Accueil » Actualité » Journal du 7 septembre 2016

Journal du 7 septembre 2016

14233262_578141172388425_829775392906628128_n

 Sommaire :

France

  • Le tribunal administratif de Bastia valide l’arrêté anti-burkini de Sisco
  • Attentats du 13 novembre : Paris n’était pas la seule cible
  • Les romanichels occupent illégalement un campus à Reims
  • Des Algériens harcèlent et agressent des passagers dans un bus à Rennes
  • La guerre entre Kurdes et romanichels dégénère à Chauny
  • Un étranger interdit dans l’ ”espace Schengen” se ballade avec un fusil à Grenoble
  • Paris : quatre violeurs présumés arrêtés à leur arrivée en gare du Nord
  • Un Polonais tente d’arracher le fusil d’assaut d’un militaire du plan Sentinelle
  • Essonne : le futur centre d’accueil pour envahisseurs incendié
  • Deux membres du FN, dont le mari de Sophie Montel, condamnés pour abus de faiblesse
  • Meeting de la Le Pen à Brachay : « Les journalistes, vous êtes tous des pédés »

Etranger

   Europe

  • Espagne : des anglaises sauvagement agressées par des Maghrébins à papiers français
  • Italie : 2 envahisseurs afghans attaquent des passants à Caverzerani
  • Allemagne : 5 femmes agressées sexuellement par 3 envahisseurs
  • Estonie : propagande américaine pour la « diversité » et la « société multiculturelle »

   Monde

  • Afghanistan : vague d’attentats à Kaboul

Vidéo

  • La Milice Française

Ephéméride nationaliste

  • 7 septembre 1966 : mort de Emilio Infantes
  • 7 septembre 1977 : mort de Francis Bout de l’An
  • 7 septembre 1995 : mort d’Emile Raybaud

Agenda

  • Samedi 10 septembre 2016, conférence d’Yvan Benedetti, directeur de Jeune Nation

 

——————–

 

France

 

Le tribunal administratif de Bastia valide l’arrêté anti-burkini de Sisco

 

Alors que sur le continent les tribunaux administratifs ont invalidé les uns après les autres les arrêtés anti-burkini, le tribunal administratif de Bastia a validé ce mardi l’arrêté pris par le maire de Sisco.

Le tribunal de Bastia a en effet rejeté la requête en référé déposée par la Ligue des droits de l’homme (LDH), disposant que « compte tenu [de la rixe intercommunautaire ayant eu lieu à Sisco le 13 août dernier], et du fait que l’émotion n’était pas retombée, la présence d’une femme portant un burkini serait de nature à générer des risques avérés d’atteinte à l’ordre public qu’il appartenait au maire de prévenir ».

Le maire de Sisco, Ange-Pierre Vivoni, s’est félicité de cette décision de justice : « C’est un soulagement pour moi et ma population, et même, je crois pour toute la Corse ». « Mon arrêté n’était pas de la prévention, je l’ai pris pour la sécurité des biens et personnes de ma commune, je risquais d’avoir des morts », a-t-il expliqué.

Pour rappel, le 13 août dernier, des familles d’allogènes avaient provoqué des corses sur leur plage à Sisco, et avaient blessé sérieusement cinq français à la hachette. Trois marocains seront jugés le 15 septembre pour ces agressions et seront défendus par des avocats rémunérés par le Qatar.

 Cependant, la ligue des droits des allogènes a déclaré mardi soir qu’elle formerait un pourvoi devant le conseil d’état pour faire casser la décision du tribunal administratif.

 

           

Attentats du 13 novembre : Paris n’était pas la seule cible

 

Selon une chaine d’information américaine, Paris n’était pas la seule cible des groupes terroristes responsables des attentats du 13 novembre 2015 perpétrés par trois commandos coordonnés (à Saint-Denis, sur les terrasses du 10 e et 11 e arrondissement et au Bataclan). Selon les milliers de documents que la chaine a pu consulter, d’autres cibles avaient été identifiées en France, notamment un supermarché et une zone commerciale, mais aussi ailleurs en Europe, au Pays Bas et en Angleterre.

Les plans ont été contrecarrés par une double arrestation en Autriche. Alors que 3 commandos ont semé la terreur le 13 novembre, une quatrième équipe devait participer mais n’a pu atteindre la France. Partis de Syrie, l’Algérien Adel Haddadi et son complice pakistanais Muhammad Usman ont d’abord été retardés en Grèce pour détention de faux passeport. Ils sont finalement arrivés en Autriche le lendemain de l’attaque, le 14 novembre. Ils devaient rejoindre un troisième homme, Abid Tabaouni, jihadiste arrêté en juillet dernier à Bruxelles, puis prendre la direction de la France. Mais les deux hommes ont été arrêtés avant de reprendre leur route.

La route des « migrants » n’est pas seulement une voie de pénétration en Europe des pseudo réfugiés mais vrais envahisseurs. C’est aussi un boulevard pour les terroristes même s’il est jonché de quelques obstacles, largement surmontables, et qui n’ont pas arrêté mais seulement retardé le 4e commando terroriste.

France_Paris_attentats_13_novembre_2015

 

 

Les romanichels occupent illégalement un campus à Reims

 

Les étudiants et le personnel de l’université de Reims n’ont pu se rendre sur le campus du Moulin de la Housse lundi matin après que des camps-volants  s’étaient installés sur un terrain.

« Considérant les risques immédiats pour la sécurité des biens et des personnes, l’accès aux locaux de l’université situés sur le campus du Moulin de la Housse est interdit jusqu’à rétablissement des conditions de sécurité », explique l’arrêté pris par le président de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Guillaume Gellé.

Sur le site de l’université, il est précisé que « les étudiants et les personnels ne doivent pas se rendre sur le campus Moulin de la Housse, sauf absolue nécessité de service et sur autorisation. »

Plus de 200 caravanes débordent sur le site du campus. Les gens du voyage, qui avaient été autorisés par la ville à occuper une partie du Moulin de la Housse, ont beaucoup pris leurs aises et ont ainsi très largement débordé sur le campus !

La direction de la communication de l’université avait précisé être en pourparlers avec les occupants et les autorités locales pour éviter un recours à la force publique. 

Un accord à « l’amiable » a été trouvé entre l’université et les gens du voyage : ils garderont encore une partie du campus occupée jusqu’à nouvel ordre.

000_par7956600-02c76f-1@1x 

 

 

Des Algériens harcèlent et agressent des passagers dans un bus à Rennes

 

Il est minuit passé, le 31 août. Un gendarme en civil, un commercial, un collégien, des gens qui viennent de passer la soirée au cinéma prennent place dans un  bus à Rennes.

Deux jeunes femmes embarquent également avec, à leurs basques, quatre hommes éméchés, d’origine nord-africaine. Ces derniers les suivent depuis un moment…   À l’intérieur du bus, la drague poussée dégénère, vire au harcèlement, aux attouchements, puis aux insultes quand les deux copines repoussent leurs agresseurs. Elles descendent du bus, en pleine nuit, plusieurs arrêts avant leur destination. L’une d’elles, choquée, fond en larmes.

Dans le bus, la violence, au lieu de se calmer, monte en intensité. Les quatre jeunes boivent, fument, renversent de la bière et insultent copieusement les autres passagers qui se défendent. Plusieurs sont frappés à coups de poing, de bouteilles… Des canettes volent dans l’habitacle. Un marteau brise-vitre est également utilisé.

Deux hommes sont légèrement blessés et deux vitres cassées. « J’ai cru qu’on était en guerre », dira le chauffeur de bus, choqué par ce déchaînement de violence gratuite qui s’achève par un dernier échange de coups, à l’extérieur.

Quatre jeunes sont arrêtés. Deux d’entre eux, considérés comme majeurs, ont comparu, devant le tribunal correctionnel.

Les deux prévenus sont Algériens. Arrivés en France il y a deux mois, ils se posent en victimes, souvent arrogants à l’audience, sourire aux lèvres.

Déjà, ils n’ont rien à faire devant un tribunal pour adultes. L’un dit avoir 14 ans, l’autre 15 ans et demi… Les examens radiologiques et dentaires assurent le contraire. « Chez nous, on a vécu dans la misère, confient-ils, en arabe. C’est peut-être pour ça qu’on fait plus vieux… »

Cette fameuse nuit, ils jurent, « sur le Coran », qu’ils n’ont rien fait. Si ce n’est se défendre. On est des Arabes, ce sont des Français : ils sont contre nous ».

 « Tous les deux vivent dans des conditions déplorables, plaident, pour leur défense, Mes Élodie Brault et Jennifer Cambla. SDF à Rennes, ils fréquentent des squats insalubres et sont en grande détresse. Leur situation sanitaire et sociale est intenable. »

Finalement, les deux jeunes ont été condamnés à dix mois de prison ferme, qu’ils sont partis purger, dès vendredi soir, à la Rennes – Vezin. À leur sortie, ils seront interdits de séjour en Ille-et-Vilaine (pourquoi pas du territoire nationale ?) pour trois ans, sous peine de repartir pour trois mois en prison.

 

 

La guerre entre Kurdes et romanichels dégénère à Chauny

 

Ce sont des heurts entre gitans et communauté kurde de Chauny qui ont pris une folle ampleur vendredi soir, débouchant sur le ravage du restaurant tunisien Espace Djerba avec au bilan six blessés transportés à l’hôpital.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi, le restaurant tunisien Espace Djerba, cible principale d’un soudain déferlement de violence, a la victime d’une guerre opposant la communauté des gitans et la communauté kurde à Chauny.

Selon les Kurdes, des gitans tournaient depuis quelque temps avec plusieurs voitures dans Chauny. Le point de fixation s’est produit rue de la République. 

 « J’ai entendu des cris, j’ai regardé par la fenêtre, il y avait des gens qui couraient, plusieurs voitures qui roulaient dans tous les sens (la rue de la République étant une voie à sens unique) et j’ai vu une voiture s’arrêter et des jeunes partir en courant vers la place de l’hôtel de ville. Le bar 421 (en face) a fermé… » Mais les individus qui cherchaient visiblement la bagarre avaient eu le temps de s’emparer de chaises à la terrasse de l’établissement. Et c’est notamment avec ces chaises qu’ils ont fracassé les vitrines du restaurant « Espace Djerba » en hurlant des « Sales arabes ! » et autres cris libératoires.

Samedi, la communauté kurde de Chauny, déplorait  5 blessés dans les faits du vendredi soir, a envoyé une délégation à la gendarmerie pour un dépôt de plainte. Les gendarmes les ont reçus en posant comme base qu’il était dans l’intérêt de tous que le calme revienne à Chauny. Les Kurdes affirmant qu’ils savaient qui étaient chez les gitans les auteurs des violences avec armes.

1060121254_B979605941Z.1_20160903160844_000_GGJ7HJT4D.1-0

 

 

Un étranger interdit dans l’ ”espace  Schengen” se ballade avec un fusil à Grenoble

 

Une équipe de policiers de la Sécurité publique, qui intervenait en assistance de l’identité judiciaire lors de constatations menées dans un immeuble du quartier Mistral, une cité sensible de Grenoble, s’est soudain trouvée nez à nez avec un homme sortant de l’ascenseur, arme à la main !

L’homme tenait l’arme – un fusil à canon et à crosse sciés – le plus naturellement du monde, comme s’il s’était agi d’un objet anodin que l’on utilise dans la vie quotidienne (ce qui était peut-être son cas…).

En débouchant de l’ascenseur, il n’a pas eu le temps d’esquisser un geste pour dissimuler l’arme : il a immédiatement été interpellé.

Après vérification, le fusil était approvisionné d’une cartouche. L’homme, âgé de 49 ans, a tout d’abord tenté de livrer une fausse identité, ce qui est compréhensible puisque ce ressortissant étranger faisait en réalité l’objet d’une mesure de refoulement de l’espace Schengen après avoir été expulsé d’Espagne dans le cadre d’une affaire pénale.

Il a été placé en garde à vue.

 

 

Paris : quatre violeurs présumés arrêtés à leur arrivée en gare du Nord

 

Lors d’une patrouille de sécurisation des trains de banlieue sur le réseau ferré Nord-Ile-de-France, une patrouille de quatre gendarmes mobiles de l’escadron de Melun (Seine-et-Marne) a contrôlé quatre hommes à l’attitude suspecte. Par précaution, les militaires ont relevé leurs identités lors du contrôle.

En continuant leur progression dans le train roulant en direction de Paris, ils ont découvert une jeune fille prostrée et en pleurs. Elle raconte aux gendarmes avoir été violée et décrit ses agresseurs qui ressemblent comme deux gouttes d’eau aux quatre hommes contrôlés quelques minutes auparavant.

A l’arrivée du train en gare du Nord à Paris, un dispositif permettait l’interpellation des quatre suspects remis au commissariat. Ils ont été placés en garde à vue.     

 

 

Un Polonais tente d’arracher le fusil d’assaut d’un militaire du plan Sentinelle

 

Un homme de 36 ans a sauté sur une patrouille pour tenter de voler l’arme des militaires dans les rues de Strasbourg et a été interpellé peu de temps après.

Un homme a tenté d’arracher le Famas d’un militaire de l’opération Sentinelle  dans le hall de la gare ferroviaire Strasbourg, sans y parvenir. Ce Polonais de 36 ans s’était discrètement approché de la patrouille, et a tenté de prendre le fusil d’assaut d’un des militaires.

Ils sont finalement parvenus à repousser l’individu qui s’est ensuite échappé. La police a ensuite rapidement retrouvé le suspect et l’a interpellé.

Cet homme, qui est inconnu des services de police, aurait indiqué aux forces de l’ordre lors de sa garde à vue qu’il voulait subtiliser l’arme dans le but de se suicider. Il a été déféré au parquet de Strasbourg et sera jugé rapidement en comparution immédiate pour tentative de vol aggravé. 

En avril dernier, un militaire de l’opération Sentinelle avait déjà été agressé dans cette même gare par un Rrom, au cutter cette fois-ci.

 

 

Essonne : le futur centre d’accueil pour envahisseurs incendié

 

Le centre devait accueillir au mois d’octobre 91 demandeurs d’asile soudanais et afghans.

Un futur centre d’accueil pour envahisseurs a été incendié dans la nuit de lundi à mardi à Forges-les-Bains (Essonne). Les premiers éléments de l’enquête pointent vers un « incendie volontaire, a priori », a expliqué le ministère public. « Il y avait déjà eu un incident quelques jours auparavant », a ajouté le parquet. Les robinets du centre avaient été ouverts, ce qui avait provoqué une inondation dans les lieux.

Le centre devait accueillir en octobre 91 demandeurs d’asile, des hommes soudanais et afghans, selon le site de la mairie de Forges-les-Bains, qui précise subir une ouverture décidée par l’État.

Une manifestation contre le projet a réuni lundi soir une centaine d’administrés en face de la mairie. Elle se tenait à l’occasion d’une réunion en mairie sur le sujet. L’enquête pour déterminer les circonstances de l’incendie a été confiée à la gendarmerie.

 

 

Deux membres du FN, dont le mari de Sophie Montel, condamnés pour abus de faiblesse

 

La cour d’appel de Besançon a condamné ce mardi deux militants FN montbéliardais à 5 ans d’inéligibilité pour avoir inscrit une nonagénaire sur leur liste aux municipales 2014. Ils sont reconnus coupables d’abus de faiblesse, cette dame n’était « pas en mesure de comprendre le sens de sa démarche ».

La cour d’appel de Besançon a condamné, mardi 6 septembre, le secrétaire départemental du FN dans le Doubs, Robert Sennerich, à cinq ans d’inéligibilité et 5.000 euros d’amende. Une de ses colistières, Catherine Piotrowski, est condamnée à la même peine d’inéligibilité et 2.000 euros d’amende. C’est une confirmation et même un alourdissement du jugement rendu en première instance, en juillet 2015. Le tribunal correctionnel de Montbéliard s’était limité à des sanctions financières.

Les deux frontistes sont reconnus coupables d’abus de faiblesse. La cour estime qu‘ils ont abusé de la faiblesse d’une femme de 90 ans pour l’inscrire sur la liste FN des municipales à Montbéliard. Une liste dirigée par l’eurodéputée frontiste Sophie Montel, épouse de Robert Sennerich et proche de Marine Le Pen.

Le 19 février 2014, M. Sennerich et Mme Piotrowski, qui étaient respectivement douzième et dix-neuvième sur la liste FN aux municipales, s’étaient rendus chez la dame de 90 ans pour lui faire signer un acte de candidature.
L’enquête de police a établi que la vieille dame ne sortait plus de son domicile depuis plusieurs mois, restait alitée et qu’elle ignorait qu’elle était candidate. 

La justice estime que la dame âgée n’avait plus toutes ses facultés mentales au moment des faits pour se porter candidate.

En 2014, dans plusieurs communes de France, le Front national a été accusé d’avoir inscrit des candidats sur ses listes à leur insu.

C’est cela aussi peut-être le FN dédiabolisé…

 sennerichla-tete-de-liste-front-national-en-bourgogne-franche-comte-sophie-montel-a-delle-dans-l-est-de-la-france-le-1er-decembre-2015_5474570 

 

 

Meeting de la Le Pen à Brachay : « Les journalistes, vous êtes tous des pédés »

 

 

 

 

Etranger

 

   Europe

 

Espagne : des anglaises sauvagement agressées par des Maghrébins à papiers français

 

Des jeunes filles britanniques en vacances dans la station balnéaire de Puerto Banus ont été victime d’un gang de Maghrébins à papiers français. Selon les témoins, les envahisseurs, une dizaine de jeunes hommes arabes, s’en sont pris aux jeunes filles britanniques dont l’une avait refusé les avances de l’un d’eux. Le groupe de sauvages s’est déchainé sur les jeunes filles à coups de poings et de pieds. Un homme, britannique également, témoin de la scène, a tenté d’intervenir et a également été pris pour cible par le groupe. Il n’a du sa survie qu’à l’intervention de la police espagnole qui a séparé les protagonistes.

Tous les témoins ont mis en avant la sauvagerie des agresseurs :

« Les Anglaises ont vraiment été passées à tabac par le groupe d’arabes (Français). L’un d’entre eux a voulu parler avec l’une des femmes mais celle-ci a répondu ne pas être intéressée et voulait qu’on la laisse tranquille. Il a ensuite passé ses mains partout où vous pouvez l’imaginer et ses amies se sont précipitées quand elles ont vu ce qui se passait. Il alors frappé la fille en plein dans le visage et l’a fait s’écrouler au sol, le visage ensanglanté. Ensuite ses amis ont roué de coups de poings et de pieds les femmes comme s’ils affrontaient des hommes. Ils leur ont tout fait subir, même du kickboxing. Elles se sont vraiment faites tabasser jusqu’à ce qu’un Britannique passant par là a plaqué l’un des hommes au sol. »

Une des jeunes femmes de 19 ans, originaire de Farnborough (Hampshire), a subi une fracture du nez après avoir été frappé au visage. Une autre de 20 ans originaire de l’Essex, a été transporté à l’hôpital à demi-consciente avec des blessures aux bras et à la tête.

Une des agresseurs maghrébins de 22 ans et 3 de ses amis ont été arrêtés et emmenés au poste. La police tente d’identifier le reste de la bande ayant fui les lieux avant leur arrivée

Espagne_agression_anglaises_puerti_banus

 

 

Italie : 2 envahisseurs afghans attaquent des passants à Caverzerani

 

Deux afghans, en séjour au camp d’accueil d’envahisseurs de Caverzerani ont fait régner la terreur dans la ville en s’en prenant à la population. Les deux protagonistes ont attaqués les passants, les commerçants et leurs vitrines, les véhicules garés à proximité, à coups de poings et de pieds à la gare routière de Borgo. A l’origine de ce déchainement, une rixe qui aurait démarré dans la gare entre envahisseurs alcoolisés et peut-être drogués se poursuivant comme une scène de « far west » selon les témoins et riverains. Les deux envahisseurs ont été arrêtés non sans avoir tenté de s’en prendre aux carabiniers.

Les envahisseurs du centre d’accueil de Caverzerani n’en sont pas à leur coup d’essai. Des bagarres avaient déjà éclaté dans un parc le 26 juillet et des pakistanais avaient été arrêtés pour trafic de drogue le 13 août dernier.

Italie_troubles_agressions_Caverzani

 

 

Allemagne : 5 femmes agressées sexuellement par 3 envahisseurs

 

Des jeunes femmes allemandes, âgées de 18 à 21 ans, ont été agressées sexuellement alors qu’elles marchaient tranquillement dans les rues de la ville de Hildesheim. Trois envahisseurs fortement alcoolisés se sont adressés à elles en anglais en tentant immédiatement de les immobiliser et de les embrasser. Repoussés par les jeunes filles, les envahisseurs sont entrés dans une violente colère et ils se sont rués sur elles, les passant à tabac : les jeunes femmes ont été frappées au visage et ont subi des attouchements. L’un des voyous étrangers a porté un coup de pied à l’estomac de l’une des victimes. N’en restant pas là, ils ont réitéré leurs « avances » en menaçant les jeunes filles de les frapper à coups de bouteilles pour arriver à leurs fins. 3 témoins de la scène se sont portés au secours des jeunes allemandes et ont également été pris à partie par les envahisseurs jusqu’à l’arrivée de la police qui en a arrêté 2 sur 3 : un Afghan de 16 ans et un Iranien de 17 ans. L’enquête a montré qu’ils sont logés en tant que demandeurs d’asile dans un hôtel d’ Hildesheim transformés en centre d’accueil… Le 3eme a pu s’enfuir.

Allemagne_agressions_sexuelles_envahisseurs

 

 

Estonie : propagande américaine pour la « diversité » et la « société multiculturelle »

 

Des documents publiés par Wikileaks, le site du lanceur d’alerte julien Assange, démontrent que l’ambassade des États-Unis en Estonie a servi à tenter d’influencer les Estoniens et plus particulièrement les enfants et les membres du gouvernement. Il s’agissait notamment pour les États-Unis de préparer la société estonienne a devenir paisiblement « multiculturelle et multiraciale ».

Selon des documents de l’ambassade : « la population minoritaire de l’Estonie d’origine non-européenne est minuscule mais l’adhésion à l’Union européenne, la croissance économique rapide, la croissance du tourisme et la baisse des taux de natalité va augmenter la pression de l’immigration et potentiellement conduire à une augmentation du nombre de minorités raciales en Estonie ».

Ainsi le gouvernement devrait « inclure des initiatives visant à répondre à l’intégration des nouveaux arrivants y compris non européens ». En plus de cela, « les autorités estoniennes doivent ajouter l’enseignement des avantages de la diversité et de la vie dans une société multiculturelle dans leurs programmes scolaires ». Il est également indiqué que les autorités estoniennes doivent « fournir un soutien pour le Conseil de presse de l’Estonie et de l’Association des journaux estoniens » afin que les journalistes puissent être « formés » pour parler des « questions liées au racisme et à la discrimination raciale ».

Et pour ce faire, l’ambassade américaine en Estonie a obtenu des financements du gouvernement estonien et des institutions européennes à destination d’un festival cinématographique de films américains sur le thème de l’acceptation des cultures et de la tolérance raciale. En espérant que ce festival géré par des Estoniens pour des Estoniens puisse générer un vaste débat public sur les questions de tolérance et de diversité…

 Estonie_ambassade_USA

 

 

   Monde

 

Afghanistan : vague d’attentats à Kaboul

 

La capitale afghane subi depuis lundi 5 septembre une vague d’attentat qui ont fait plusieurs dizaines de morts selon un bilan provisoire.

La première attaque à la bombe a visé le ministère de la Défense et la seconde la police. Les 2 déflagrations ont eu lieu à quelques minutes d’intervalle, pour faire le plus de victimes possibles parmi les fonctionnaires qui quittaient alors le ministère pour rentrer chez eux. 41 personnes ont été tuées et 110 autres ont été blessées dans ces attaques près du ministère de la Défense selon le porte-parole du ministère de la Santé.

Mais la vague de violence aveugle avait commencé un peu plus tôt par l’explosion d’une voiture piégée suivie de l’attaque en pleine nuit par des hommes armés de bâtiments abritant l’association humanitaire CARE International dans un quartier aisé du centre de Kaboul. Après des échanges de tirs, l’intervention de commandos afghans s’est soldée par six blessés et la mort des trois assaillants.

La dernière opération terroriste d’ampleur remonte au 25 août dernier : l’assaut pour la libération de l’Université américaine d’Afghanistan avait duré plus de 10 heures. Ces attentats font partie de la longue série d’attaques contre le gouvernement pro-américain du président afghan Ashraf Ghani et démontre l’intensification de l’offensive talibane dans le pays, où la situation sécuritaire s’est nettement détériorée depuis la fin des opérations de combat de l’Otan fin 2014.

L’armée afghane, soutenue par des forces américaines, est aujourd’hui aux prises avec les talibans dans la province méridionale du Helmand, où elle essaie de protéger la capitale Lashkar Gah alors que les rebelles ont également resserré leur emprise sur la ville septentrionale de Kunduz, qu’ils avaient brièvement occupée à la fin de l’année 2015.

Afghanistan_attentats_talibans_Kaboul

 

 

Vidéo

 

La Milice Française

 

 

 

Ephéméride nationaliste

 

7 septembre 1966 : mort de Emilio Infantes

Emilio_Esteban_Infantes

 

7 septembre 1977 : mort de Francis Bout de l’An

UNITED STATES - CIRCA 1930:  Collaborationist Francis Bout De L'An, 1930'S  (Photo by Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images)

 

7 septembre 1995 : mort d’Emile Raybaud    (biographie)

emile-10

 

 

Agenda

 

Samedi 10 septembre 2016, conférence d’Yvan Benedetti, directeur de Jeune Nation

 

Le samedi 10 septembre 2016, permanence nationaliste de rentrée de Bourgogne Nationaliste avec le groupe militant bourguignon du Parti Nationaliste Français, qui sera suivi d’une conférence d’Yvan Benedetti, directeur de Jeune Nation.

photo_2016-08-31_12-52-24

 

© Jeune nation – 2016

 320px-Peter_Paul_Rubens_019

Hélène Fourment, circa 1638, Pierre Paul Rubens   (Kunsthistorisches Museum –  Vienne)

 

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jeff Davis

Commentaires (1)

  1. halber dit :

    Henri Guirchoun (« Autour du monde » avec Alexandre Adler) est nommé par Fabien Namias et Denis Olivennes, Rédacteur en chef Europe 1/JDD.
    http://www.zonebourse.com/LAGARDERE-4668/actualite/Lagardere-Henri-Guirchoun-est-nomme-Redacteur-en-chef-charge-des-cooperations-Europe-1-JDD-22955289/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0