Accueil » Culture » 9 octobre 1957 : victoire de l’armée française à la bataille d’Alger

9 octobre 1957 : victoire de l’armée française à la bataille d’Alger

La bataille d’Alger a opposé, en 1957 à Alger (département d’Alger ou zone autonome d’Alger), durant la guerre d’Algérie, la 10e division parachutiste de l’Armée française aux indépendantistes algériens du Front de libération nationale (FLN). À la suite des nombreux attentats perpétrés contre la population par le FLN, le pouvoir civil délègue alors tous pouvoirs au général Massu pour démanteler l’organisation du FLN et ainsi mettre fin aux attentats, de janvier à octobre 1957.

Le Milk-Bar à Alger où s’est produit le spectaculaire attentat du 30 septembre 1956, bilan : 4 morts et 55 blessés, perpétré par la poseuse des bombes Zohra Drif du réseau bombes de Yacef Saadi.

Dès 1956, la violence s’accentue en Algérie et à Alger en particulier, Robert Lacoste, ministre résident et gouverneur général de l’Algérie, utilise les pouvoirs spéciaux adoptés à l’Assemblée nationale en mars 1956. Il ordonne au général Jacques Massu, commandant de la 10e division parachutiste, de pacifier Alger. Le 8 janvier 1957, Massu entre dans la ville avec 8 000 paras et proclame la loi martiale. Le FLN réplique par des attentats et une grève générale qui débute le 28 janvier. En réaction, l’armée divise la ville en secteurs et ceinture les quartiers musulmans. Elle exerce une sévère répression et procède à des arrestations massives, internant les détenus dans des centres où les interrogatoires permettent d’obtenir des informations au besoin par des pressions physiques et psychologiques nécessitées par l’urgence du moment. Cette stratégie permet effectivement de démanteler l’organisation de la Zone autonome d’Alger, forçant ses dirigeants à quitter Alger et entraînant l’arrestation de certains membres clés, Larbi Ben M’hidi et Yacef Saadi, ainsi que l’élimination d’Ali la Pointe.

La bataille est remportée par l’Armée française qui a éradiqué les attentats et la guérilla urbaine du FLN, l’ordre est rétabli. Les Français d’Algérie qui ont subi durant trois mois les attentats du FLN n’oublient pas le général Massu qui a gagné la « bataille d’Alger », et le soutiennent lors de la crise de mai 1958, appelée également putsch d’Alger, lorsqu’il crée le Comité de salut public, puis une seconde fois lorsque, après avoir critiqué la politique algérienne du général de Gaulle, il est muté en métropole, ce qui provoque la semaine des barricades.

Seule victoire d’une armée conventionnelle contre le terrorisme, enseignée à West Point, elle est ignorée en France et n’est inscrite sur aucun drapeau des régiments y ayant participé. Elle a pourtant permis d’éradiquer le terrorisme endémique du FLN à l’époque et cette expérience va servir de modèle pour les régimes d’Amérique latine et éviter qu’elle ne se transforme en un immense goulag, comme certains pays du Sud-Est asiatique.

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0