Accueil » Actualité » Actualité internationale » Récidive 0 % : un pédocriminel castré par des citoyens en Inde

Récidive 0 % : un pédocriminel castré par des citoyens en Inde

L’Inde a été régulièrement montrée du doigt ces derniers mois par les médiats du monde entier après de graves crimes sexuels. Les autorités comme la population se montreraient tolérantes envers les criminels sexuels ; c’est d’ailleurs ce qui ressortait d’un rapport de l’ONU : 11 % des individus interrogés reconnaissaient en 2013 « avoir forcé une femme qui n’était pas leur épouse ou petite amie à avoir des relations sexuelles ».

Ces déviances criminelles, exacerbées par le racisme antiblanc, ont conduit sur le sol d’Europe au viol de dizaines de milliers de Blanches : un seul réseau de colons pakistanais, démantelé en août en Grande-Bretagne, a fait au moins 1 400 victimes blanches.

Suresh Kumar, 40 ans, figurait sans doute parmi ces 11 %, ajoutant à ses crimes le fait de s’attaquer à des enfants. Il a ainsi attaqué une jeune fille dans une rue de Ganganagar, dans l’État du Rajasthan (nord-ouest). Les cris de sa jeune victime, qu’il avait coincée contre un mur, ont heureusement alerté la population locale qui s’est chargée de mettre fin à l’agression.

pédocriminel-Suresh Kumar-castré-Ganganagar-102014-3 pédocriminel-Suresh Kumar-castré-Ganganagar-102014 pédocriminel-Suresh Kumar-castré-Ganganagar-102014-2

Le violeur a été dénudé, battu puis traîné près d’une boucherie. L’un de ses correcteurs s’est emparé d’un objet tranchant et a procédé à sa castration. Les « restes » ont été jetés dans la rue et le criminel a été abandonné. Une heure après le début de l’incident, la police est intervenue et a pris en charge le criminel, qui est actuellement hospitalisé dans un état critique.

Un témoin a précisé que personne n’était intervenu pour aider le violeur parce qu’il était légitimement puni pour une agression sexuelle.

« Nous avons eu de nombreuses agressions intolérables contre des femmes dans ce pays récemment, avec des jeunes filles ayant été violées, pendues et battues, et il est temps que cela s’arrête. Cela envoie un message très fort à n’importe quel individu comme cela : “si tu fais ça, tu seras puni” ».

a précisé Aamir Dhawan.

La police a lancé un appel pour que les justiciers se dénoncent, critiquant cette justice populaire.

« Aussi déplorables que soient ces crimes, la loi et l’ordre doivent être maintenus [sic], pas le lynchage. Nous demandons aux personnes qui ont participé à cette attaque [sic] de se dénoncer d’eux-mêmes avant que nous les trouvions »

a déclaré le porte-parole de la police locale.

En juillet, un homme avait été tué par des habitants après le viol et le meurtre d’une enfant de sept ans à Kaliabazar (Bengal occidental). Deux de ses complices avaient été grièvement blessés.viol_française_indifférence_médiats_jeune_nation

About Erwin Vétois

Erwin Vétois est rédacteur en chef de Jeune nation depuis la relance du site du journal en août 2013. Ses sujets de prédilections sont l'actualité nationaliste en général, européenne en particulier.
Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commentaires (3)

  1. dissident dit :

    vous justifiez le lynchage ? tout criminel a droit a etre juge et si la justice et la police ne font pas leur travail, comme en France d ailleurs, il y a d autres méthodes que la loi du talion loi juive de plus!

    • Rédaction dit :

      La loi du Talion aurait consisté ici à le violer ou à violer sa petite fille. Il ne s’agit pas particulièrement de justifier la justice populaire, mais de rappeler que quand l’État faillit, il faut bien réagir. Si la police a mis une heure à réagir ici, elle aurait mis autant de temps à agir si l’enfant avait été violée une heure durant, si des criminels avaient torturé un être innocent durant tout ce temps – s’ils avaient réagi. Il faut donc bien que la société réagisse d’une manière ou d’une autre. Concernant ce cas particulier, le message délivré par le témoin est assez clair : il s’agit de faire comprendre que ces pratiques ne peuvent pas être tolérées. Nous aimerions tous vivre dans un monde où ni les pédocriminels, ni les Etats défaillants, ni les juges rouges, ni les policiers corrompus n’existent. Ce n’est hélas pas le cas. Alors si les trois criminels afro-maghrébins qui ont violé et torturé une jeune blanche à Évry avaient été attrapés et pendus, en guise d’avertissement comme de punition, sans être parfaite, cette solution devrait être privilégiée à une justice qui relâche les violeurs après quelques mois ou années de prison. Quand ils en font.

  2. berthe dit :

    vous critiquez la réaction de ces gens qui sont régulièrement pris pour cible et c est facile de loin la critique un peu d imagination alors que ferez vous si c était votre fille votre petit enfant dans la même condition  » violé tué et tout ‘autre violence  » resteriez vous de marbre en voyant l agresseur avoir une peine minimum ?????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0