Accueil » Géopolitique » Philippines : le président Duterte rompt l’alliance avec les États-Unis

Philippines : le président Duterte rompt l’alliance avec les États-Unis

Philippines : le président Duterte rompt l’alliance avec les États-Unis

 

philippines-duterte-rompt-lallinace-avec-les-etats-unis-1

Le nouveau président philippin, qui a déjà eu quelques passes d’armes verbales peu aimables avec le président américain Barack Obama, a opéré jeudi 20 octobre un spectaculaire retournement d’alliance. Rodrigo Duterte accompagné par une délégation d’affaires de 400 membres, est à Pékin pour une visite d’État de 4 jours. Après un sommet avec son homologue chinois Xi Jinping, il a profité d’un forum économique pour annoncer sa « séparation » d’avec les États-Unis sur le plan économique et militaire. Il a fièrement déclaré : « J’annonce ma séparation d’avec les États-Unis », procédant ainsi à un revirement diplomatique vers la Chine au détriment du traditionnel allié américain.

Il s’agit vraisemblablement d’une conséquence des critiques faites par les États-Unis, l’Union européenne et les Nations-Unies à propos de sa campagne de lutte totale contre le trafic de drogue, qui a déjà permis d’éliminer plus de 3 700 suspects selon un décompte officiel. Le ministère des Affaires Étrangères chinoises a opportunément affirmé que Rodrigo Duterte peut compter sur l’appui de la Chine : Pékin « soutient le nouveau gouvernement philippin dans sa lutte pour l’interdiction de la drogue, contre le terrorisme et la criminalité et est disposé à mener une coopération à ce sujet » avec Manille.

philippines-duterte-rompt-lallinace-avec-les-etats-unis-2

Précédemment, Rodrigo Duterte avait jugé que son pays, colonie américaine jusqu’en 1946, avait peu bénéficié de son alliance avec l’Amérique : « Vous êtes restés dans mon pays pour votre propre intérêt. Donc c’est l’heure de se dire au revoir, mon ami », avait-il déclaré dans une adresse à Washington. « Je n’irai plus aux États-Unis. Je ne serais qu’insulté là-bas », avait-il ajouté avant de faire à nouveau référence au président Barack Obama par le terme de « fils de pute ».

Les États-Unis perdent là l’un de leur plus ancien allié. Et tout ce qui contribue à diminuer l’influence et l’impérialisme américain est un pas dans la bonne direction.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0