Accueil » Actualité » Actualité internationale » Cinq ans de prison pour le militant nationaliste radical anti-pédophile russe Tesak

Cinq ans de prison pour le militant nationaliste radical anti-pédophile russe Tesak

Maxim ‘Tesak’ [Machette] Marcinkiewicz a écopé hier de 5 ans de camp en Russie. La justice le jugeait pour « extrémisme », un chef d’accusation très large permettant d’incrimer des faits très variés. Les juges lui reprochaient la diffusion de trois clips vidéo sur VKontakte et YouTube dans lesquels il remettait en cause la prétendue « grande guerre patriotique » menée par Staline durant la Seconde Guerre mondiale qui aboutit à l’asservissement de la moitié de l’Europe après d’innombrables crimes contre les populations, en critiquant le film Stalingrad et en imaginant ce qu’aurait été la victoire de l’Allemagne.

Tesak lors de son procès en 2014.

Tesak lors de son procès en 2014.

Il était également reproché à Tesak d’avoir traqué des pédocriminels en Russie et en Ukraine ; selon le militant nationaliste, c’est après avoir confondu le chef adjoint du Service des huissiers de la justice fédérale – l’homme avait accepté un rendez-vous avec un enfant mineur – que la justice a sévi contre lui. Suite aux révélations du militant nationaliste, le pédocriminel Andrei Kaminov a été jugé et a été mis à la retraite. Grâce à l’action du groupe nationaliste, il a été reconnu qu’il avait sollicité une relation sexuelle avec un enfant de 14 ans, auquel il avait proposé 1000 roubles. Malgré cela, Tesak était également poursuivi pour « incitation à la haine ethnique ». C’est pour ces motifs qu’il vient d’être condamné vendredi à cinq ans de camp. C’était la peine maximale encourue.

 

L’affaire du haut fonctionnaire pédocriminel avait fait grand bruit à l’époque dans les médiats russes, comme l’illustre la vidéo ci-dessous : c’est la première fois que l’action d’un citoyen permettait l’arrestation d’un pédophile.

https://www.youtube.com/watch?v=B5ZIxlXvAGk
Lors de ses actions contre les pédocriminels et les homosexualistes militants, Tesak infligeait comme punition le versement d'urine sur les coupables, comme ici avec le pédocriminel Andrei Kaminov.

Lors de ses actions contre les pédocriminels et les homosexualistes militants, Tesak infligeait comme punition le versement d’urine sur les coupables, comme ici avec le pédocriminel Andrei Kaminov.

 

Tesak a déjà effectué trois années de prison durant les années 2000 pour avoir dénoncé les trafiquants de drogues étrangers. Militant national-socialiste, il est l’un des cofondateurs du mouvement social Restrukt, qui regroupe plusieurs projets dont Оккупай-педофиляй (Occupons-nous des pédophiles).

Membre du Parti national du peuple (NNP, Народная национальная партия), Tesak était devenu célèbre jeune, alors qu’il évoluait dans le milieu skinhead national-socialiste en fondant et dirigeant le mouvement Format 18. Le groupe s’était spécialisé dans l’attaque des trafiquants de drogues, notamment étrangers, des antifascistes, et la dénonciation de l’invasion. Le site internet du groupe avait été fermé à la demande de groupes d’extrême gauche en 2010.

À l’époque, Tesak purgeait une peine de trois ans de prison pour « extrémisme » et « incitation à la haine ». Il avait été arrêté le 10 juillet 2007 par dix policiers alors qu’il se rendait à une salle de sport. Condamné le 18 février 2008, il avait fait face, alors qu’il se trouvait en prison, à de nouvelles accusations. La justice russe lui reprochait alors la diffusion d’une vidéo « raciste ». Cette dernière montrait un simulacre d’exécution dont les « victimes » étaient des trafiquants de drogues tadjiks. Il fut condamné à nouveau à trois ans de prison pour « incitation à la haine ou à l’hostilité fondée sur la nationalité ou l’appartenance religieuse » selon l’article 282 du code pénal russe. La peine fut en partie confondue avec la précédente et transformée en trois ans de probation.

Lors de son procès, annonçant les actions pour lesquelles il a été condamné, il avait déclaré, à la question d’un journaliste lui demandant quelle serait sa peine :

« Je pense que j’écoperai de cinq ans, car les trafiquants de drogues sont, si je comprends bien, l’un des groupes sociaux protégés par notre Constitution. En principe, bien entendu, je respecte la décision de nos tribunaux et je vais probablement m’excuser pour ces trafiquants de drogues. Je suis très heureux que nous n’ayons jamais rien dit contre les pédophiles, parce que je pense que j’aurais été aussi poursuivi pour cela et que la peine aurait peut-être été plus lourde : parce que je crains que les pédophiles ne soient un groupe social encore plus protégé ».

Il avait été libéré le 31 décembre 2010, après plus de trois ans et demi de prison.

 

À l’automne de 2013, Tesak avait quitté la Russie pour le Bélarus, puis avait quitté l’Europe. Il avait fait l’objet le 13 décembre 2013 d’un mandat d’arrêt, à nouveau au motif « d’extrémisme » qui lui ont valu cette condamnation à cinq ans de camp. Il avait été arrêté le 17 janvier 2014 à La Havane où il espérait pouvoir poursuivre la diffusion de ses vidéos et sa lutte contre les pédocriminels. À la demande des autorités russes, Cuba l’avait expulsé dès le 27 janvier, et il avait été arrêté dès son arrivée à Moscou. Prisonnier depuis, il a écopé de cinq ans de prison qu’il effectuera dans un camp.

 

Il y a quelques semaines, Tesak avait « discuté » avec Eduard Bagirov, un Azéri musulman converti à l’orthodoxie et très proche du pouvoir qui, après un violent incident avec un nationaliste, avait publié plusieurs articles où il insultait les nationalistes radicaux. Tesak lui avait alors rendu une visite de courtoisie pour lui demander de préciser sa pensée :

About Jean Dupont

Jean Dupont est l'un des principaux contributeurs de Jeune nation, spécialisé dans l'actualité nationale notamment. Il est le coordinateur du journal quotidien.
Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Jean Dupont

Commentaires (1)

  1. […] tenté d’aller combattre en Syrie. La justice russe avait infligé la même peine au nationaliste Maxim ‘Tesak’ Marcinkiewicz « coupable » d’avoir démasqué et puni un pédocriminel agissant au sein du régime ou […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0