Accueil » Société » Curé : laisse les migrants à François et occupe toi de tes ouailles !

Curé : laisse les migrants à François et occupe toi de tes ouailles !

« Que faire – comme disait Lénine ? Eh ben, je vais te dire Mgr Dukorbak.

Tu commences par te saper en vrai curé, en noir, et pas en bermuda avec des godasses orthopédiques. Si tu es un gradé, t’hésites pas dans la dentelle et les tissus colorés, les bagouzes avec des grosses caillasses et les breloques en jonc. Ensuite, tu arrêtes de fourguer les tableaux et les statues au brocanteur du coin, tu sors de la cave toutes les vieilles croutes qui foutent les jetons ; si tu as deux ou trois vues de l’Enfer bien craignos, c’est impec’. Tu redores tout ce qui est dédoré. Tu balances ta guitare et tu passes de la musique sacré, des chœurs de moines bien moyenâgeux, de l’orgue bien tempétueux, le truc qui glace le sang des rombières et qui fout les chocottes aux bourgeois.

Et, point CAPITAL, tu fais ta messe en LATIN, vu que traduit c’est de la daube. Puis ton truc, pour que ça marche, il faut que ça ait l’air MAGIQUE et très ancien, un rituel qui est toujours le même depuis toujours, depuis la nuit des temps. Parce que le passé, c’est le couloir du futur, la seule fenêtre sur l’éternité. Et surtout, surtout, que personne n’y capte rien. Regarde Macron : moins tu piges, plus ça monte.

Une fois que tu as fait ce programme de ravalement minimum, passons au dogme : tu arrêtes immédiatement de nous faire chier avec tes Africains, tes pompes à merde pour le Mali, tes dessins d’enfants de la Paroisse et tout ton bazar pour neuneus. Les gens s’en cognent. On est à Landivisiau, pas à Bamako. Les ploucs, tu leur causes d’eux. Tu fais ton taf : les vieilles, tu leur parles de la Mort ; les jeunes, de la Vie ; les autres, tu les engueules. Ceux qui déconnent, tu leur causes du Diable, de l’Enfer et de toutes ces conneries. Les autres, tu les rassures. Tu bénis les poireaux, tu bénis la Mer, tu bénis les moissons : tu bénis tout ce qui bouge. Tout ce qui vagit et tout ce qui chiale. Et tu colles à tout le monde des devoirs du soir sous la forme de Pater et Nestor, histoire de montrer que le représentant du Patron, c’est ta pomme et pas Peppone. Enfin tu fais ton boulot quoi, merde !

Et arrête de te prendre pour un syndicaliste ! Un vieux hippie troué, de retour de Katmandou, ou un évêque à péones ! Je te le redis : on n’est pas à Tegucigalpa, mais à Saint-Flour. Ton cheptel, c’est des Français : relis un peu Balzac et Flaubert, ça te fera du bien. Les Français ont plein de qualités mais aussi plein de défauts. C’est comme ça, et toi t’es là pour corriger le tir. Ils sont individualistes, jouisseurs, flemmards, hédonistes, avares, inconséquents, lâches, idiots et trouillards. Ton taf, c’est de les rendre tout le contraire, ce qu’ils sont aussi.

Et ENFIN – et là mon gars, ça ne plaisante plus, c’est tout juste si ce que je vais te dire n’est pas DIRECT la parole de DIEU lui-même – tu ne déconnes plus avec l’Islam. C’est pas tes potes. C’est pas les potes de tes ouailles. Tu « dialogues » pas, parce que t’as perdu d’avance et tes moutons avec. T’es bien trop niais et crédule, tu fais pas le poids. Tout le troupeau sera becté avant que tu piges dans quoi t’as mis les grolles.

Œcuménisme tolérance zéro. On cause pas à la concurrence, on arrose d’eau bénite, point final. Tu es tout juste autorisé à être poli avec les Orthodoxes, et froid avec les Calvinistes et autres Anglicans. Le reste – tout le reste – tu l’exorcises direct. Tu menaces d’excommunier tous ceux qui s’en approchent, et tu convertis tous ceux qui viennent vers toi. Et puis apprends un peu à te faire respecter : le chef c’est toi ! Les autres ont tort. Hors du chemin que tu montres, c’est bourré de loups-garous.

En résumé : tu bosses à l’ancienne, bicoze ça marchait du tonnerre de Dieu et que ta nouvelle cuisine, ben, c’est la faillite. Donc faut revenir au menu d’avant, sinon tu vas fermer, et y’aura un kebab. »

Source : anonyme

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (4)

  1. Danièle Goalic dit :

    Excellent !!! et tellement vrai !!!

  2. BOUGNET dit :

    Pour savoir comment c’était «AVANT», il peut être utile d’étudier les statistiques du chanoine Boulard et les analyses de Le Bras. Voir le livre de Cuchet, Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Vous pouvez commencer par une recension:
    https://bulletintheologique.wordpress.com/2018/03/31/guillaume-cuchet-comment-notre-monde-a-cesse-detre-chretien/
    qui se termine par ces mots:
    «L’essai de Cuchet pose plus de questions qu’il n’offre de réponses. Il propose de déplacer malgré tout la grille interprétative sans tabou. Il suggère des pistes d’étude susceptibles de renouveler et l’histoire religieuse de la France et la place du concile Vatican II dans ce mouvement de fond. Jean-Baptiste SEBE»

  3. balaninu dit :

    A faire suivre absolument aux évêques, prêtres de toutes les paroisses….

  4. ssaf dit :

    ahahaaa ! excellent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?