Accueil » Divers » Billet d'humeur » On ne dialogue pas avec un pouvoir oppresseur, on le combat !

On ne dialogue pas avec un pouvoir oppresseur, on le combat !

Conscience de classe, de race, d’histoire

ATTENDRE DE BOURREAUX qu’ils deviennent des bienfaiteurs est faire preuve d’une sottise sans nom. Or, à en croire certains représentants autoproclamés des Gilets jaunes, il serait possible de dialoguer avec le pouvoir en place et d’obtenir de lui des réformes, dont le fameux RIC, le référendum d’initiative citoyenne. Croire cela, c’est ne rien comprendre au fonctionnement du pouvoir oligarchique qui nous opprime et qui n’a d’autre finalité que de nous détruire et de poursuivre et d’amplifier sa domination communautaire. Jamais l’Etat profond n’acceptera de donner la parole au peuple sur des sujets fondamentaux et vitaux qui engagent son avenir. Lorsque Macron et ses acolytes disent qu’ils acceptent de dialoguer, c’est qu’en réalité ils veulent continuer à enfumer, à manipuler et à tromper. Lorsqu’ils affirment qu’ils sont prêts à poser des questions au peuple français par voie référendaire, c’est qu’ils veulent faire taire la contestation, désarmer l’insurrection sans rien lâcher. 

C’est si vrai que les questions envisagées pour ce référendum qui pourrait avoir lieu le jour des élections européennes, le 26 mai prochain, sont sans aucun rapport avec les causes profondes du mouvement des gilets jaunes, non plus qu’avec leurs revendications fondamentales comme l’augmentation du pouvoir d’achat, l’aspiration à pouvoir vivre décemment des fruits de son travail. On nous parle de limitation du cumul des mandats, de réduction du nombre de parlementaires, de modification du mode de scrutin. On croirait un gag tellement c’est insultant à l’égard du peuple en général et des gilets jaunes en particulier mais ce n’en est pas un. Le pouvoir pédérastique et rothschildien que nous subissons n’est là que pour mener à son terme la révolution arc-en-ciel. Puisque le peuple constitue une gêne, un obstacle, il convient de le manipuler, de le pervertir voire de le dissoudre. Par la destruction de la famille et de l’identité, par la submersion migratoire et la promotion tous azimuts du métissage, par la promotion de toutes les déviances. 

POUR METTRE FIN à un conflit, une opposition, un mécontentement, une insurrection, rien de mieux pour le Système qu’un pseudo-débat national et qu’une “bonne” élection. Les Européennes sont ainsi du pain bénit pour le pouvoir en place car pendant qu’on blablate, qu’on parlote, on n’agit pas, on endort le peuple, on l’anesthésie. Le vote est un moyen de canaliser, de neutraliser la radicalité des contestations. De Gaulle l’avait bien compris qui, dès qu’il est revenu au pouvoir, a organisé des élections en Algérie pour diviser ainsi les Pieds-Noirs qui étaient jusque-là tous unis, dans la volonté de maintenir la présence française outre-Méditerranée. Croire que la renaissance nationale puisse naître aujourd’hui d’une « bonne élection » est faire preuve d’une confondante naïveté. Ne serait-ce que parce que les groupements et personnalités qui sont préemptés, qui ont accès aux radios et aux télévisions sont sélectionnés précisément parce qu’ils ne représentent aucun danger pour le Système actuel. Dans les démocraties occidentales, comme naguère dans les pays communistes, mais de manière plus subtile, n’a droit de cité qu’une opposition contrôlée. C’est le cas évidemment d’un Mélenchon qui fut ministre de Jospin, resta trente ans au PS, fut sénateur socialiste et qui est depuis fort longtemps un membre du Grand Orient. Mais, disons-le, c’est aussi le cas d’une Marine Le Pen qui, dès le début du mouvement des gilets jaunes, a pondu un texte réaffirmant son attachement aux institutions actuelles et à la Ve République, a redit à plusieurs reprises son rejet de l’antisémitisme et son refus de toute violence — comme si la politique ne reposait pas fondamentalement sur la peur et la violence, qu’elle soit directe ou indirecte, que cette illettrée lise Georges Sorel ! — et qui, loin de défendre réellement les intérêts des travailleurs français, campe sur une ligne national-sioniste. 

Or il est radicalement incompatible de se prétendre au chevet des catégories populaires et des classes moyennes entrepreneuriales et en même temps de faire des risettes à Goldnadel, à la Ligue de Défense juive et à toute cette camarilla communautaire dont la domination repose précisément sur l’esclavage salarial et fiscal du peuple à base d’anti-nationalisme, de dumping social et de métissage organisé. Ce n’est pas un hasard si les personnalités médiatisées de la communauté étoilée, de BHL à Haziza, en passant par Daniel Cohn-Bendit, Kassovitz et consorts ont pris dès le départ une position très hostile aux gilets jaunes et fort méprisante à leur égard. C’est qu’ils sentaient que leur domination insolente était menacée par une insurrection populaire, si elle devait aller à son terme et renverser le pouvoir actuel qui n’est jamais qu’une émanation du CRIF, du Congrès juif mondial, d’Attali et de la banque Rothschild. 

IL FAUT BIEN comprendre que le pouvoir actuel, c’est essentiellement le pouvoir bancaire par la dette. En effet pus les Etats sont endettés, plus le pouvoir des usuriers est élevé. Or, d’après l’INSEE, au troisième trimestre 2018, la dette publique française s’élève à 2322,3 milliards d’euros. Soit près de 100 % du Produit intérieur brut, c’est-à-dire la totalité de la richesse produite en France en un an. Si l’on ajoute les engagements hors bilan, comme les retraites futures des fonctionnaires à payer et toute une série d’engagements pris par les pouvoirs publics, l’endettement réel du pays est de 6 500 milliards d’euros, une somme colossale. Au nom du remboursement de la dette et du paiement des intérêts, eux aussi colossaux, de la dette, on appauvrit le peuple, on le fragilise, on le martyrise. En réduisant ou en comprimant sans cesse les prestations, les salaires et les pensions d’une part.  En augmentant les taxes et les impôts d’autre part. En réduisant le nombre des services publics, de surcroît de plus en plus défaillants, singulièrement dans les zones rurales où l’on ne compte plus la fermeture des hôpitaux et des maternités, des écoles, des crèches et des bureaux de poste. C’est donc une politique délibérée d’enrichissement de prédateurs internationaux, de financiers apatrides, d’usuriers sans scrupules qui est mise en œuvre par les gouvernements successifs au détriment du peuple, à rebours du bien commun. 

Et à ce pouvoir bancaire s’ajoute une idéologie cosmopolite à la fois pro-migrants et pro-LGBT qui consiste à organiser l’invasion de l’Europe et de l’Occident par des masses d’allogènes et leur dissolution par l’homosexualisme, la théorie du genre, une révolution anthropologique, sociétale et civilisationnelle sans précédent par son ampleur et sa rapidité dans l’histoire des hommes. Mais en réalité il s’agit du même pouvoir concentré dans les mêmes mains : il n’est que d’aller sur le site de la LICRA ou d’autres sites communautaires pour se rendre compte que ces organisations défendent avec autant d’ardeur le lobby LGBT et l’ouverture totale des frontières aux migrants qu’elles condamnent et poursuivent devant les tribunaux tout ce qu’elles considèrent comme manifestation d’homophobie, de racisme et d’antisémitisme.  Sachant que pour la LICRA, être révisionniste ou anti-sioniste, c’est être antisémite, promouvoir la famille traditionnelle et s’opposer au “mariage gay”, à la GPA et à la PMA, c’est être homophobe et rejeter l’immigration de masse, c’est être raciste.

PAR CONSÉQUENT, il ne faut pas avoir peur de désigner l’ennemi. Car si l’on n’ose même pas le nommer, comment peut-on espérer le combattre ? Et si l’on fait ami-ami avec lui, c’est déjà qu’on a trahi. Un opposant sans concession au pouvoir actuel sera nécessairement traqué et diabolisé, les plateaux télé lui seront fermés. C’est à la façon dont le pouvoir médiatique traite les opposants qu’on sait à qui l’on a affaire. 

Car il n’y a aucune illusion à se faire : pour conserver ses prébendes et sa domination, ce pouvoir est prêt à tout, y compris à tirer sur la foule. L’acquisition de nombreux flash-balls va clairement dans ce sens. La police française utilise de plus en plus les méthodes israéliennes de répression des manifestations. Depuis Sarkozy il y a eu en effet des échanges discrets mais nombreux et suivis avec de hauts responsables israéliens quant aux méthodes musclées de maintien de l’ordre. On veut nous traiter comme des Palestiniens dans une vaste Cisjordanie à la française, dans une bande de Gaza étendue aux six coins de l’Hexagone. Nous vivons dans un territoire occupé.

[…]

(lire la suite)

Jérôme BOURBON

Editorial du numéro 3364 de RIVAROL daté du 13 février 2019.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (3)

  1. Ivernazza dit :

    Bravo, Cher JB, pour une magistrale et imparable analyse. Tout est dit… pour les Français qui savent encore lire – ceux que les prédateurs au service desquels les dégénérés (à têtes de bas-ventres que vous exposez si bien) des six « genres » (L, B, G, T, « non-binaires » et « sans opinion ») « œuvrent » à remplacer.

    C’est de ce microprésent-là – et non pas du glorieux passé de la France d’AVANT qu’il faut faire « table rase ».

    MAINTENANT!

  2. ChauxdeToureyre dit :

    Ce pouvoir qui dérive d’une institution qui plonge ses racines dans le sang des Vendéens et celui des têtes guillotinées catholiques ne se sera vaincu que par la force et non par des dialogues insipides qui ne peuvent qu’être stériles ou pour le plus ne servir qu’à l’ennemi.
    Mais étant donné sa puissance, dont la lâcheté constitue son principal combustible, il faut mettre Dieu de son côté, car sans lui nous ne feront rien et au plus que nous diviser.
    Le Cardinal Pie répondait à Napoléon 3 que si le moment n’était pas encore venu à la royauté social du Christ de régner, alors le moment n’était pas non plus venu aux gouvernements de régner.
    La situation de ce qui reste du Royaume de France est bien pire que celle laissée par le traité de Troyes avec Isabeau de Bavière.
    C’est Jeanne d’Arc qu’il faut implorer par la prière et la pénitence afin qu’elle achève à titre posthume sa mission commencée en 1429.

  3. Lacuson dit :

    Lecteur fidèle de Rivarol et des Écrits de Paris depuis très longtemps je n’ai qu’une chose à en dire :

    UN IMMENSE MERCI !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0