Accueil » Actualité » Actualité française » Très légères peines pour les casseurs d’extrême gauche à Toulouse et Nantes, y compris les récidivistes

Très légères peines pour les casseurs d’extrême gauche à Toulouse et Nantes, y compris les récidivistes

Toulouse : venus « casser du flic » ils s’en tirent avec du sursis ou des TIG

Samedi dernier, les extrémistes ont à nouveau mené une journée d’émeute dans la ville Rose. De nombreux dégâts matériels ont été constatés : abribus, conteneurs à poubelles, scooter, voitures, vitrines de magasins – 23 ont été détruites – : rien n’a échappé aux casseurs. La police qui arrêtait lors des rassemblements de La Manif pour tous (LMPT) plusieurs centaines de personnes n’a procédé qu’à quinze arrestations à Toulouse.

En septembre 2012, plusieurs dizaines de JN sont arrêtés à Pairs sans avoir commis la moindre dégradation, par simple ordre de Manuel Valls, qui aujourd'hui laissent les rues de Nantes et de Toulouse livrées à la racaille.

En septembre 2012, plusieurs dizaines de JN sont arrêtés à Pairs sans avoir commis la moindre dégradation, par simple ordre de Manuel Valls, qui aujourd’hui laissent les rues de Nantes et de Toulouse livrées à la racaille.

Quatre d’entre eux ont été jugés hier. Ils ont écopé des peines les plus légères possible de la part des juges rouges : deux d’entre eux n’auront à effectuer que des travaux d’intérêt général ; les deux autres ne sont condamnés qu’à deux mois de prison avec sursis. Le procureur avait pourtant noté qu’ils étaient tous venus de loin pour « casser du flic » et qu’il s’agissait « d’actes prévus et prémédités ».

Toulouse 21022105

 

Quelques mois de prison à Nantes…

Trois des dix casseurs arrêtés samedi lors d’une émeute organisée par l’extrême gauche à Nantes ont été reconnus coupables lors de leur procès en comparution immédiate hier. Comme à Toulouse, les émeutiers ont détruit du mobilier urbain et de nombreux biens privés et publics, des voitures, des vitrines de magasins, et également caillassé les policiers. Les trois extrémistes n’ont écopé que de peines de six mois de prison, assorties de sursis pour trois et quatre mois.

Le premier, âgé de 23 ans, affirme avoir été là « par hasard » ; niant toute implication dans les groupes antifrançais, il a reconnu que « beaucoup de personnes n’étaient là que pour casser ». Cet asocial alcoolique a écopé de six mois ferme dont quatre mois avec suris pour avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre.

Un individu de 22 ans, pour les mêmes faits, a écopé de la même peine. Il était, lui, « venu à Nantes pour caillasser du policer » selon l’avocat de l’accusation. Tous les deux ont été relâchés et ne feront pas un jour de prison.

nantes-février-2015-

 

 

… y compris pour un multirécidiviste, voleur, violent et agresseur sexuel

Le dernier individu à avoir comparu hier possède sans doute le profil le plus abouti du parfait antifa. Ce criminel – il est à noter que, comme tous les autres, les médiats ont protégé son identité, eux qui dévoilaient les noms de personnes relaxées et innocentées après des rassemblements de La Manif pour tous (LMPT) – a été condamné à plusieurs reprises dans le passé, notamment pour vol, pour violences, mais aussi pour agression sexuelle. Son appartenance ethnique n’a pas été précisée non plus.

Pour avoir caillassé les forces de police, il a écopé de six mois de prison, dont trois mois avec sursis. Pour toute défense il a prétendu qu’il pensait manifester « contre l’aéroport [de Notre-Dame-des-Landes], pas contre les policiers ». Il est le seul à avoir fait l’objet d’un mandat de dépôt à l’audience en attendant une probable rapide comparution devant un juge des libertés qui l’élargira.

réclamons la dissolution des groupes antifascistes

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jean Dupont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0