Accueil » Actualité » Journal du 26 et 27 novembre 2016

Journal du 26 et 27 novembre 2016

Sam : Saint Silvestre, Abbé

15134686_705741706266358_1422941088765644563_n

Sommaire :

Actualité nationaliste en Europe

  • Attaque contre les locaux de l’APF à Bruxelles !

France

  • Deux frères d’Adama Traoré en prison suite aux violences de Beaumont
  • Un Ivoirien viole une jeune femme et la menace avec une machette
  • Six Géorgiens jugés pour plus de 50 cambriolage
  • Un Maghrébin de Marseille dépouillait les retraités en Suisse et France
  • Des Albanais écoulaient près de 4 kilos d’héroïne chaque semaine

Etranger

   Europe

  • Invasion migratoire : Erdogan menace l’Europe d’ouvrir grandes les frontières
  • Découverte archéologique au fond de la mer Noire

   Monde

  • Turquie : retrait du projet de dépénalisation de certains viols sur mineures
  • Syrie : l’Armée syrienne progresse sur plusieurs zones stratégiques

Vidéo

  • Ne nous fâchons pas – Ils m’ont traité de brute

Kiosque

  • Lecture et Tradition n°67

Ephéméride nationaliste

  • 26 novembre 2007 : sorti de prison de Michel Lajoye
  • 27 novembre 2005 : mort de Franz Schönhuber

Agenda

  • Conférence d’André Gandillon à Dijon, le 26 novembre – 18h00

 

——————–

 

Actualité nationaliste en Europe

 

Attaque contre les locaux de l’APF à Bruxelles !

 

Ce 24 novembre, l’extrême-gauche avait mobilisé au niveau national le ban et l’arrière-ban de ses troupes  et, avec 10 organisations (!),  a rassemblé 200 personnes (!) pour protester contre ce terrible danger pour la démocratie que représente le fait qu’un parti politique légal (en l’occurrence l’Alliance for Peace and Freedom – APF) et représenté au Parlement européen ait des bureaux à Bruxelles, non loin de ce même Parlement européen (sic…).

Comme on pouvait s’y attendre, ces soi-disant démocrates ont essayé d’attaquer les locaux de l’APF. Alors que la police essayait de les en empêcher, ils se sont mis à lancer divers projectiles sur les forces de l’ordre qui ont répliqué à coup de matraques et de gazeuses.

Il va de soi que ni l’intolérance, ni les menaces, ni le vandalisme, ni même les violences n’arriveront à intimider l’APF, parti pan-européen dont NATION fait partie, et dont les bureaux continuent bien entendu à fonctionner.

PS : Notre camarade Hervé Van Laethem avait assez bien résumé les tenants et les aboutissements de cette manifestation dans un billet d’humeur que vous pouvez trouver ICI !

apf

 

 

France

 

Deux frères d’Adama Traoré en prison suite aux violences de Beaumont

 

Bagui et Ysoufou Traoré comparaissaient, mercredi, pour outrages, menaces et violences sur huit agents des forces de l’ordre, lors des heurts survenus à Beaumont le 17 novembre

C’est dans une salle pleine à craquer  et sous la surveillance des forces de l’ordre, dépêchés en nombre, que s’est déroulée l’audience. Interpellés mardi 22 novembre, Bagui et Ysoufou Traoré comparaissaient ce mercredi, en comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour outrages, menaces et violences sur huit agents des forces de l’ordre, lors des heurts survenus en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise, qui avait finalement été annulé, le 17 novembre. Les prévenus ayant demandé un délai pour préparer leur défense, ils ont été placés en détention dans l’attente de leur jugement renvoyé au mercredi 14 décembre.

Les frères d’Adama Traoré, décédé le 19 juillet à la suite de son interpellation par les gendarmes à Beaumont-sur-Oise, avaient été interpellés, mardi 22 novembre, soit cinq jours après les échauffourées survenues devant la mairie de Beaumont-sur-Oise. Ce soir-là, les soutiens de la famille d’Adama Traoré s’étaient réunis pour exprimer leur mécontentement  face à l’inscription à l’ordre du jour du conseil municipal d’un vote sur la prise en charge des frais de justice (environ 10 000 euros) de la maire, Nathalie Groux qui voulait porter plainte contre Assa Traoré, la sœur de la victime, pour diffamation. Face aux heurts et provocations, les forces de l’ordre avaient répondu par des jets de gaz lacrymogène. Trois policiers municipaux ayant été blessés.

Des violences auxquelles auraient pris part Bagui et Ysoufou Traoré, selon six policiers municipaux et deux gendarmes, qui ont porté plainte contre eux. Au premier, âgé 25 ans, il est reproché d’avoir menacé de mort et outragé plusieurs agents des forces de l’ordre, mais surtout d’avoir porté un coup de poing au visage d’une policière municipale, lui occasionnant 1 jour d’Itt, et craché sur une autre. Condamné en mars 2013 pour des faits similaires à six mois de prison avec sursis, il comparaissait, par ailleurs en état de récidive légale. Son frère cadet, âgé de 22 ans, devra, quant à lui, répondre d’outrages et de menace de mort.

L’affaire ayant été renvoyée sur le fond, restait à déterminer dans quelles conditions les prévenus allaient attendre leur jugement. Le procureur de la République, Erick Maurel a requis un mandat de dépôts pour les frères d’Adama.

Les faits qui leur sont reprochés s’inscrivent dans une dynamique de violences urbaines à la suite de la mort dramatique de leur frère. Le risque de renouvellement des faits est trop important. Dans un tel contexte, avec une telle tension, la simple mise en présence des policiers municipaux avec les deux individus représente une pression sur leur fonction et leur personne. Par ailleurs, cela mettrait en péril la sérénité des débats lorsque cette affaire sera examinée.”

Le magistrat relevait par ailleurs que Bagui Traoré “doit exécuter sa peine de six mois pour les faits de violence pour lesquels il a été condamné en 2013′”.

traore

 

 

Un Ivoirien viole une jeune femme et la menace avec une machette

 

Un SDF d’origine congoïde a été confondu pour avoir violé une jeune femme dans le quartier Pellegrin. Il a été arrêté en région parisienne.

Les policiers de la Brigade départementale de protection de la famille (BDPF) cherchaient une aiguille dans une botte de foin après l’agression, le 28 octobre, d’une jeune femme de 25 ans, résidant dans le quartier de l’hôpital Pellegrin. Ils disposaient d’une description physique mais de peu d’indices…

Ce vendredi du mois d’octobre, il est environ 12 h 30 quand la jeune femme tombe nez à nez à son domicile avec un homme. Immédiatement, celui-ci exhibe une machette et la menace de mort avant de lui imposer une relation sexuelle. Séquestrée dans la salle de bains et violentée pendant de longues minutes, la jeune femme déclarera aux policiers « avoir vu sa mort arriver ».

Sitôt son agression commise, le violeur quitte les lieux en emportant le téléphone portable et un ordinateur de la victime qu’il jette finalement sur son chemin. La jeune femme, tétanisée, trouve refuge chez une voisine qui donne l’alerte. Les experts du service d’identité judiciaire et les enquêteurs de la BDPF vont alors réaliser un travail de fourmi pour remonter jusqu’à l’auteur présumé des faits.

Les objets volés découverts sur une pelouse sont analysés ainsi que la machette, également abandonnée par l’agresseur. Le voisinage est interrogé. Chaque détail est répertorié jusqu’à ce que, très vite, les éléments de police technique et scientifique « parlent » et permettent de mettre un nom sur le suspect, déjà connu de la police et de la justice pour avoir notamment été condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny. Les enquêteurs de la BDPF lancent alors un mandat de recherches et font une diffusion nationale urgente auprès de l’ensemble des services de police.

L’auteur présumé a été interpellé la semaine dernière à Romainville, en Seine-Saint-Denis, alors qu’il tentait de cambrioler un pavillon. Les policiers bordelais sont allés le chercher pour le placer en garde à vue. Il a été formellement reconnu par sa victime malgré ses dénégations et les nombreux éléments à charge.

Ce SDF ivoirien de 26 ans, mis en examen pour viol aggravé, a été placé en détention provisoire.

 

 

Six Géorgiens jugés pour plus de 50 cambriolage

 

Jeudi, six Géorgiens ont comparu devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc pour des cambriolages commis dans une cinquantaine de résidences principales en Bretagne. Des bijoux, montres, appareils numériques et des objets personnels ont été dérobés.

Dans le box, certains reconnaissent quelques affaires. D’autres nient. Cette affaire est partie d’un banal contrôle routier le 2 septembre 2014. Après avoir contrôlé deux Géorgiens, les gendarmes découvrent dans le fossé, après le départ de la voiture, une chaussette contenant 123 bijoux. Le lendemain, à l’exact endroit du contrôle, les voisins voient et filment avec leur téléphone portable deux hommes en train de fouiller dans le fossé. « Ils recherchaient leur butin abandonné rapidement », appuie le procureur Patrick Lewden.

Du coup, les enquêteurs mettent en place des filatures, des écoutes… Leur enquête les mène sur le lieu d’hébergement des suspects dans des mobile-homes au camping de Bonabry, à Hillion. Peu après minuit, le dimanche 12 octobre, deux hommes sont arrêtés. Au moment où les forces de l’ordre arrivent dans le camping, quatre hommes quittent les lieux en voiture. Ils seront interpellés à Pleudihen-sur-Rance. Depuis plus de deux ans, ils sont en détention provisoire.

Pour l’accusation, les butins étaient écoulés à l’étranger. « Durant l’enquête, une voiture suivie a été retrouvée à Anvers ville de la joaillerie avec le coffre bourré d’objets destinés à la Géorgie. Et lors de la période des cambriolages, ils ont fait quatre voyages dans la ville flamande. Leur Facebook nous démontre leur présence dans cette ville. Et ils envoyaient des mandats cash dans leur pays. Cet argent provenait des pillages. » Il requiert huit ans de prison pour les quatre hommes « les plus impliqués ». Six pour les deux autres, arrivés fin septembre au camping.

L’avocat brestois, Ronan Appéré fustige « les propos stigmatisants du juge d’instruction à l’égard de Géorgiens supposés appartenir à une organisation mafieuse ».Le Briochin Éric Tabard demande « une peine raisonnable » et refuse la responsabilité collective demandée par le parquet. « Huit ans de prison pour des atteintes aux biens ! », s’étrangle Xavier Denecker.

Des peines de prison de six et huit ans ont été requises. Décision le 15 décembre.

 

 

Un Maghrébin de Marseille dépouillait les retraités en Suisse et France

 

Des dizaines de retraités dépouillés au bancomat

Un père de famille « marseillais » de papier a empoché près de 150 000 francs en un an.

 

La justice genevoise parvient aujourd’hui à expliquer en bonne partie la vague de vols survenue devant les distributeurs de billets de plusieurs banques du canton en 2014 et 2015.

Un « Marseillais», originaire du Maghreb, a été extradé vers la Suisse à la fin de l’été. Ce détenu n’y est pas allé par quatre chemins lors de son audition. Il a avoué avoir écumé les bancomats genevois entre l’automne 2014 et l’automne 2015, empochant un butin d’environ 150 000 francs. Ce père de famille, condamné une quinzaine de fois pour des faits similaires en France, convoitait avant tout les proies faciles: des retraités nés le plus souvent entre les années 20 et 40. Il s’attaquait aux victimes devant les bancomats de Champel et de Florissant, mais aussi des Eaux-Vives et de Chêne-Bourg.

Comment agissait-il? Les inspecteurs approfondissent leur enquête, le Ministère public multiplie les auditions et les confrontations. Conclusion: à chaque fois, le mode opératoire du prévenu est simple et sans violence. Au fil des vols, l’homme change d’habillement, de lunettes de soleil ou de vue, de perruque, de bonnet ou de chapeau. Il s’approche de sa future victime, qui vient le plus souvent de retirer de l’argent au distributeur. Dans les grandes lignes, il l’aborde ainsi: «Après votre passage, l’appareil a continué à distribuer de l’argent», dit-il avant de donner un billet de 20 francs à la personne. La proie est ainsi mise en confiance. Le voleur lui propose alors de retourner au bancomat afin de vérifier quelle somme a été véritablement débitée de son compte. Dans le feu de l’action, le malfrat obtient ainsi le sésame, soit le code de la carte bancaire. Il réussit ensuite à subtiliser cette dernière, avant de se servir au bancomat.

Très souvent, les victimes ne réalisaient même pas que la carte avait été volée. La surprise intervenait lorsqu’elles consultaient à la maison leur relevé de compte mensuel, confirme Me Stéphanie Francisoz, qui défend une plaignante âgée de 90 ans.

Code et carte en main, le prévenu piochait allégrement dans le compte, parfois même trois jours de suite: le week-end et à coups de 5000 francs par jour. Une victime a même été lésée de 20 000 francs en un clin d’œil. «Les limites de retrait sont plus basses en France qu’en Suisse», fait remarquer au passage une source proche du dossier.

A la fin de l’an dernier, le suspect a donné du fil à retordre à la police le jour de son arrestation. En se sentant suivi par un véhicule des forces de l’ordre genevoises, le magrébin a rapidement pris la fuite en voiture. Une course-poursuite s’est engagée avec les policiers. Cet homme, né en 1979, a été finalement interpellé de l’autre côté de la frontière par des agents français appelés en renfort. Comme il était aussi recherché en France pour des faits similaires, il n’a été remis aux autorités suisses qu’à la fin de cet été.

cb

 

 

Des Albanais écoulaient près de 4 kilos d’héroïne chaque semaine

 

Quatre personnes ont été interpellées la semaine dernière à Bons-en-Chablais dans le cadre d’un démantèlement de trafic d’héroïne. 5000 euros d’argent liquide ont également été saisis. Un coup de filet réalisé par l’escadron départemental de Sécurité routière de la gendarmerie avec le renfort du Psig, de deux équipes cynophiles et des militaires des brigades d’Annemasse et de Douvaine. Le chef du réseau a, lui, été arrêté à Annemasse. Jugés lundi en comparution immédiate, les cinq ressortissants albanais ont été condamné à quatre ans de prison pour le donneur d’ordre, trois ans pour le principal vendeur et dix-huit mois pour les autres.

 

 

Etranger

 

   Europe

 

Invasion migratoire : Erdogan menace l’Europe d’ouvrir grandes les frontières

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé le 25 novembre d’ouvrir grand les frontières de la Turquie pour laisser se déverser le flot d’envahisseurs voulant se rendre en Europe, au lendemain d’un vote du Parlement européen demandant le gel des négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. « Écoutez-moi bien. Si vous allez plus loin, ces frontières s’ouvriront, mettez-vous ça dans la tête », a déclaré le président-dictateur Erdogan, l’ami et complice de tous les gouvernants d’Europe pendant des années, lors d’un discours à Istanbul.

Dans une résolution non contraignante adoptée à une très large majorité à Strasbourg, les eurodéputés ont appelé hier à un « gel temporaire » du processus d’adhésion entamé en 2005 en raison de la répression « disproportionnée » en cours depuis le prétendu coup d’État avorté du 14 juillet dernier. Le vote de ce texte survient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l’UE, dont les relations, déjà difficiles, se sont dégradées après la tentative de putsch, qui a été suivie de purges d’une ampleur inédite qui ont notamment visé des opposants politiques kurdes et des médias critiques.

La Turquie compte sur son sol près de 2,7 millions de réfugiés syriens. Et les déclarations d’Erdogan font écho aux craintes européennes que le régime turc ne renonce à appliquer l’accord sur les migrants signé en mars avec l’Union européenne et cesse de bloquer les flux de réfugiés qui tentent d’atteindre l’Europe. En effet Ankara et Bruxelles ont conclu en mars dernier un pacte censé endiguer le flux de réfugiés vers les îles grecques. En contrepartie du pacte migratoire, Ankara réclame plusieurs milliards d’euros ainsi que l’exemption de visas pour les ressortissants turcs dans l’espace Schengen, et a menacé à plusieurs reprises de rompre l’accord si ce dossier n’avance pas.

On attend la ferme réaction des dirigeants européens remettant à sa place le pseudo vizir ami de la traîtresse Merkel.

invasion-migratoire-erdogan-menace-leurope-douvrir-grand-les-frontieres

 

 

Découverte archéologique au fond de la mer Noire

 

Des chercheurs bulgares et de l’université de Southampton (Royaume-Uni), qui avaient pour mission de cartographier les fonds de la mer Noire, sont tombés nez à nez avec un cimetière de 41 épaves situé à 1 800 mètres de profondeur au large de la Bulgarie. « Du jamais vu en archéologie », selon Rodrigo Pacheco-Ruiz, membre de l’expédition Black Sea Maritime Archaeology Project. Les archéologues effectuaient leurs observations avec notamment deux bathyscaphes, des sous-marins téléguidés, quand ils ont découvert cette nécropole maritime. Dans un état de conservation exceptionnel, les vaisseaux fantômes dateraient de l’empire byzantin (de 330 à 1453) à l’empire ottoman (de 1299 à 1923).

Les images prises en haute résolution par les robots laissent distinguer des gouvernails, des cordes, des décorations élaborées presque intactes et même un mât toujours levé. Selon les scientifiques, tout ce qui sera découvert dans ou à proximité des épaves devrait être dans un état de parfaite conservation notamment grâce à l’eau des fleuves d’Europe de l’Est qui empêchent l’oxygène de passer et de détruire les épaves ou de détériorer les tissus.

« On pourrait retrouver des livres, des parchemins, des documents. Qui peut savoir tout ce qu’ils transportaient ? », a confié au Brendan P. Foley, archéologue rattaché à la Wood Hole Oceanographic Institution de Cape Cod (États-Unis). « On peut s’attendre à trouver des éléments très intéressants pour notre compréhension du fonctionnement des anciennes routes commerciales », a affirmé, de son côté, Shelley Wachsmann de l’institut d’archéologie nautique à la Texas A & M University. Certains experts avancent d’ailleurs l’hypothèse que la plupart de ces embarcations n’étaient pas des vaisseaux de guerre mais des navires commerciaux qui auraient été victimes de fortunes de mer en raison des intempéries.

decouverte-archeologique-au-fond-de-la-mer-noire

 

 

   Monde

 

Turquie : retrait du projet de dépénalisation de certains viols sur mineures

 

En Turquie, un projet de loi concernant la suspension des peines pour certains coupables d’agressions sexuelles sur mineurs fait scandale. Voté le 18 novembre, en première lecture, par le Parti de la justice et du développement du président-dictateur Erdogan, le projet prévoyait d’annuler, dans certains cas, la condamnation pour agression sexuelle sur mineure – sauf « en cas de violence et de menace » – si l’auteur de l’agression épouse la victime…

Le but était de dépénaliser les mariages religieux lorsque l’épouse est mineure, ce qui est considéré comme une agression sexuelle selon la loi turque aujourd’hui. En effet, si l’âge minimum pour convoler en Turquie est de 17 ans – et 16 ans avec une dérogation d’un juge dans des cas exceptionnels –, les mariages précoces restent une réalité dans les zones les plus arriérées du pays où des jeunes filles de 15 ans voire parfois de 11 ans épousent, sous la pression des familles, des garçons de leur âge ou des hommes beaucoup plus vieux. « Il y en a qui se marient avant d’avoir atteint l’âge légal parce qu’ils ne connaissent pas la loi ; ils ont des enfants mais le père va en prison et alors les enfants restent seuls avec la mère », avait tenté de justifier le premier ministre, Binali Yildirim. Et le projet visait, selon ses promoteurs, à trouver une solution « de justice » pour ces mariages précoces.

Il se serait agi d’un pas supplémentaire vers l’application progressive de la loi islamique, la charia. Néanmoins l’indignation s’est largement exprimée en Turquie et à l’étranger et les opposants ont dénoncé « une légitimation des abus sexuels sur mineures ». Face à ces protestations, le 23 novembre, une commission parlementaire a officiellement retiré de l’agenda parlementaire le projet de loi controversé.

turquie-retrait-du-projet-de-depenalisation-de-certains-viols-sur-mineures

 

 

Syrie : l’Armée syrienne progresse sur plusieurs zones stratégiques

 

Les forces gouvernementales syriennes, en collaboration avec des troupes de milices alliées, sont arrivées à reprendre le contrôle des hauteurs stratégiquement importantes de Tellet-en-Nakkar, dans le nord de la province de Quneitra, dans le nord-ouest du pays. Durant la bataille dans la région, les forces gouvernementales ont dû affronter principalement les terroristes du groupe Front Fatah al-Cham, l’ancien Front al-Nosra. Lors de l’opération, les militaires syriens ont réussi à en éliminer plusieurs ainsi qu’à détruire des armements et du matériel militaire leur appartenant. Grâce à la reprise du contrôle des hauteurs de Tellet-en-Nakkar, l’armée a rétabli le trafic sécurisé sur la route reliant Damas et Quneitra, bloquée auparavant par les islamo-terroristes.

Du côté d’Alep-Est, les forces gouvernementales syriennes ont également fait, hier, une percée importante dans les parties tenues par les pseudos rebelles « modérés », déclarés fréquentables par les Occidentaux mais pourtant véritable jihadistes. L’armée leur a arraché de nouveaux territoires. Ainsi, le district de Hanano, bastion jadis des terroristes, et zone clé pour leurs forces depuis 2012, est tombé en partie entre les mains des forces syriennes loyales au président Bachar el-Assad. Les zones reconquises comprennent le bâtiment de la Poste, l’orphelinat et la mosquée Omar Ibn al-Khattab, entre autres. A partir de Hanano, les forces gouvernementales ont une vue panoramique sur d’autres zones tenues par les terroristes.

Enfin, ce 25 novembre, l’aviation turque a mené aujourd’hui une série de raids aériens contre la ville syrienne d’Al Bab contrôlée par les combattants de l’État Islamique. Les frappes ont détruit des bâtiments qui étaient utilisés par le groupe jihadiste. Elles interviennent après la mort de quatre soldats turcs au cours des deux derniers jours dans cette région. Trois militaires ont trouvé la mort dans un bombardement aérien que le gouvernement d’Ankara impute à l’aviation syrienne et un quatrième soldat a été tué lors d’affrontements avec les combattants de l’État Islamique aujourd’hui.

A signaler, un soldat américain servant en Syrie a succombé à ses blessures après l’explosion d’un engin artisanal dans le nord du pays. C’est ce qu’a annoncé jeudi 24 novembre l’armée américaine alors que les États-Unis ont déployé quelques centaines de forces spéciales au sol. Le militaire « avait été blessé par l’explosion d’un engin artisanal dans la région de Ayn Issa, dans le nord de la Syrie », a précisé le Centcom. En effet Washington a déployé des forces spéciales en Syrie pour conseiller la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) et mieux diriger les bombardements de la coalition. Jusqu’à 300 soldats des forces spéciales américaines auraient été déployés.

syrie-larmee-syrienne-progresse-sur-plusieurs-zones-strategiques

 

 

Vidéo

 

Ne nous fâchons pas – Ils m’ont traité de brute

 

 

 

 

Kiosque

 

Lecture et Tradition

 

Bulletin littéraire contrerévolutionnaire

N°67 de novembre 2016

Sommaire :

Le combat des fins dernières, par le docteur Luc Perrel: A propos de la réédition du livre du docteur Dor, Le Crime contre Dieu ;  Trois questions à Marie-Madeleine Del Perugia à propos de son livre Racontez-moi la France, tome 2: De la guerre de Cent Ans a la Régence (par Marie de Lacvivier) ; Les cadeaux de Tante Anne (la bibliothèque des petits Chouans) ; Missel en tissu (par les carmélites de Quiévrain) – La petite Fée des neiges, tome 2 : Au collège (de Francis Finn) – Petite Histoire de France de Bainville (CD), de François Ier » a Louis XV (tome 2) – Préparez mon cœur (d’Ida Bohatta-Morpurgo). ; Présence de saint Louis-Marie Grignion de Montfort à Poitiers (par Louis Gravêthe) ; Courtes recensions et notes de lecture (par Jérôme Seguin) ; Gnose et gnostiques des origines à nos jours (de Roland Hureaux) – Ce que dit la Bible sur lafin du monde (du père Pierre de Martin de Viviès) – En marchant sur les traces des poilus (de Jean-Luc Quemard) – Le Mystère des Saints Innocents (de Charles Péguy) – Les Sept grands mythes au sujet de 1 ‘Eglise catholique (de Christopher Kaczor) – Histoire du diocese de Saint-Claude, 1817-1977 (de Marie-Paule Renaud) – L’ceuvre poétique de Louis de Condé – Actes du XTIe Congrès du  courrier de Rome (2015)… ; Le Message de la Belle Dame (l’apparition de la Salette, il y a 170 ans), par Mickaël Savigny ; Sous les feux de la rampe (livres recus en service de presse), par M. Savigny ; Catéchisme de la famille chrétienne (du Père Emmanuel) – Mosquées radicales (de Joachim Véliocas)…

3,50€, abonnement en ligne sur le site de Lecture et Tradition

Dimanche 27 novembre  Grand Salon du livre de Chiré/DPF

Venez rencontrer Jean Auguy, ancien directeur de publication de Lectures Françaises, Jérôme Seguin, rédacteur en chef, François-Xavier d’Hautefeuille, actuel directeur de publication, ainsi que certains rédacteurs de Lectures Françaises, à leur stand !

Voir dans l’agenda de Jeune Nation

 50-anniversaire-chire-27112016

 

 

 

Ephéméride nationaliste

 

26 novembre 2007 : sorti de prison de Michel Lajoye

17444461

 

27 novembre 2005 : mort de Franz Schönhuber

 No English Title Available

 

 

Agenda

 

Conférence d’André Gandillon à Dijon, le 26 novembre – 18h00

 

La prochaine conférence organisée par le PNF Bourgogne et Bourgogne Nationaliste aura lieu le samedi 26 novembre 2016, à 18h !

Ils recevront à cette occasion André Gandillon, secrétaire général du PNF, directeur de la revue Militant et président des Amis de Rivarol, qui traitera de géopolitique et de finance internationale !

La conférence sera suivie d’un repas en compagnie du conférencier pour ceux qui le souhaitent.

Le lieu sera communiqué par SMS aux seuls inscrits, le jour même. PAF : 5€.

photo_2016-10-26_18-16-38

 

© Jeune nation – 2016

482px-sir_john_suckling_by_sir_anthony_van_dyck 

Sir John Sucking, circa 1641, Antoine van Dyck        

(Portrait Gallery – Londres)

 

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (2)

  1. ganyan dit :

    Une propagande délirante et ouvertement parodique, au service d’une nuance sacrifiée à l’intelligence du spectateur ? « Le seum c’est du mille à l’heure » confirme Mica Smadja.
    http://www.lesinrocks.com/2016/11/13/medias/petit-journal-a-seum-lesprit-canal-nest-mort-respire-11877542/

    Philippe Geluck s’engage pour l’Appel unifié des Juifs de France.
    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/philippe-geluck-s-engage-pour-les-enfants-defavorises-exclu-video-884127.html

    Patrick « Bruel » lance la nouvelle saison du Winamax (Raphael Lousquy) Poker Tour !
    http://www.eurosport.fr/poker/patrick-bruel-lance-a-paris-la-nouvelle-saison-du-winamax-poker-tour_sto5942404/story.shtml

    Isaachar Ryback (1897-1935) est un fameux peintre expressionniste de nationalité française. En 1922, il publie une serie de lithographies illustrant la vie quotidienne dans les villages de son enfance.
    https://publicdomainreview.org/collections/shtetl-my-destroyed-home-a-remembrance-1922/

  2. bruvi dit :

    « Certifié conforme », c’est le nouveau one-man show de Stéphane Guillon, qu’il donnera au théâtre Dejazet au profit intégral de la LICRA le 28 novembre à 20h30.
    http://www.evenementissime.com/spectacle/show/stephane-guillon-joue-certifie-conforme-au-profit-de-la-licra.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0