parle des viols commis par des migrants : « mais grâce à qui a t-on gagné la Coupe du Monde ? »

Nous encourageons nos lecteurs à manifester (courtoisement) leur opposition à ces Assises auprès de l’évêque via le formulaire de contact du site de l’Eglise des Yvelines :

https://www.catholique78.fr/contact/

Ou via le téléphone de l’évêché : 01 30 97 67 60

Nous voulons des pasteurs, pas des passeurs !

Rendez à César ce qui est à César !

Léon


Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (5)

  1. Fracasse dit :

    L’Église Catholique ne peut pas être « conciliaire », en effet selon le principe de non-contradiction, on ne peut pas être et ne pas être, que votre « oui » soit oui, que votre « non » soit non. Cette aberration philosophique est celle des « traditionalistes » réformés, c’est celle de la FSSPX qui trahit sans vergogne ses fidèles.

    • Monsieur X dit :

      Votre Église n’a plus le courage de la vérité.
      Elle se soumet à un certain mensonge par crainte d’un certain lobby.
      Ce n’est pas beau à voir.
      Je complète la phrase de JPII: n’ayez pas peur … du mensonge.
      Elle fleurit combien de fois par an la monnaie-du-pape?
      Oh, quasiment tous les jours, et pas la peine d’arroser.

      • fracasse dit :

        Cher monsieur,

        L’église conciliaire (celle des papes franc-maçons), n’est pas mon église…
        L’église catholique aujourd’hui en est réduite à des « petits-restes », allez sur le site de l’abbé Rioult, la Sapinière (en référence au sodalitium pianum, organisme mis en place par saint Pie X pour neutraliser les prélats affiliés à la F M), son dernier ouvrage est révélateur: La question juive…

        Votre François est un agent du mondialisme, bref du judaïsme politique. Et cette Église catholique n’a plus de pape depuis que Paul VI a lancé à la face du monde le 8 décembre 1965: » et nous aussi, plus que quiconque nous avons le culte de l’o.me », aveu de taille, le lendemain de la fin du Convent (expression du Père Avril) de Vatican d’Eux (la FM) où fut adopté la constitution dogmatique Gaudium et Spas.

        • Monsieur X dit :

          Excusez-moi, il doit y avoir un malentendu: c’est bien sur le Pape François et l’Eglise actuelle que j’étais en train de taper. Embêtant cette censure qui empêche de parler clairement.
          Cela dit, il reste une question: est-ce que Dieu est de notre côté?

          • Fracasse dit :

            Mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa…

            Monsieur (titre que l’on donné au cadet du monarque) le François en question est le pape de la secte conciliaire, mais il n’est pas le Vicaire de Notre Seigneur Jésus Christ, au même titre qu’Elizabeth II est « papesse » de la secte anglicane sans en être son vicaire, il ne faut pas confondre le titre qui vient de la coutume et de la charge qui provient de la succession des évêques de Rome défendant le credo de Nicée. L’église est avant tout une société surnaturelle « Là où il y a 2 lu 3 fidèles partageant une même fois, je suis au milieu d’Eux ». D’ailleurs, la religion est ce qui relie l’homme à Dieu, le mal est la privation du plus grand bien: Dieu. Dieu ne nous abandonne pas, c’est nous qui avons apostasié la religion de nos Pères et sommes responsables de notre décadence. Les 3 piliers de la civilisation Gréco-latino-chrétienne (famille, propriété privée,patrie) ont été laminés par la Révolution judéo-maçonnique où trône le typique: subversion, inversion, perversion. Lorsque l’on évoqué la Passion du Christ au fondateur de la dynastie française Clovis (en 507 après sa victoire sur Alaric à Veuille), celui-ci les larmes aux yeux s’écrivait: « Ah, si j’avais été là avec mes Francs »… Si vous avez un fils faites en sorte qu’il abandonne la baballe au pied et qu’il se mette au Behour.
            Jean Vaquié compare dans La bataille préliminaire, la résurrection de la France à celle de Lazare. Dans la définition de l’hylémorphisme (corps et âme) la France en état de décomposition avancée a perdu son âme, pour gagner à nouveau une devise: Dieu, la Gloire de Dieu et le Salut de nos âmes, le reste nous sera donner en sus, et avec une guerre juste nous reprendrons Constantinople, plantant même l’étendard de la chrétienté au sommet de la mosquée mecquoise, selon le vœu de Daniel Kimon (Pathologies de l’Islam, comment le détruire).
            J’espère qu’en ce jour d’ascension mon petit commentaire vous redonne du baume au cœur?
            Sursum corda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0