Accueil » Culture » SHAEF – LGBT – OTAN

SHAEF – LGBT – OTAN

Il n’est pas possible de savoir ce qu’en penserait le général George Patton, à peu près le seul général Alliés récupérable et d’ailleurs probablement assassiné, mais voici le drapeau LGBT :

Et ça, c’est l’écusson du SHAEF qui était cousu sur son épaule (SHAEF = Supreme Headquarter Allied Expeditionary Force, créé en 1943 et dissous en 1945, qu’on peut considérer comme la première expression militaire de l’OTAN ; SHAEF est probablement un jeu de mots avec Chief) :

Insigne d’épaule du « SHAEF » (Supreme Headquarter Allied Expeditionary Force)

Et voici le communiqué du 17 mai 2017 de l’OTAN à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie :

 « Mercredi (17 mai 2017), pour montrer que l’OTAN s’associait à la Journée internationale contre l’homophobie, le secrétaire général, Jens Stoltenberg, a posté un tweet indiquant que « partout dans le monde, les LGBT ont droit à une vie digne, préservée de l’exclusion et de la peur. La diversité rend nos sociétés ouvertes plus fortes et plus sûres. »

 L’OTAN a été pionnière à l’échelle mondiale en ce qui concerne la reconnaissance du mariage entre personnes de même sexe. Elle a accordé les mêmes prestations à tous les agents mariés dès juillet 2002, à une époque où le mariage entre personnes de même sexe n’était reconnu que par un seul pays dans le monde – les Pays-Bas. 

L’Organisation est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge est strictement interdite au sein de l’OTAN. »

Ce qui a débarqué le 6 juin 1944 sur les plages de Normandie, c’étaient donc, en quelque sorte, les chars de la gay Pride.

À la limite, on ne comprend pas très bien pourquoi l’actuelle LGBT n’a pas repris le symbolisme freudien qu’on croit pouvoir distinguer sur l’écusson avec l’épée telle qu’elle y est présentée et mise en scène.

Une régression ?

Dwigth D. Eisenhower

Une petite question tout de même à Monsieur Stoltenberg, au nom si proche de l’auteur de l’attentat (manqué) du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler, Stauffenberg : comment l’OTAN fait-elle pour distinguer entre amis et ennemis si elle s’interdit toute distinction fondée sur, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité ? Comment est-ce qu’elle distingue un Américain d’un Russe, un Israélien d’un Iranien ?

(Une pensée aussi pour le général Bernard Montgomery qui en 1945 avait dit aux soldats allemands prisonniers dans sa zone d’occupation : « vous pouvez rentrer chez vous, la guerre est finie ». Merci.)

Francis Goumain

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Commentaires (2)

  1. IVernazza dit :

    Je ne me souviens pas d’avoir observé ce détail “arc-en-ciel” (qui figure désormais dans toutes les documentations dispensées sur la Toile de l’araignée). Il pourrait bien s’agir d’une modification subséquente pour de multiples raisons – parfois contradictoires – faciles à envisager. Il faudrait, pour s’en assurer, trouver des parutions originelles. En revanche, cher FG, concentrez-vous sur l’étrange carrière après-guerre de ce très falot (mais toujours bien “placé”) et probablement assez venimeux personnage que fut l’ex chef d’état-major de Rommel (lire au sujet de ce dernier l’hypothèse intéressante émise par Mike Walsh) le général Hans Speidel… https://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_Speidel.
    Quant au thème multicolore; il se répand par contagion jusque sur les affiches de cirques (« ils n’en mourraient pas tous / Mais tous étaient frappés »… La Fontaine) cf. le document que je vous fais parvenir par ailleurs.
    Sur Bernard L. Montgomery (ironie du sort… c’était aussi le nom du lieu-dit normand où se trouvait le poste de secours sur lequel Rommel blessé avait été évacué en premier lieu) on lui prête d’avoir dit – à l’issu de la farce nurembergeoise – « Je sais ce qui m’attend, si je perds la prochaine »…

    • Francis Goumain dit :

      Bonjour,
      Il faut déjà regarder la photo d’Ike et zoomer sur son épaule gauche: il y a l’écusson.
      Bon, ce n’est peut-être pas ce qu’on peut appeler un document de première main, mais en tout cas, la photo n’a pas été trafiquée par le site.

Répondre à IVernazza Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0