Accueil » Culture » 29 mai 1453 : Chute de Constantinople et fin de l’Empire byzantin

29 mai 1453 : Chute de Constantinople et fin de l’Empire byzantin

« Durant toute cette journée, les Turcs firent, par toute la cité, un grand carnage de chrétiens. Le sang coulait sur la terre comme s’il en pleuvait et formait de vrais ruisseaux. … Georges Phrantzes dit aussi que, ‘en certains endroits, le sol disparaissait sous les cadavres et que l’on ne pouvait passer par les rues’.

‘… Ils volent, dérobent, tuent,… font captifs femmes, enfants, vieillards, jeunes gens, moines, hommes de tous âges, de toutes conditions’.

‘… Ils prenaient les trésors et les vases sacrés, dépeçaient les reliques et les jetaient au vent; ils exhibaient dans les rues puis dans leurs camps, le soir, des crucifix montrant le Christ coiffé de l’un de leurs bonnets rouges. De Sainte-Sophie, ils firent d’abord une écurie. Un nombre incalculable de manuscrits précieux, ouvrages des auteurs grecs ou latins de l’Antiquité, furent brûlés ou déchirés.

Les religieuses, violées par les équipages des galères, étaient vendues aux enchères. … ‘Cette cohue de toutes les nations, ces brutes effrénées, se ruaient dans les maisons, arrachaient les femmes, les traînaient, les déchiraient ou les forçaient, les déshonoraient, les violentaient de cent façons aux yeux de tous dans les carrefours’.

Pendant trois jours, ce fut aussi une terrible chasse et un immense marché aux esclaves. … Aucune bataille, aucune conquête n’avait jamais donné en si peu de temps autant de captifs. Ils furent vendus et revendus par la soldatesque puis par les mercantis de toutes sortes, séparés les uns des autres, promis aux travaux misérables jusqu’aux plus lointaines provinces du monde musulman.

… Mehmet avait ordonné que les familles des dignitaires grecs soient réduites à la plus dure et à la plus humiliante des servitudes. Il s’était fait réserver les filles les plus belles et les plus jeunes adolescents et il fit don de quarante très jeunes gens et de quarante vierges au pacha de Babylone. D’autres enfants grecs furent envoyés jusqu’à Tunis et à Grenade.

… Les habitants de Constantinople échappés aux massacres et à l’esclavage avaient fui. Ce n’était plus qu’une ville en grande partie dévastée et vide d’hommes.

… La chute de l’Empire byzantin marquait la fin d’un monde et jetait à bas l’héritage de l’antique Rome ».

Rappelons que Mehmet II (Mohamed II) ne rêva « que d’entrer en maître dans cette Constantinople chrétienne, qu’il voulait capitale de l’Islam. Ce jeune homme cultivé,… ami des arts et des lettres, avait fait massacrer ses frères en bas âge et faisait, à chaque campagne, scier en deux ou empaler les chefs ennemis prisonniers »

Source : Chute et mort de Constantinople, Jacques Heers

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (4)

  1. Fracasse dit :

    L’Islam, religion de paix et d’Amour…

  2. Michael Fontanil dit :

    Comme il n’y a pas de fumée sans feu, les murs de Constantinople auraient pu tenir à condition que la population soit déterminée à se battre ? Jules César le disait déjà, c’est universel : malheur aux vaincus. Aussi un petit retour en arrière de mise à sac et de prise de Constantinople me parait important : en effet c’est un petit groupe de nobles français portant des noms de villages ou de bourgs qui nous sont familiers qui lors de la 4ème Croisade (vers Jérusalem) s’est dérouté vers Constantinople et a pris la cité pour remettre l’empereur déchus en 1204 en place (tout en procédant à sa mise à sac), soit bien avant 1453 et les Turcs. Ainsi des chrétiens ont combattu d’autres chrétiens tout en affaiblissant l’empire pour les siècles suivants et contribuer en partie à sa chute future.

  3. Michael Fontanil dit :

    Précision, on estime qu’en 1453, la ville de Constantinople n’est plus peuplée que de 45 000 à 50 000 habitants, et sa population est très majoritairement misérable. Ses murailles sont certes solides, mais les défenseurs sont trop peu nombreux pour les tenir.
    Une partie des anciennes richesses de la ville est partie avec la 4ème Croisade et ses seigneurs (il y en a peut être encore des vestiges en France), l’Empire sans territoire n’avait plus de ressources économiques. Pour commercer avec l’Orient il fallait obtenir une autorisation du Sultan Turc ou d’Egypte, de plus du Pape de Rome pour les marchands occidentaux (par exemple Jacques Coeur).

  4. Michael Fontanil dit :

    Rendre aux Seigneurs Français, ce qu’il leur appartient en 1204 :
    Les chroniqueurs Villehardouin et de Clari s’enflamment : « Depuis la création du monde, écrit Robert de Clari, on ne vit, ni ne conquit si grande richesse, ni au temps d’Alexandre (voir les sacs de Persépolis et de Babylone), ni au temps de Charlemagne, et je ne crois pas que les quarante cités les plus riches du monde aient contenu autant de magnificences qu’on en trouva ici. » Constantinople abrite des palais de cinq cents chambres, toutes couvertes de mosaïque. « Pas une colonne en ville qui ne fût de marbre, de porphyre ou de riches pierres précieuses. » Après les actions de grâces de la semaine sainte d’avril 1204, les vainqueurs se partagent le butin, fondent les pièces d’orfèvrerie pour en faire de la monnaie. Un quart de la ville est donné au nouvel empereur, Baudouin de Flandre. Le reste est divisé entre les chefs de la croisade et les Vénitiens. Tout est ordonné « pour l’honneur de Dieu, du pape, et de l’Empire ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0