Accueil » Culture » Pierre Daye (1892-1960) sur les cimetières violés en Espagne !

Pierre Daye (1892-1960) sur les cimetières violés en Espagne !

Cet ancien élève des Jésuites, tout comme Léon Degrelle (1903-1992), suivit avec son fondateur,  le mouvement du rexisme belge, dont le titre de Rex s’inspirait, comme il le faut savoir,  de l’encyclique papale Christus Rex, le Christ  RoiIl consacra  à ce grand mouvement un ouvrage: « Léon Degrelle et le Rexisme » (1937). 

Il naquit à Schaerbeek et mourut exilé en Argentine.

Le texte suivant, sur la guerre d’Espagne, laquelle offre des analogies avec celle de Syrie, car elle mit aux prises une nation avec un terrorisme international, ainsi qu’il se voit aujourd’hui, équipé et entretenu par les mêmes forces, est extrait d’un livre de ce Pierre Daye, « Par le monde qui change » (Bruxelles-Paris, 358 pp, édition, Les Écrits..:  le  premier chapitre porte sur  » Le Portugal et Salazar », le second  sur un séjour de l’auteur en Perse, le troisième traite des  hommes et des idées  de la nouvelle Allemagne, puis, comme il l’intitule, de  « la gémissante Hongrie« , de  la Suède et enfin de  « la guerre d’Espagne« ) :

« Dans presque tous les cimetières des villes  reconquises, les tombes qui n’ont pas été  démolies par le feu de l’artillerie  ont été délibérément ouvertes par les rouges. Pour quel motif ? Le vol des menus objets, des quelques bijoux qui peuvent se trouver dans les cercueils ? Explication somme toute moins déplaisante  que celle du sadisme pur. Mais dans les pauvres cimetières de village? Et dans les couvents? Je viens de voir, tout fraîchement saccagé,  le petit champ  de repos des religieuses  dominicaines, au milieu des ruines  de Belchite (province de Saragosse). Les corps momifiés sont  rangés, certains  sur le sol, d’autres dans d’humbles bières ouvertes…, Les nonnes ne se font cependant pas enterrer  avec des colliers de perles. Alors ? Je ne comprends plus et j’en reviens à l’explication du début de la guerre civile, celle que, pour l’honneur humain, j’aurais voulu écarter: le fanatisme bestial, une sorte de dépravation cruelle qui peut seule expliquer  les atrocités commises: les supplices, les femmes  arrosées de pétrole et brûlées vives, les garçons évirés, les membres coupés, les yeux  crevés, toute cette abomination qui fait douter  du perfectionnement de l’homme, de la réalité d’une civilisation.

Au cimetière de Huesca, qui est fort étendu, et entouré, à la mode du pays, de murs qui contiennent  des niches où l’on range des cercueils, les plaques de marbre qui forment ces alvéoles ont presque  toutes été fracturées. Les ossements, mêlés de débris  de bois pourris sont épars: des descriptions et des dessins obscènes ont été tracés sur le plâtre. Quant aux caveaux, ils ont été  avec soin vidés et nettoyés; ils formaient d’excellents abris nocturnes pour les républicains…

Huesca, au pied des Pyrénées violettes, encerclée pendant dix-huit mois, presque sans matériel, sans eau, sans vivre, n’était rattachée aux nationaux que par une seule route battue du feu de l’ennemi. Elle résista cependant de façon miraculeuse. Aujourd’hui la ceinture a sauté et, par ce beau dimanche,  la population, si longtemps prisonnière est sortie de la ville, s’est répandue, en témoignant d’une allégresse d’enfants libérés de l’école, dans les champs bouleversés où s’épanouissent  les fleurs du printemps; ou bien elle va visiter les tranchées, le cimetière où l’on ne trouve plus les morts aimés. »

Cela change de la littérature  dite « hypermoderne » qui n’est que le vide des âmes mortes !!

Pierre Dortiguier

Partager cet article Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on Facebook
Facebook
0Share on VK
VK
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login

Lost your password?
0