Accueil » Société » Leur « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme »

Leur « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme »

Leur « Grande Cause nationale [sic] 2015 » était déjà consacrée à… « la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ». À quoi d’autre aurait-elle pu être « consacrée » ? La « lutte contre l’homophobie et les stéréotypes de genre » ? Ne soyons pas impatients, ça sera probablement le thème de l’an prochain ! Et à l’intérieur de cette « grande cause », il y a une « Grande mobilisation de l’école pour les valeurs [sic] de la République ».

Les plus zélés de leur République auraient pu craindre que leurs « actions » se réalisassent uniquement le 21 mars,

« proclamé “Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale” en 1966 par l’Assemblée générale des Nations Unies. »

Mais que les plus férus de républicanisme universaliste se rassurent, ça durera tout une semaine !

Impression

En effet, dans leur « grande cause », il y a leur « grande mobilisation », à l’intérieur de laquelle se cachait leur… « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, du 16 au 21 mars ». Nous voilà ras-su-rés !

 

 

Formatage : des têtes vides, mais « bien faites »

Ce que les prétendus « racistes » et les « antisémites » (second élément à ne jamais oublier faute de quoi on le deviendrait instantanément et, cela va sans dire, ça serait extrêmement grave !) appellent les antivaleurs, vont donc pouvoir être injectées dans la tête des « apprenants » par les « enseignants », non pas durant une journée (quelle honte eut-ce été !), mais durant toute une semaine ! Quelle joie !

Même en s’organisant bien, les élèves des écoles, collèges et lycées ne devraient donc pas pouvoir échapper à cette « éducation » pour tous qui ne laissera guère de place pour de l’enseignement digne de ce nom !

Mais sera-ce gênant ? Après tout, les anciens élèves de leur école publique se souviennent tous de quelques « enseignants » d’Histoire qui ressassaient à l’envi que :

« il vaut mieux des têtes bien faites plutôt que des têtes bien pleines ! ».

Et ils n’hésitaient pas, en « parfaits pédagogues » qu’ils étaient à illustrer leur propos par l’action, non pas un seul jour, mais chaque semaine de toute une année scolaire.

« Quel professionnalisme ! »

nous exclamons-nous, lorsque, l’œil humide, nous y repensons !

Dans leur grande diversité politique antiraciste et anti-« antisémite » allant du maoïsme au stalinisme en passant par le trotskysme, ces théoriciens de l’Histoire passaient bien souvent une demi-heure à discuter avec un collègue dans le local des cartes de géographie situé à côté de la salle de cours. Pendant ce temps suspendu où ces zélés gauchistes se sacrifiaient pour nous (?), nous appréciions – ô combien ! – que nos têtes ne fussent point remplies à l’excès, mais que ceux qui avaient tant d’idées dérivées du marxisme en fassent si généreusement profiter leurs égalitaristes égaux, laissant ainsi le temps à nos neurones de se structurer en paix.

Enseignantes, enseignants, merci pour tous ces moments où vous nous épargniez la surdose ! Néanmoins, et il est important de le dire, ces périodes étaient parfois un peu gâchées par quelques plaisantins qui profitaient de votre aversion pour certains noms se terminant par le suffixe ‘–isme’ pour ajouter, à votre habituelle liste, ‘socialisme’, ‘communisme’, ‘stalinisme’ et autres blagues au demeurant de fort mauvais goût !

Mais tout ceci est bel et bien fini ! Aujourd’hui, vous pouvez vous émerveiller face à des teints hâlés et même des visages si peu faits pour les lunettes de soleil ! Vous en seriez tentés de vous laisser transporter par des expressions tellement exotiques et puissantes qu’elles vous occasionnent même parfois quelques journées d’interruption totale de travail, ce qui vous aide encore à ne point risquer les débordements cérébraux.

Il suffit désormais de dialoguer, et les médiats feront le reste, en faisant de vous leur vedette d’un jour, utilisant probablement la formule « un débat qui a mal tourné » pour signifier que cette diversité – tant chérie de vous – aura eu l’idée de faire ce que d’autres n’ont pas fait avant elle.

Comme cette harmonie doit être épanouissante pour les « apprenants » d’aujourd’hui, curieux de découvrir qu’il n’y a jamais aucun racisme dans le tabassage d’un autochtone blanc par un ou plusieurs allogènes, mais seulement de l’enrichissement par la diversité !

Et comme ceci est devenu le lot quotidien d’un nombre croissant de nos contemporains, vous, enseignants de la pédagogie moderne, auriez pu être gênés aux entournures pour affronter une réalité qu’on a tendance à nier, en devant mettre les pieds dans le plat du discours lénifiant des professionnels de la tolérance.

Mais rassurez-vous ! Vous n’aurez pas besoin de vous agiter durant leur « sacro-sainte » « Semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme ». Et pour cause :

« Elle associe l’ensemble de la communauté éducative et pédagogique, dont les parents d’élèves et les personnels des établissements scolaires, les organisations étudiantes et lycéennes, ainsi que les associations complémentaires de l’éducation, en particuliers [sic] qui concourent à la lutte contre les discriminations, la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme. »

Laissez donc reposer vos neurones fatigués, ça vous évitera de vous égarer en parlant un peu trop naturellement de sujets très encadrés. Car, comme vous l’allez voir ci-dessous, une interprétation « nauséabonde » provoquée par la doxa est très vite arrivée !

 

 

Leur « éducation pour agir contre le racisme et l’antisémitisme »…

… prétend contribuer à bien des choses, malgré les contradictions internes à leur Système débilitant :

1. « éduquer à la lutte contre les préjugés, les stéréotypes, le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie »

Est-ce que ça relève du « préjugé » de constater que toutes leurs « minorités visibles » sont communautaristes et pratiquent donc une préférence étrangère, mais que les gouvernants de notre pays pratiquent non pas une politique en notre faveur, mais également de préférence étrangère ? Ces politiciens, de plus en plus souvent étrangers eux aussi, se comportent-ils contre notre nation par cause de ‘préjugés’, de ‘stéréotypes’ ou encore par racisme contre les Français ? Comme dirait Roland Dumas, « pourquoi ne pas le dire ? »

2. « éveiller aux dérives du relativisme, de la rumeur, de l’obscurantisme, des théories du complot »

Pourtant, leur République est totalement relativiste : selon eux, tout se vaut puisque, entre autres « dérives du relativisme », on épargne la vie des criminels, mais pas celle des victimes des récidivistes ! Et selon leur « philosophe positiviste » Auguste Comte :

« Tout est relatif, et cela seul est absolu ».

Leur République du mensonge est donc totalement schizophrène !

3. « reconnaître la diversité humaine et culturelle »

Pourtant, le mot « race » a été retiré de la Constitution de leur cinquième république et leur président Jacques Chirac a même affirmé péremptoirement que les races n’existeraient pas. Et comment « reconnaître la diversité humaine » si on nie les différences en affirmant que tous seraient égaux ?

4. « favoriser le respect des différences et combattre le repli sur soi »

Respecter les différences raciales et culturelles, n’est-ce point les cultiver, en favorisant chacune là où c’est sa place, et alors véritablement les respecter en les protégeant contre les dénaturations métissées ? Subsidiairement, est-ce que se croiser les bras, c’est du « repli sur soi » ?

5. « cultiver la tolérance et l’enrichissement mutuel »

« La tolérance, autrefois, il y avait des maisons pour ça » : les maisons de tolérance, dites ‘maisons closes’.

Le concept de « zéro tolérance » est bien plus intéressant, car il vise à lutter contre la délinquance (même s’il met les réfections à la charge des propriétaires des bâtiments abîmés par d’autres).

Quant à l’enrichissement interethnique, leur « libération » de 1945, à elle seule, a été suffisamment riche en viols – à 85% mélanodermes – et meurtres pour que les femmes anglaises, françaises et allemandes soient légitimement méfiantes, si elles n’avaient pas été abruties depuis lors tant à l’école que par la médiacratie. Et la généralisation des comportements de prédation contre les adolescentes anglaises ces dernières années confirme que « l’enrichissement mutuel » est à sens unique vers les parasites aux mœurs inconciliables avec les nôtres.

6. « promouvoir une société solidaire et du vivre-ensemble »

Pour une bonne illustration du « vivre-ensemble », la période du vivre à part en Afrique du Sud voyait 170 homicides se commettre chaque année. Après le quinquennat de transition, le pouvoir noir en vit, impuissant, 24 200 ! Et on en est toujours aujourd’hui à plus de 22 000 chaque année, incluant plus de 90 000 fermiers blancs cumulés, en plus de tous ceux qui ont été tabassés par leurs cambrioleurs colorés : dans l’Afrique du Sud ‘arc-en-ciel’, on violente et tue ceux qui nourrissent le pays…

Quant à une société « solidaire » qui ne sert plus qu’au subventionnement de la submersion allogène, non merci !

Afrique du Sud : le vivre-ensemble est une culture de mort

Afrique du Sud : le vivre-ensemble est une culture de mort

 

7. « encourager l’esprit critique et la résistance face à l’injustice »

« L’esprit critique » tourné contre un Système antinational et une « justice » qui condamne à de la prison ferme les historiens épris de vérité ou les Français qui se défendent contre leurs agresseurs n’est certainement pas incluse dans ce point…

8. « agir dans la durée pour faire évoluer les mentalités et instaurer une société plus fraternelle »

Proposition typique de la franc-maçonnerie : conditionner le peuple pour faire évoluer les mentalités, généralement au moyen de mensonges et imposer ensuite des « mesures sociétales » du type ‘mariage pour tous’.

Leur ‘Fraternelle parlementaire’ est très forte pour ça !

Quant à l’intervention d’associations subventionnées en milieu scolaire, elle ne sert qu’à promouvoir tout ce qui est contre-nature et à présenter des dépravations comme des normes de comportement modernes.

Toutes ces réactions face au projet républicain antinaturel n’ont pas leur place dans leur école

Enseignantes, enseignants, maintenant, vous comprenez mieux ?

Et ça serait pire que d’avoir fait du zèle, comme cet « enseignant d’arts plastiques » qui a illustré un débat sur Torchon ‘Charlie’ hebdo en exhibant l’un des gribouillages en cause… ce qui l’a fait suspendre de ses fonctions dès le lundi matin suivant !

Imaginez, par exemple, que pour illustrer la « lutte contre le prétendu ‘complotisme’ », vous expliquiez que certaines personnes affirment que l’endettement public est ‘peut-être’ fait exprès pour asservir les nations auprès de la finance apatride…

Quel dérapage, vous auriez commis là ! Non pas même en vous appropriant cette idée non-conforme, mais simplement en la relayant à titre d’exemple extrêmement extrémiste, contraire aux « valeurs de la République » !

Non, gardez-vous-en ! Respectez à la lettre les textes officiels aussi répétitifs et caricaturaux puissent-ils vous sembler. Accueillez les associations subventionnées dans votre salle de classe avec un large sourire. Projetez à vos élèves le plus long film que vous puissiez trouver. Suivi de quelques questions pêchées sur le site Internet de votre académie, ça vous fera une note à attribuer – pardon, une évaluation – et remplira une séquence pédagogique tout entière, parfaitement conforme à ce qui est attendu de vous !

Et si après tout ça vous trouvez qu’on nous mène vers le Néant, alors, arrêtez de penser ou bien changez de métier !

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Guillaume Ancquier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0