Accueil » Actualité » Actualité française » Trente ans d’islamisme en Lorraine, Les djihadistes ne sont plus solitaires

Trente ans d’islamisme en Lorraine, Les djihadistes ne sont plus solitaires

Trente ans d’islamisme en Lorraine, Les djihadistes ne sont plus solitaires

 

Juillet 2016, un Vosgien égorge le père Hamel. Un an plus tôt, le Haut-Marnais Sid Ahmed Ghlam projetait déjà d’attaquer une église. Sa compagne vivait avec un islamiste nancéien.

Mardi 26 juillet 2016, hôtel de police de Nancy, 15h30. Un certain Farid Khelil veut évoquer son cousin. Sur sa messagerie Telegram, il se dit « honoré de sa participation à cet attentat ». De fait, à cette heure-ci, son cousin, le Vosgien Abdel Malik Petitjean, n’est plus qu’un terroriste abattu à Saint-Etienne-du-Rouvray. A la fin de la messe, le père Jacques Hamel a tancé son bourreau : « Va-t-en, Satan… » Le djihadiste lorrain lui a porté 18 coups de couteau avant de l’égorger.

Originaire de Saint-Dizier, l’étudiant Sid Ahmed Ghlam avait reçu de Syrie, en avril 2015, l’ordre d’attaquer l’église de Villejuif. Ghlam vivait avec une Bretonne convertie à l’islam, surnommée « géant vert » en Haute-Marne parce qu’elle portait une burqa verte. Cette femme aurait été mariée au Nancéien Farid Benladghem, entendu comme témoin par le juge antiterroriste Christophe Tessier, dans le cadre de l’instruction d’un premier projet d’attentat contre le Bataclan, en 2010.

Dès 1985, un terroriste « nancéien » frappe à Paris le magasin Marks & Spencer au nom d’un groupe palestinien.

En 2007, les barbouzes du colonel Kadhafi « donnent » le Nancéien Kamel Bouchentouf aux espions français. Le suspect est arrêté au Haut-du-Lièvre. Il s’apprêtait à frapper au nom d’Aqmi.

Dans la génération suivante, la galaxie des frères Benladghem, Hakim est le plus radical. Il a vécu en Belgique avec les frères Clain, des fanatiques aujourd’hui exilés sur les terres de Daech. Fabien Clain a revendiqué en chanson les attentats parisiens du 13 novembre. Il fait partie de la tribu des précurseurs qui, comme les frères Merah, ont fait leurs armes idéologiques dans l’Ariège, chez l’émir blanc, Olivier Corel, gourou du salafisme français. En 2009, l’ex-para Hakim Benladghem tente à trois reprises de rejoindre son frère Farid à Gaza avec des équipements de combat. Expulsé, il se met au vert en Belgique et se constitue un redoutable arsenal. Il a été abattu en 2013 par les forces spéciales belges.

A cette génération de trentenaires s’ajoute la dernière vague du terrorisme islamique 2.0. Ceux-là se radicalisent de façon instantanée et peuvent faire des ravages, « en deux-deux » comme disent les jeunes. On retrouve ainsi Hasna Aït Boulahcen, de Creutzwald, morte après l’assaut de la planque d’Abdelhamid Abaaoud à Saint-Denis. Qui égorge le père Hamel ? Abdel Malik Petitjean de Saint-Dié. Sa mortifère et grotesque vidéo de revendication aurait été tournée l’avant-veille chez Farid Khelil, son cousin, à Heillecourt. Dans ses premiers aveux, ce dernier a confessé ne pas être pratiquant « à la base ».

lorraine

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0