Accueil » Géopolitique » Les atouts militaires de l’Iran contre les États-Unis : missiles, sous-marins et Hezbollah !

Les atouts militaires de l’Iran contre les États-Unis : missiles, sous-marins et Hezbollah !

Aucun pays de l’après-guerre froide n’a autant défié les États-Unis que l’Iran. Du Moyen-Orient à l’Asie centrale ou encore l’Amérique latine, Téhéran n’a jamais manqué de contrarier les États-Unis et de limiter l’influence des Américains.

C’est une stratégie intrinsèquement risquée. Non seulement les États-Unis ont encerclé l’Iran avec des bases militaires de toutes parts mais les dépenses militaires américaines au cours des dernières années ont été deux fois plus importantes que le PIB iranien.

Pour compenser, l’Iran applique une doctrine militaire dissuasive fondée sur trois types de capacités : un arsenal de missiles balistiques expansifs, une guerre navale asymétrique (en particulier la menace de fermer le détroit d’Hormuz) et des liens avec des groupes militants non étatiques.

Bien que de nombreux systèmes d’armes soient utilisés pour appliquer cette doctrine, quatre atouts iraniens sont particulièrement à noter :

Missile Sejil

Le moyen le plus important en appui de la doctrine militaire iranienne est le large éventail de missiles balistiques iraniens, parmi lesquels, ceux de la famille Shahab sont les plus connus.

Le Sejil-1 (et son successeur, le Sejil-2) devrait toutefois être le plus redouté. Le Sejil-1 est un missile balistique sol-sol à deux étapes et de moyenne portée que l’Iran a testé pour la première fois en 2008. Contrairement aux missiles Shahab, le missile Sejil-1 est alimenté par un combustible solide, ce qui réduit considérablement son temps de lancement et améliore sa mobilité.

Lors d’un témoignage devant le Congrès en novembre 2009, le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates avait déclaré que le « missile [Sejil] a une portée d’environ 2 000 à 2 500 kilomètres ». Ce qui correspond aux spécifications données par des responsables iraniens. À cette distance, le Sejil-1 peut porter une charge explosive de 750 kg jusqu’au cœur de l’État juif qui occupe illégalement la Palestine. Il est largement admis que cela pourrait un jour être une charge nucléaire.

Le Sejil-2 a été testé pour la première fois en 2009 et il est encore en phase de développement. Selon Global Security, « le Sejil-2 a une portée de 2 510 kilomètres et une tête conique de 650 kg. Il peut également transporter une tête militaire de 1 000 kilogrammes sur 2 000 kilomètres ».

La caractéristique la plus importante du Sejil-2 est sa précision qui faisait défaut traditionnellement aux missiles balistiques iraniens. Les responsables de la défense iraniens ont déclaré que, comparé au Sejil-1, le Sejil-2 est équipé d’un nouveau système de navigation ainsi que de capteurs maintenant beaucoup plus précis et sophistiqués.

Sous-marins de poche de la classe Ghadir

L’un des plus grands facteurs dissuasifs de l’Iran est aussi sa capacité à menacer les expéditions de pétrole dans le détroit d’Hormuz où passent près de 20% des approvisionnements mondiaux. Des rapports indiquent que les États-Unis ont dépensé environ 8 000 milliards de dollars pour assurer la sécurité du détroit d’Hormuz depuis 1976.

Dans ce contexte, ses sous-marins pourraient être aussi un atout inestimable pour l’Iran s’il essayait de fermer le détroit d’Hormuz. Comme l’explique l’Institut pour l’étude de la guerre (ISW), « dans les eaux confinées et peu profondes du golfe Persique, la capacité de déployer des sous-marins menace efficacement les navires qui circulent dans des trajets maritimes étroits ». Les navires militaires et commerciaux empruntent des itinéraires prévisibles, ce qui les expose très facilement aux sous-marins.

L’Iran en possède différents types, mais sa flotte grandissante de ses modèles de petite taille Ghadir serait particulièrement meurtrière en cas de conflit.

Variante des sous-marins nord-coréens Yugo et Sango, la petite taille et la signature acoustique de la classe Ghadir les rend particulièrement difficiles à détecter et à suivre. Chaque sous-marin peut déployer deux tubes de 533 mm destinés à tirer des torpilles et est capable de poser des mines. Le Ghadir peut également être utilisé pour transporter et infiltrer des forces spéciales en territoire ennemi.

Comme c’est souvent le cas avec les capacités navales iraniennes, la quantité est importante. L’Iran compte au moins 20 sous-marins de cette classe. Comme l’avait expliqué en 2013 Chris Harmer, un expert de l’armée iranienne à l’ISW: « Le sous-marin le plus silencieux au monde est celui qui repose sur un fond de sable en mer. C’est ainsi que les Iraniens emploieraient le Ghadir : sortez-le du port, posez-le au fond du golfe Persique qui est peu profond et reposez-vous sur le fond sablonneux en attendant l’objectif ».

Missile Khalij-e Fars

Le missile balistique antinavire Khalij-e Fars (Golfe Persique) est un autre élément précieux des capacités navales asymétriques de l’Iran.

C’est un missile balistique supersonique à combustible solide offrant une autonomie de 300 km avec une charge utile de 650 kg. Il est basé sur le Fateh-110, un missile sol-sol à propulseur solide que l’Iran a testé pour la première fois en 2002.

Les médias iraniens ont décrit le Khalij-e Fars comme « le missile le plus avancé et le plus important de la marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique » et ont déclaré que « les traits distinctifs du missile sont sa vitesse et sa trajectoire supersoniques. Tandis que les autres missiles traversent généralement à des vitesses subsoniques et en style de croisière, le Khalij-e-Fars se déplace verticalement après son lancement, file à des vitesses supersoniques, trouve sa cible grace à un programme intelligent avant de la frapper ».

Le Khalij-e Fars a été testé pour la première fois en 2011. L’Iran a affirmé que ce missile avait touché un navire en mouvement avec une précision de 30 mètres lors de son deuxième test en juillet 2012. L’année suivante, le brigadier général Amir-Ali Hajizadeh, commandant de la division aérospatiale du CGRI (le Corps des gardiens de la Révolution Iranienne) a affirmé que le pays avait augmenté la précision du missile de 30 à 8,5 mètres.

Les intentions de l’Iran avec ce missile sont transparentes : l’agence de presse Fars a clairement déclaré que le missile était « conçu pour détruire des objectifs et des forces hostiles en mer ».

Hezbollah

Au début des années 80, des représentants du CGRI ont été envoyés au Liban pour aider à former le noyau de la résistance contre l’occupation israélienne. À l’époque, non seulement l’Iran n’exerçait pas beaucoup d’influence au Liban mais en plus il était plongé dans une guerre avec l’Irak de Saddam Hussein.

La décision d’infiltrer le Liban semble avoir été une véritable vision stratégique prophétique majeure. Depuis, le Hezbollah a aidé l’Iran à plusieurs reprises. Il s’est révélé maintes et maintes fois « l’arme de guerre » la plus polyvalente et la plus adaptée de l’arsenal iranien.

En effet, sa plus grande valeur est sa portée opérationnelle. À la suite de l’invasion de l’Irak par les États-Unis en 2003, l’Iran a confié le soin au Hezbollah de former des groupes militants irakiens. Il a également été rapporté que des militants du Hezbollah auraient aidé à former des Houthis au Yémen.

Le Hezbollah est ainsi devenu indispensable pour soutenir le gouvernement de Bachar al-Assad en Syrie depuis 2011.

Source : Press TV

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (1)

  1. Casenave dit :

    A vouloir dominer les américains ont associés Chine et Russie créé les talibans assassiné leur allié irakien dont ils s’étaient servis dans la première guerre contre l’Iran ce machavièlisme se retourne contre eux une victoire n’assure pas le succés car il faut ensuite tenir le terraintous les empires ce sont écroulés d’ailleurs Corée du Nord Vietnam Afghanistan devrait leur suffir comme échec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0