Accueil » Culture » De Gaulle en Iran

De Gaulle en Iran

De Gaulle en Iran. Par Pierre Dortiguier

 

Chacun a été, est ou sera gaulliste, plaisantait De Gaulle, dont on a fait un héros, alors qu’il n’a joué, orateur plus que politique,  qu’un rôle vite interrompu par les clameurs désordonnées, comme il l’a écrit lui-même,  d’un public disparate;  et homme au destin  moins tragique que celui des chefs impériaux dont l’autorité passera à travers les siècles, s’il est vrai que la postérité a un sens, et ne se réduira pas à une diminution de notre intelligence et sensibilité sociale. On entend parler de nationalisme et d’internationalisme, qui ont tous deux un aspect absolu et borné, le relevait Heidegger,  et qui dérivent d’une raison calculatrice, alors que le projet ou l’appel de forces anciennes à se renouveler dans ce que nous portons, et  qui donne son sens au terme latin  de » futur », est bien plus valeureux, mais reste incompris de la majorité de nos contemporains abrutis par la victoire matérielle des Alliés ! De Gaulle avait ses vanités et ses faiblesses, mais un sens littéraire aussi et la catastrophique évolution française le poussa, pendant sa traversée du désert, à méditer sur ce que ses adversaires avaient édifiés, et qui lui parut dans sa solitude plus durable que la faveur changeante des foules -espèce plus répandue que celle des peuples.

Léon Degrelle disait que De Gaulle (dont il admirait le style), à la différence des autres autorités qu’il est de plus en plus dangereux de nommer, avait eu de grands projets mais n’avait pas été suivi par un peuple, qui fût un peuple uni, si rare en effet, et qui se donne à une Idée, la portant aux limites de l’éternité !

Son voyage en Iran fut le premier réalisé par un chef d’État français. Et le fils de ce  Chah qui eut l’audace de changer le nom de Perse en celui d’ Iran, en 1935, après une célébration en 1934 du millénaire de la mort du poète épique national surnommé le Paradisiaque (Firdousi), et Chah d’Iran  germanophile, comme sa population l’est toujours, qui, après l’invasion anglo-soviétique du 25 août 1941,  mourut en 1944, exilé à Johannesburg (alors qu’il avait le dessein de s’exiler en Argentine), très antibritannique, et dont la mémoire est respectée en l’Iran actuel, pour ses œuvres dont la  création de la première université et l’accès des femmes à l’enseignement supérieur, la construction du train transiranien (utilisé par les Anglo-américains pour approvisionner l’armée soviétique!) , une certaine indépendance financière envers l’Angleterre (par le soutien allemand),   accueillit ainsi De Gaulle en rappelant que l’usage était de désigner son pays comme la France de l’Asie : expression qu’avait, entre autres auteurs, employé le célèbre Kant (die Franzosen von Asien) , dans ses Observations sur le Beau et le Sublime,  lequel comparait les Arabes aux Espagnols à l’imagination enflammée et les Persans aux Français courtois, et tolérants en matière  d’explication du Koran. Et il est vrai que du Liban à l’Iran, dans le sillon chiite,  il y a une largeur métaphysique dans la lecture réfléchie du Livre sacré. Question de tempérament et d’idéalisme.

Le Chah d’Iran, dans son toast du 16 octobre 1963, précisait : « Vous voici aujourd’hui dans un pays qui a toujours si bien compris la France, sa civilisation sa langue, que les voyageurs lui ont conféré le titre de France de l’Asie ».

Cette visite succédait à celle du monarque en octobre 1961, avant la fin de la guerre d’Algérie, chose notable alors pour un chef d’État musulman, et des accords avaient été conclus, soit une aide financière de 500.000 $ accordée, pour évoluer vers un accord, le 16 avril 1963, non pas franco-iranien, comme on l’imaginerait, mais entre un consortium franco-allemand, ce qui fut partout la réalité de la coopération, en Afrique aussi, et l’Iran, pour la réalisation d’un projet de grand complexe pétrolier de la Compagnie Nationale Iranienne des Pétroles. Nous avions une cinquantaine de sociétés dans le pays et une colonie de mille huit-cent personnes !

Ces relations, qui passaient par la France, étaient, ce que refusent de comprendre les esprits bornés parfumés de gaullisme utopique digne des personnages de  Bouvard et Pécuchet dans Flaubert, des relations européennes, et idéologiquement, pour la France et timidement pour l’Iran, il y avait un état d’esprit, une intention de se dégager de l’Ouest et de l’Est, ce que reprendra, ou prolongera l’Imam Khomeini, d’heureuse mémoire. Très caractéristique à cet égard est la formule dont use De Gaulle : « C’est ainsi que vient d’être organisé un début de communauté de nos intérêts économiques entre l’Iran et l’Europe. Premier acte de ce type conclu par celle-ci avec un pays tiers » voir Sébastien Fath, « De Gaulle en Iran (octobre 1963). Le voyage oublié », 2000.

Et oui De Gaulle était européen, et c’est pour cela qu’il perdit progressivement sa popularité ! Le Chah aussi et les Américains et assimilés firent tout pour le faire chuter ! Leur prochaine visée est, à notre sentiment, de découper le pays iranien, et de s’y baigner comme dans la vieille bonne Perse ! En un mot, à parler mythologie, si l’on veut : le désaryaniser !

Pierre Dortiguier

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (1)

  1. denldut dit :

    Avant la guerre, la situation politique de l’Allemagne n’interessait guere Hollywood, mais la plupart des studios (53 sur 85) etaient diriges par des juifs.
    http://www.focus.de/wissen/mensch/geschichte/zweiter-weltkrieg/der-pakt-wie-hollywood-mit-den-nazis-geschaefte-machte_id_6791756.html

    Quatre banques et un assureur français financent la colonisation.
    http://www.rtl.be/info/monde/international/quatre-banques-francaises-et-l-assureur-axa-financent-la-colonisation-israelienne-904466.aspx

    Il ne s’agit pas encore de criminalisation, mais d’amalgamer les critiques contre l’Etat hébreu avec l’antisémitisme. Le glissement est pernicieux et dangereux.
    https://www.lecourrier.ch/148116/israel_boycott_illegal

    Selon Nadiya Savchenko, bien qu’ils representent moins de 2% de la population en Ukraine, les juifs occupent 80% des postes de pouvoir.
    http://www.pravdareport.com/news/society/stories/28-03-2017/137253-jews-0/

    Arthur Langerman, diamantaire a la retraite, a reuni la plus belle collection de dessins antisemites. « Le prix des affiches monte parfois a 5 000 euros l’unite », precise-t-il.
    http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2017/03/28/03015-20170328ARTFIG00098-memorial-de-caen-une-exposition-coup-de-poing-sur-la-propagande-nazie.php

    « Ma sœur était en médecine, mon père est dentiste, ma mère dans l’immobilier. » (Harry Tordjman, producteur).
    http://www.clique.tv/clique-talk-harry-tordjman-lhomme-derriere-bloques-serge-le- mytho-a-voix-haute-et-bref/

    L’abattage rituel interdit en 2019.
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_interdire-l-abattage-sans-etourdissement-malgre-les-critiques-ben-weyts-maintient-son-objectif?id=9568164

    L’invocation d’Amalek rappelle un autre récent meurtre atroce dans la région.
    http://fr.timesofisrael.com/tiberiade-un-homme-soupconne-davoir-decapite-son-ex-femme-et-essaye-de-bruler-son-corps/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0