Accueil » Société » République exemplaire » DILCRAH : la nouvelle « Tcheka » du judaïsme politique

DILCRAH : la nouvelle « Tcheka » du judaïsme politique

Créée en février 2012 – François Fillon était alors le Premier ministre, Claude Guéant ministre de l’Intérieur -, la « DILCRA », devenue en 2016 « DILCRAH », est né de la volonté de donner « une nouvelle impulsion aux politiques du gouvernement en matière de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie », indique le site de la délégation interministérielle. La DILCRAH, peut-on encore lire, a pour mission de « concevoir, de coordonner et d’animer la politique du gouvernement en matière de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT. »

Semaine après semaine, cette mission s’est transformée en une obsession grandissante de Gilles Clavreul, nommé en 2014, affirmant que « tous les racismes sont condamnables, mais le racisme anti-Arabe et anti-Noir n’a pas les mêmes ressorts que l’antisémitisme dans sa violence. Il faut être capable de dire la particularité de l’antisémitisme ». Une sorte de hiérarchie dans les racismes que seule la DILCRA déciderait mais qui ne peut surprendre ceux qui se souviennent que Gilles Clavreul a été nommé à sa tête par Manuel Valls, Premier Sinistre, celui-là même qui clame « être éternellement lié à Israël » et qui n’a rien à refuser au lobby du judaïsme politique.

Un nouveau commissaire politique pour la même traque

Quoi qu’il en soit, lors du Conseil des ministres du 3 mai dernier, Clavreul a quitté ses fonctions et a été remplacé au poste de délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT par Fréderic Potier qui a été en même temps nommé préfet chargé d’une mission de service public relevant du Gouvernement. Les titres à rallonge, on aime ça dans les arrières-loges…

Potier n’est pas un inconnu et il assurera la continuité sans coup férir avec l’époque Clavreul-Valls. Haut fonctionnaire au ministère de l’Outre-Mer de 2006 à 2008, il devient ensuite directeur de cabinet du préfet de la région Centre de 2008 à 2009 puis chef du bureau des élections au ministère de l’Intérieur. En 2012 il entre au cabinet de Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale et en 2014, il intègre donc le cabinet de Manuel Valls en tant que conseiller technique.

Époux d’une militante socialiste engagée dans le secteur humanitaire, Frédéric Potier revendique « un cœur à gauche ».

On a bien compris, dans la lignée de son mentor Valls, son parti à lui, c’est leur République et leurs valeurs transversales…

Nouvel élan pour la « police juive de la pensée »

Et ça n’a pas trainé, dès le 9 juin dernier un communiqué de la DILCRAH nous rappelait dans quel hypocrisie le régime pourri se réclamant des droits de l’homme et la liberté d’expression, se vautre en réalité dans le sillage des « Anastasia » et autres « Tcheka », ses grands ancêtres ! La DILCRAH annonçait ainsi engager « des procédures de signalements à l’encontre de 64 publications à caractère antisémite sur les réseaux sociaux, faisant notamment l’apologie de crimes contre l’humanité et incitant à la haine raciale ».

Décryptage : il s’agit en réalité de traquer les opinions non-conformistes et en premier lieu toute critique des œuvres du judaïsme politique et de son plus gros mensonge historique, tare et pilier du régime depuis 70 ans…

Et bien sûr, le communiqué rajoute que « dans les cas les plus graves, le Procureur de la République a été sollicité sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale, en vue de l’ouverture d’une enquête judiciaire ». Faire taire les dissidents par la prison et les amendes…

Le militantisme anti-invasion dans le collimateur de l’officine tchekiste

Quelques jours plus tard, la délégation interministérielle annonçait encore engager « une procédure de signalement au procureur de la République de Paris au titre de l’article 40 du code de procédure pénale concernant l’opération « Defend Europe ». Cette dernière initiée par des militants identitaires vise, sous le slogan « Arrêtons l’invasion et les morts en mer », à lever des fonds pour « protéger nos pays de l’immigration illégale et si besoin tenir tête en mer aux bateaux des ONG ».

Selon l’officine tchekiste du judaïsme politique la démarche relève de la « provocation à la discrimination à l’égard de personnes ou d’un groupe à raison de leur origine » (punie d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende), et d’autre part « d’association de malfaiteurs en vue de commettre le délit d’entrave aux mesures d’assistance et de secours » (punie de dix ans emprisonnement et 150 000 euros d’amende). Rien que ça…

Pour le système, il ne faudrait pas que de telles initiatives prennent de l’ampleur et viennent contrarier les efforts, entre autres financiers, du milliardaire Georges Soros et de ses fondations pour importer sur le continent des masses d’envahisseurs extra-européens.

Ceux-là,  nouvelles masses « prolétaires » des mondialistes, doivent en effet façonner la société multiraciale et multiculturelle que le judaïsme politique appelle de ses vœux.

Mais tous les espoirs restent permis. En effet si le système vise chaque jour un peu plus les résistants à ce nouvel ordre mondial, c’est qu’il sait que le constat dressé par les nationalistes depuis plus d’un siècle est vrai dans chacun de ses arguments, dans chacune de ses critiques : le matérialisme et l’argent roi, l’immigration et le judaïsme politique, la repentance et les mensonges historiques, la haine de race et de la France, la volonté de destruction du travail et de la famille, le jacobinisme républicain et la démocratie corrompue : tous les mythes de leur régime, la liberté, l’égalité, la fraternité, l’intégration, l’universalisme, la fin de l’histoire ont été dénoncés !

Et à ces traîtres et autres censeurs de l’Anti-France, nous disons, avec notre ami Yvan Benedetti, « la répression n’est rien, la lutte de délivrance nationale est tout ! »

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Commentaires (1)

  1. grelan dit :

    Comment Stephen Miller et William Cohan ont fait entrer la « Haine Supremaciste » a la Maison Blanche.
    http://www.vanityfair.com/news/2017/05/stephen-miller-duke-donald-trump
    https://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_Miller_(political_advisor)

    Gertler, Gertner, Glasenberg, Steinmetz et leurs Navy Seals : derriere les massacres, l’industrie du diamant.
    https://afrique.lalibre.be/4834/rdc-les-richesses-du-kasai-jouent-elles-un-role-dans-lexplosion-de-violence/

    Selon Bloomberg, le Secretaire d’Etat au Tresor Steven Mnuchin, ex-Goldman Sachs , n’aurait toujours pas cede RatPac, sa societe de production (« Wonder Woman », « Lego Batman ») co-detenue avec Ratner et Blavatnik.
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-06-20/mnuchin-completes-ethics-divestitures-without-naming-buyers

    Amazon epand la serie israelienne « La Belle et le Boulanger » sur toute la planete (200 pays).
    http://www.hollywoodreporter.com/news/amazon-prime-picks-up-israeli-comedy-series-worldwide-1015052

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0