Accueil » Militantisme » Feux de la Saint-Jean d’Isère nationaliste

Feux de la Saint-Jean d’Isère nationaliste

Ce samedi 27 juin, des militants nationalistes de Rhône-Alpes et d’autres régions se sont réunis pour célébrer l’ancestrale tradition des Feux de la Saint-Jean.

Après l’apéritif servi en plein air, les convives de toutes générations ont pu savourer le repas préparé et servi par les valeureuses Caryatides – qu’elles en soient ici remerciées !

Des animations ponctuèrent ce repas : chansons populaires et chants nationalistes interprétés aux instruments ou en chœur par les plus jeunes, explication du sens de la tradition des Feux de la Saint-Jean, récit de la vie de Saint Jean-Baptiste…

Isère-nationaliste-feux_saint_jean-2015-

Yvan Benedetti, directeur du site Jeune Nation, donna un discours sur la situation politique actuelle et sur la volonté inflexible que gardent les nationalistes dans les épreuves et la répression.

Après l’allumage et la bénédiction du feu sacré, la veillée commença, constituée de chants de combat, de chants de fête, mais aussi de chants pour nos morts, qui vivent dans le cœur des vivants.

Chaque province représentée autour des Feux apporta sa contribution à cette veillée : une militante d’Île-de-France lut deux poèmes de Robert Brasillach, poète nationaliste assassiné il y a soixante-dix ans.

Une militante iséroise lut un poème de Paul Verlaine sur l’amour de la Patrie, et un militant fit quant à lui un discours sur l’éthique nationaliste qui nous anime, et sans laquelle notre action est vaine.

Isère-nationaliste-feux_saint_jean-2015--

Un militant lyonnais évoqua ensuite l’actualité récente aux États-Unis, et établit un parallèle entre la question raciale dans ce pays et dans le nôtre. Puis un autre lut un poème de Victor de Laprade, dont la conclusion sonne comme un manifeste :

« Et, certes, nous verrons ces torrents d’ennemis,
Des villes et des bourgs promptement revomis,
Et nous redeviendrons, d’insultés que nous sommes,
Libres, maîtres chez nous, comme il sied à des hommes. »

Les militants se séparèrent dans la nuit, certains restant dormir sur les lieux. Au petit jour les braises rougeoyantes fumaient encore, le feu avait bien duré toute la nuit comme le veut la tradition.

Merci à tous les participants à cette soirée, et à tous ceux qui ont participé à son organisation. Le nationalisme est une amitié.

 

Isère nationaliste.

 

About Pierre Driancourt

Au sein de la rédaction, Pierre Driancourt s'occupe particulièrement des comptes-rendus de manifestations, conférence, etc.
Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0